GÜINES TATÁ (1930-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par son jeu fougueux et endiablé, le percussionniste cubain Tatá Güines – « Roi des congas » ou « Mains d'or » – a largement contribué à populariser les rythmes afro-cubains dans le monde entier.

Né le 18 ou le 30 juin 1930 à Güines, à une cinquantaine de kilomètres de La Havane, Tatá Güines (de son vrai nom Federico Arístides Soto Alejo) se produit à Cuba dans les années 1930 et 1940 avec les plus grands musiciens : Peruchín, Bebo Valdés, José Fajardo, Chico O'Farrill, Cachao... En 1957, il s'établit aux États-Unis, où il est chaleureusement accueilli par des jazzmen de haute stature, comme Dizzy Gillespie, Maynard Ferguson ou Miles Davis, avec lesquels il se produit lors de jam-sessions. Güines accompagne de ses percussions des enregistrements en studio de Frank Sinatra et de Joséphine Baker et grave avec le contrebassiste Cachao un album qui connaît un retentissement considérable, Cuban Jazz Session in Miniature (1957). Le ségrégationnisme qui règne aux États-Unis l'incite à regagner son île natale après la révolution castriste en 1959. En 2004, il est nommé aux Latin Grammy Awards pour sa participation à l'album Lágrimas Negras de Bebo Valdés et Diego El Cigala. Cuba l'honorera en 2006 en lui décernant son Premio Nacional de Música (prix national de musique). Tatá Güines meurt le 4 février 2008, à La Havane.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« GÜINES TATÁ - (1930-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tata-guines/