T.V.A. (taxe à la valeur ajoutée)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née en France en 1954, la taxe à la valeur ajoutée (TVA) a été notamment adoptée par la république fédérale d'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Danemark, la Norvège, la Suède, le Royaume-Uni, l'Italie, et l'Irlande.

Les taxes sur le chiffre d'affaires se sont développées en Europe et aux États-Unis à partir de 1915. Elles présentaient l'avantage de s'appliquer à tous les produits consommés, leur inconvénient majeur se situant dans les distorsions fiscales qu'elles provoquaient. La perception « en cascade » à chaque niveau d'échange aboutit en effet à favoriser les circuits courts : pour une même activité économique, les entreprises faisant appel à la sous-traitance sont fiscalement désavantagées par rapport aux entreprises « intégrées », alors qu'économiquement la sous-traitance est souvent plus efficace. Ces distorsions ont entraîné de nombreuses réformes des taxes sur le chiffre d'affaires. Ainsi connaît-on, en 1917, le premier impôt sur la consommation au taux de 0,20 p. 100, en 1920 la taxe à la transaction au taux de 1 p. 100, en 1936, la taxe unique à la production au taux de 6 p. 100, en 1948, la taxe à la transaction au taux de 6 p. 100 avec déduction des taxes antérieures, enfin, en 1954, la taxe à la valeur ajoutée, avec possibilité de déduire les taxes sur les investissements et les frais généraux. Alors qu'auparavant existaient trois taxes principales sur le chiffre d'affaires, la TVA, la taxe sur les prestations de service, la taxe locale, la loi du 6 janvier 1966 impose le régime fiscal de la TVA dans les secteurs de l'industrie, du commerce et des services ; les secteurs non commerciaux et agricoles sont l'objet de clauses spéciales, le plus souvent le choix étant laissé entre l'assujettissement à la taxe sur la valeur ajoutée et l'imposition forfaitaire. Les effets de cette réforme sont sensibles sur plusieurs plans. En matière fiscale, l'égalité est rétablie entre les circuits économiques et les structures juridiques des entreprises. En matière économique, la TVA sur les investissements est déductible et incite à la modernisation des secteurs, puisqu'elle frappe la marge bénéficiaire des entreprises ; elle amplifie, en outre, les effets des variations de la marge au niveau du consommateur et incite les commerces concurrents à réduire les différences de marge. Enfin, touchant les transactions internationales, la TVA est entièrement déductible pour les produits destinés à l'exportation ; elle apparaît donc comme un instrument d'égalisation fiscale entre les pays du Marché commun.

Touchant les techniques françaises d'application de la taxe sur la valeur ajoutée, les affaires imposables selon ce régime sont celles réalisées par les commerçants, plus généralement toutes affaires de nature commerciale, enfin certaines livraisons internes à l'entreprise. Peuvent opter pour le régime TVA les exploitants agricoles, les collectivités locales, les établissements publics et les professions non commerciales. Enfin sont exonérés de la TVA les assurances, les journaux et les travailleurs à domicile. Quant aux taux, ils varient diversement et sont indicatifs des conceptions variables que les responsables de l'autorité publique ont en matière de politique nationale de la consommation et, plus profondément, de l'ordre des besoins à satisfaire : taux très réduit pour, notamment, les médicaments remboursables par la Sécurité sociale et les publications de presse ; taux réduit pour, en particulier, les livres, les spectacles vivants et le cinéma, les produits alimentaires, les travaux d'amélioration énergétique de certains logements et les abonnements au gaz et à l'électricité ; un taux intermédiaire pour les produits agricoles non transformés, les droits d'entrée dans les musées ou encore les transports de voyageurs. Le taux normal est de 20 p. 100. Jusqu'en 1992, les produits de luxe ou considérés comme contraires à la morale étaient assujettis à un taux majoré. L'harmonisation des taux de TVA est un objectif pour les pays membres de l'Union européenne, qui a émis des directives en la matière.

Si le caractère insensible de sa perception est un avantage psychologique important, la TVA présente malgré tout des inconvénients économiques : son extension nécessite une législation de plus en plus complexe, qui af [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures de sciences économiques, licencié en mathématiques, assistant à l'Institut d'administration des entreprises de Nice

Classification

Autres références

«  T.V.A. (taxe à la valeur ajoutée)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Sarkozy (2007-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 5 626 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des réformes économiques... au rythme de la crise »  : […] Le programme économique du président est clairement libéral, voulant valoriser le mérite et le travail du salarié, récompenser ses efforts par du pouvoir d'achat (« travailler plus pour gagner plus »), relancer la compétitivité de l'économie, faire maigrir l'État et réduire les dépenses publiques : la Révision générale des politiques publiques doit permettre de rendre un meilleur service à l'usag […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

  • Écrit par 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Philippe LÉGÉ
  •  • 21 046 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « État et capitalisme »  : […] Le retour au pouvoir du général de Gaulle constitue une rupture politique plus qu'économique. Les tournants importants ont été négociés dès le début des années 1950 : ouverture sur l'Europe avec l'adhésion à la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) en 1951, éloignement de l'ancien empire colonial et amorce de la décolonisation, lente régression du rôle de l'État et encouragement au […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2013

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 311 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un gouvernement affaibli »  : […] Avec environ 20 p. 100 d’opinions favorables en fin d’année, la cote de popularité du président de la République constitue un « record » sous la V e  République, et révèle l’inquiétude et l’état d’esprit contestataire de la société française, tout aussi défiante à l’endroit du Premier ministre. Une des principales raisons de cette dégradation de l’image présidentielle tient vraisemblablement à l’ […] Lire la suite

IMPÔT - Histoire de l'impôt

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  • , Universalis
  •  • 13 947 mots

Dans le chapitre « Les impôts indirects »  : […] Les impôts indirects ont connu, depuis la fin de la Première Guerre mondiale, une évolution caractérisée par le remplacement progressif des impôts particuliers sur la consommation par un impôt général à caractère synthétique. On remarquera que, dans ce domaine, la fiscalité française fut à l'origine de créations originales alors qu'en matière d'impôts directs les réformes ont été inspirées par des […] Lire la suite

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 729 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Redressement économique »  : […] À l'issue du conflit, le pays se retrouvait très appauvri : 20 p. 100 de la fortune nationale perdue, plus de la moitié de la marine marchande coulée, la valeur des armements de pêche réduite de plus de 40 p. 100, celle de l'industrie de plus de 30 p. 100. Les tâches de la reconstruction rassemblèrent toutes les énergies. Les difficultés financières avaient pour corollaire le maintien et l'extens […] Lire la suite

Les derniers événements

5-30 juillet 2015 Union européenne – Grèce. Compromis européen sur un troisième plan d'aide à la Grèce.

 –, un projet de loi comprenant notamment la hausse de la T.V.A. et la réforme des retraites exigées par l’accord conclu avec les créanciers – 39 des 149 députés de Syriza ne votent pas ces mesures. Ce vote permet à l’Eurogroupe de valider le principe de l’ouverture de négociations sur un troisième plan d’aide financière à Athènes. De son côté, la Banque centrale européenne (B. […] Lire la suite

4-30 juin 2015 Grèce – Union européenne. Rupture des négociations entre la Grèce et ses créanciers.

dès 2015 ; elle exige des réformes de la T.V.A. et des retraites applicables au 1er juillet, destinées à rapporter chacune l’équivalent de 1 p. 100 du P.I.B. par an ; elle propose le report de cinq mois de l’échéance du plan d’aide financière à la Grèce, ainsi qu’un prêt de 15,5 milliards d’euros destiné à assurer les remboursements dus au F.M.I. et à la B. […] Lire la suite

8 mars 2015 Suisse. Rejet de deux initiatives populaires.

 100 des suffrages, une proposition soumise à votation par les Vert’libéraux, qui visait à remplacer la T.V.A. par une taxe sur l’énergie.  […] Lire la suite

21 novembre 2014 Japon. Dissolution du Parlement

Il annonce le report de la hausse de la T.V.A. prévue pour octobre 2015, à la suite de la récession provoquée par une première augmentation en avril. Des élections législatives doivent se tenir en décembre.  […] Lire la suite

12 mars 2014 Italie. Annonce d'un vaste plan de relance de l'économie

enregistré en 2013 –, par une augmentation supportable de 2,4 milliards de la dette publique, par la rentrée de 6 milliards de T.V.A. engendrée par le règlement des impayés aux entreprises et par l'augmentation de la taxe sur les rentes financières.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

André BOYER, « T.V.A. (taxe à la valeur ajoutée) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/taxe-a-la-valeur-ajoutee/