TARQUINIA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située à proximité de la mer Tyrrhénienne, près de l'actuelle Corneto, Tarquinia (en latin Tarquinii, en étrusque Tarchuna) fut l'une des cités les plus florissantes de l'Étrurie méridionale. Le site comprend une acropole, entourée d'une enceinte en grand appareil datant du ~ ive siècle. Le seul monument ayant laissé des ruines importantes est un grand temple avec un fronton orné de figures de terre cuite, représentant des chevaux ailés.

Mais on connaît surtout la Tarquinia étrusque grâce à ses tombes. On y trouve presque toutes les variétés de sépultures étrusques (à fosse, à puits, à chambre et à tumulus). Elles se répartissent sur les collines environnant la cité. Les plus anciennes contenaient du matériel villanovien, et la période orientalisante est bien représentée. Mais l'extraordinaire richesse archéologique de Tarquinia est constituée par ses tombes peintes des ~ vie et ~ ve siècles, jusqu'à la fin du ~ iie siècle. On en connaît une soixantaine, dont plusieurs ont été découvertes depuis la Seconde Guerre mondiale par C. M. Lerici, et elles constituent le plus vaste ensemble existant de peintures étrusques. Les plus importantes sont les tombes des Augures, des Lionnes, de la Chasse et de la Pêche, qui datent de la décennie ~ 530-~ 520 ; chacune contenait des chefs-d'œuvre célèbres (scènes de jeux et d'invocation de la tombe des Augures, couple de danseurs de la tombe des Lionnes, paysage avec un plongeur de la tombe de la Chasse). Plus récente de quelques années, la tombe des Olympiades montre l'épisode dramatique d'un char qui se renverse en pleine course. Au début du ~ ve siècle se situe la tombe des Léopards, avec son extraordinaire banquet funèbre auquel participe la célèbre « courtisane blonde ». La tombe du Chasseur a été peinte de manière à imiter l'intérieur d'une tente de chasse, à l'armature de bois soutenant des tapis décorés d'un échiquier polychrome, avec pour bordure une frise représentant des animaux en course ; aux piquets sont suspendus des pièces de venaison, des ustensiles, des chapeaux. On date c [...]

Musiciens étrusques de la Tombe des Léopards

Musiciens étrusques de la Tombe des Léopards

Photographie

Copie d'une fresque provenant de la Tombe des Léopards à Tarquinia, Ve siècle av. J.-C. Collection privée. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TARQUINIA  » est également traité dans :

CAMPANA COLLECTION

  • Écrit par 
  • Dominique BRIQUEL
  •  • 2 230 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intérêt pour l'archéologie dans l'Italie du XIXe siècle »  : […] La civilisation étrusque, qui s'était développée entre le viii e et le i er  siècle avant J.-C. sur le territoire de l'actuelle Toscane, fut une des plus riches du monde antique : elle nous a laissé des milliers d'objets précieux, bijoux en or, céramiques ornées de peintures – souvent importées d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collection-campana/#i_14928

ÉTRUSQUES

  • Écrit par 
  • Françoise-Hélène MASSA-PAIRAULT
  •  • 13 416 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Mutations et conservation : produits artistiques, modèles et destinataires »  : […] La complexité de cette société, à la fois conservatrice et modérément ouverte, permet d'envisager également des nouveautés dans l'organisation des ateliers et la conception même du travail artisanal et artistique. Et d’abord dans la relation artisan-commanditaire qui n’est plus exclusivement aristocratique. La tombe, découverte à Sarteano (proche de Chiusi), du « Quadrige infernal » (330-320) est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etrusques/#i_14928

MUSARNA, site archéologique

  • Écrit par 
  • Henri BROISE, 
  • Vincent JOLIVET
  •  • 974 mots
  •  • 1 média

Dans l'histoire de la civilisation étrusque, il est peu de domaines sur lesquels nous soyons moins bien renseignés que celui de l'urbanisme. Les études étrusques se sont en effet en très grande partie développées autour de l'étude des tombes, plus spectaculaires, plus faciles à fouiller, et plus riches de mobilier intact. Cette situation s'explique également, toutefois, par des difficultés objecti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musarna-site-archeologique/#i_14928

Pour citer l’article

Gilbert-Charles PICARD, « TARQUINIA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarquinia/