TAROT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le tarot conquérant

Le xviiie siècle est probablement l'âge d'or du tarot en Europe. Le jeu se répand alors dans toute l'Italie sous la forme du Minchiate, un énorme tarot florentin à 97 cartes (41 atouts !) et aux règles assez alambiquées. Il refait son apparition en Piémont et en Lombardie où on l'avait quelque peu délaissé. On le suit jusqu'en Sicile d'un côté, jusqu'en Belgique de l'autre. En France, si nombreux sont les tarots du même modèle dus à des cartiers marseillais que l'on parle à leur propos de « tarot de Marseille ». Celui-ci représente un type assez stable, qui paraît s'être cristallisé d'abord à Milan avant de se parer de quelques variantes une fois acclimaté en France, sans doute dès le xvie siècle. Si le tarot de Marseille n'est pas le seul modèle diffusé en France, comme en témoignent quelques rarissimes exemples du xviie siècle, curieusement tous faits à Paris, il est de loin le mieux représenté, notamment au xviiie siècle.

Mais ce siècle est aussi marqué par l'introduction du tarot dans les pays de langue allemande, qui l'ont probablement reçu de France via l'Alsace dès la fin du xviie siècle. On ne sait toutefois ce qui a poussé les cartiers d'outre-Rhin qui fabriquaient des jeux de tarot vers 1740 à abandonner le modèle italien. Il est probable que l'arrivée tardive de ces cartes étranges a quelque peu gêné les joueurs germanophones. Très tôt le choix s'est fait des couleurs françaises – pique, carreau, cœur, trèfle –, plus lisibles et plus familières. On connaît toutefois des modèles de transition qui mêlent couleurs italiennes et atouts décorés d'animaux, signe que ce qui gênait peut-être le plus les joueurs germaniques était le lourd symbolisme et l'irrespect flagrant des vieilles allégories latines. Toujours est-il qu'après les années 1800, les Allemands n'eurent plus entre les mains que des tarots à enseignes françaises et des atouts totalement profanes (animaux ou scènes de chasse, puis paysages exotiques, costumes folkloriques, images de la vie politique ou militaire, vues de grandes villes, scènes de genre, etc.).

Cette mutation graphi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : licencié ès lettres, ingénieur du Conservatoire national des arts et métiers, historien du jeu

Classification


Autres références

«  TAROT  » est également traité dans :

BRIDGE

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 970 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Probablement apparu dans les milieux diplomatiques en poste à Istanbul autour de 1870, le bridge est le fruit d'une lente évolution qui plonge ses racines loin dans le temps. On peut considérer que le tarot, porteur de la notion d'atout, en est l'ancêtre le plus historique. Mais le tarot, inventé au début du xv e  siècle dans les cours princières d'Italie du Nord, nécessitait l'ajout d'une série s […] Lire la suite

CARTE À JOUER MUSÉE FRANÇAIS DE LA

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 1 122 mots

Dans le chapitre « Legs et acquisitions »  : […] C'est à Louis Chardonneret (1849-1935), archiviste au Monde illustré , que la ville d'Issy-les-Moulineaux doit la collection initiale et fondatrice, léguée en 1930. Plus de quatre cents ensembles (jeux, planches, enveloppes et documents divers), des livres, des manuscrits forment un fonds représentatif des curiosités de ce collectionneur. Parmi eux, un trésor : le plus ancien témoin du type de fi […] Lire la suite

CARTES À JOUER

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 2 547 mots

Dans le chapitre « En Allemagne »  : […] Cette distinction entre les naibi et les cartes à jouer, acquise en 1408, était déjà reconnue par les inventaires des possessions des ducs d'Orléans. On y mentionne, dans des catégories différentes, les cartes « saracènes » et les cartes « de Lombardie ». Cette dernière expression doit retenir l'attention car, en Allemagne, les cartes à jouer ont été introduites après la campagne de l'empereur He […] Lire la suite

CARTOMANCIE

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 2 200 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les tarots »  : […] En 1781, Antoine Court de Gébelin, pasteur protestant et franc-maçon installé à Paris, y fait paraître le huitième volume de son Monde primitif , sorte d'encyclopédie assez fantaisiste de l'humanité avant l'humanité. L'ouvrage de Court de Gébelin serait resté bien oublié s'il n'avait contenu un chapitre qui exposait pour la première fois un essai sur les origines du tarot. Frappé par les allégori […] Lire la suite

COURT DE GÉBELIN ANTOINE (1725-1784)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 911 mots

Fort oublié de nos jours, Antoine Court, dit « de Gébelin », fut en son temps un savant respecté. La postérité en jugea autrement, qui voit en lui un encyclopédiste manqué et un mystificateur involontaire. Si son apport à la phonologie balbutiante est reconnu, son principal titre de gloire reste d'avoir jeté les bases d'une lecture ésotérique du tarot. On ne sait au juste ni où ni quand Antoine Co […] Lire la suite

ETTEILLA JEAN-BAPTISTE ALLIETTE LE JEUNE dit (1738-1791)

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 602 mots

Etteilla n'est vraiment connu que par le tarot divinatoire qui porte son nom et reste un des classiques de la cartomancie. On savait à peine que sous ce nom se cachait un homme nommé Alliette, auteur de plusieurs manuels de divination entre 1770 et 1791. Des recherches récentes ont permis de mieux cerner le personnage. Jean-Baptiste Alliette est né à Paris en 1738, sans doute le 1 er  mars, second […] Lire la suite

ÉVÉNEMENT, sociologie

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 184 mots

Dans le chapitre « La connaissance des événements dans les sociétés archaïques »  : […] Mircea Eliade a bien montré que « l'histoire des sociétés primitives se réduit exclusivement aux événements mythiques qui ont lieu in illo tempore et qui n'ont cessé depuis lors jusqu'à nos jours », c'est-à-dire que tous les événements qui se déroulent dans le temps vécu par les hommes et leurs sociétés (la maladie et la mort d'un individu, les aventures de la guerre, par exemple) ne sont jamais […] Lire la suite

JEUX DE CARTES

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 3 125 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les jeux de levées »  : […] Les jeux de levées reposent sur le principe de la « levée » ou « pli », où chacun met une carte à tour de rôle, qui doit être de la même couleur que la première carte jouée. La plus forte carte de la couleur demandée gagne. La levée, ou pli – les mots sont synonymes –, repose à la fois sur les paramètres couleur et valeur déjà évoqués. Elle est peut-être la meilleure exploitation de ce système à d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Thierry DEPAULIS, « TAROT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tarot/