TAXIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une des caractéristiques marquantes des animaux est leur activité motrice : mouvements partiels d'une région du corps, mouvements complexes aboutissant aux déplacements d'ensemble par rapport à l'environnement. Cette propriété dérive de l'irritabilité fondamentale du protoplasme, que Claude Bernard a, le premier, distinguée nettement des autres aspects du métabolisme cellulaire. Dans un certain nombre de cas, la forme de ces mouvements n'est tributaire que des fonctions neuromusculaires dont dépend le déplacement des éléments squelettiques ; mais très souvent l'organisme révèle ainsi les relations spatiales strictes qu'il entretient avec le milieu dans lequel il vit. Ces relations peuvent se traduire simplement par la localisation ou la position de l'individu vis-à-vis des facteurs abiotiques, mais elles peuvent également s'exprimer dans la manière dont le prédateur parviendra à rejoindre sa proie, le mâle sa femelle, le parent son jeune. Il est nécessaire de chercher quand et comment s'établissent de tels déplacements orientés, auxquels les éthologistes modernes réservent le nom de taxies. Il faut ensuite découvrir quels sont les mécanismes nerveux capables de récolter et d'utiliser les informations en provenance du milieu et de les transformer en ordres moteurs. Cependant, la manière dont les chercheurs ont abordé ces études diffère suivant les écoles philosophiques auxquelles ils se rattachent. Les mécanistes ont voulu faire des comportements dits « élémentaires » la forme la plus simple et la plus facile à interpréter des actes des animaux et ils ont tenté d'expliquer l'ensemble de l'activité par une recombinaison de ses éléments. Les finalistes, par contre, y ont recherché les mêmes caractères de complexité qu'ils trouvaient dans les activités globales supérieures. C'est ainsi qu'est née au début du xxe siècle la querelle des « tropismes » qui a obscurci pour cinquante ans l'analyse des comportements d'orientation parce que chacun a voulu apporter sa pierre à un édifice construit sur de mauvaises bases et parce que personne ne s'est soucié de définir les aspects écoéthologiques du problème. Fort heureusement, la querelle est aujourd'hui dépassée et les comportements d'orientation trouvent la place qu'ils méritent dans les travaux modernes.

Les origines

Sous l'impulsion du cartésianisme qui distingue l'animal de l'homme grâce à l'automatisme qui caractériserait le premier, et à la suite de l'anthropomorphisme à la G. J. Romanes qui prête à tous les êtres vivants les modes de comportement humain, au cours de la seconde moitié du xixe siècle se dégagent quelques efforts d'objectivité. On commence à s'intéresser aux facteurs de l'environnement qui sont à l'origine des réactions des êtres vivants et, dans cette perspective, des chercheurs comme Paul Bert, F. Plateau, G. Graber peuvent être cités parmi les pères de la psychophysique. Sir John Lubbock, dont l'œuvre concernant les Insectes sociaux est considérable, ouvre la voie aux interprétations objectives, même si, comme les auteurs susmentionnés, il conserve encore souvent une terminologie anthropomorphique.

Paul Bert

Photographie : Paul Bert

Le Français Paul Bert (1833-1886), homme politique et médecin. Il fut ministre de l'Instruction publique dans le cabinet Gambetta et il étudia les conséquences physiologiques de l'altitude et de la plongée en caisson. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Ce sont toutefois les botanistes qui, dès le début du xixe siècle, ont ouvert la voie dans laquelle vont s'engager les zoologistes et, le premier, Jacques Loeb. Dès 1806, T. A. Knight jette les fondements de l'interprétation scientifique des réactions des plantes à l'action de la pesanteur ; A. P. de Candolle (1832) décrit pour sa part les effets de la lumière sur les végétaux. Mais c'est à J. Sachs (1887) que revient le mérite de l'énoncé des trois lois fondamentales de l'action de la lumière solaire sur les plantes (héliotropisme). À peu près simultanément, O. Strasburger (1878) s'attache à l'étude comparée du déplacement des organismes libres, tels les Flagellés, et des mouvements des organismes fixés, quand on les soumet à l'action de la lumière. Il utilisera pour les premiers le terme de phototaxie et pour les seconds le terme de phototropisme. E. Pfeffer découvre l'attraction chimique (chémotaxie) sur les gamètes mâles des fougères et des mousses. B. Jönsson décèle la réponse aux courants d'eau chez les plantes (rhéotropisme). E. Stahl décrit la réaction à l'humidité (hygrotropisme) des Myxomycètes.

C'est dans les vingt dernières années du siècle que la somme de résultats accumulés par les botanistes est utilisée par les zoologistes. T. Engelmann décrit les variations d'intensité des mouvements des Amibes (1879) puis des Paramécies (1882) sous l'effet de la lumière ; il découvre un phénomène analogue chez certaines Bactéries sous l'effet de la lumière ou de la concentration en oxygène (1881). M. Verworn (1889) étudie l'action de la température (thermotropisme) sur les Amibes, puis l'action des contacts (thigmotropisme) et du courant électrique (galvanotropisme) sur divers Protozoaires et Vers.

Séduit par la netteté des lois de Sachs, Jacques Loeb, dès la publication de son livre Der Heliotropismus der Thiere und seine Übereinstimmung mit dem Heliotropismus der Pflanzen (1890), et jusqu'à sa mort en 1924, se fait le champion d'une interprétation nouvelle des mouvements orientés des animaux : elle s'oppose à l'anthropomorphisme de la plupart de ses prédécesseurs. Les idées purement mécanistes de Loeb l'amènent à considérer les animaux (il utilise surtout des Insectes) comme de véritables machines « empalées » pour ainsi dire par les rayons lumineux et orientées dans le milieu de manière à recevoir des quantités égales d'énergie sur leurs récepteurs symétriques. Il considère alors que :

– les animaux orientés par une seule source de lumière réagissent de telle sorte qu'ils finissent par recevoir la même quantité d'énergie sur chacun de leurs récepteurs symétriques ;

– les animaux excités simultanément par deux sources s'orientent en suivant une règle dite du « parallélogramme des forces » ;

– les animaux aveuglés d'un côté décrivent des mouvements de manège, c'est-à-dire qu'une dissymétrie de réception produit une dissymétrie dans la progression.

Dans cette ligne d'esprit, Loeb ne pouvait qu'être séduit par l'ancêtre des machines cybernétiques, construite par J. H. Hammond (1910) sous la forme d'un chariot dont les roues sont commandées par des moteurs et dont le fonctionnement est réglé par deux cellules au sélénium : un tel engin, placé dans un faisceau lumineux, établit son chemin en fonction de la différence des courants produits par les cellules, et ce chemin est très similaire à celui que Loeb prête aux animaux. Il peut donc écrire en 1918 : « La meilleure preuve de la justesse de nos vues est qu'on puisse construire des machines qui présentent le même type de volition ou d'instinct que celui qui est observable chez des animaux se déplaçant vers la lumière [...] Il sem [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Paul Bert

Paul Bert
Crédits : Hulton Getty

photographie

Larves photonégatives de Calotermes flavicollis

Larves photonégatives de Calotermes flavicollis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Imagos de Calotermes : influence des rayons lumineux

Imagos de Calotermes : influence des rayons lumineux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Calendra granaria : comportement phototaxique

Calendra granaria : comportement phototaxique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TAXIES  » est également traité dans :

ORIENTATION ANIMALE

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 612 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Comportements taxiques »  : […] Dans les actions segmentaires qui permettent à l'animal de s'orienter dans une direction particulière, l'intervention de la locomotion est nulle. Cependant, l'orientation prise peut intéresser l'ensemble de l'organisme, en particulier lorsque l'animal exécute des mouvements de correction pour amener la ligne de regard dans la direction du stimulus avec une précision accrue. Dans les comportements […] Lire la suite

VARIATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 9 370 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Peut-on distinguer l'inné de l'acquis ? »  : […] Dans ce qui précède, on a opposé variation héréditaire, pour une large part génétique, et variation non héréditaire, d'origine environnementale. On ne peut manquer d'évoquer à ce propos la vieille opposition entre inné et acquis. De quoi s'agit-il exactement ? Étymologiquement, un caractère inné est présent à la naissance de l'individu, tout autre caractère étant, par élimination, acquis. Si l'on […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gaston RICHARD, « TAXIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/taxies/