TAPIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Technique et matériaux

L'essentiel de la technique du point noué consiste à confectionner un fond ou contexture, revêtu sur une face d'un velours constitué de courts brins de fil individuels. Il s'agit d'un travail purement manuel effectué sur un simple métier à tisser portant les fils de chaîne tendus parallèlement. Avec une alternance régulière se pratiquent le passage de plusieurs trames solidement attachées et l'exécution des différents rangs de nœuds, ces derniers étant faits autour des fils de chaîne et maintenus en place par les trames suivantes. Selon la manière dont le fil est enroulé autour de la chaîne lors du nouage, on distingue trois formes fondamentales des nœuds : dans le nœud Ghiordès ou turc, les brins qui forment le velours s'entortillent autour d'une paire de fils de chaîne, de sorte que les deux fils sont embrassés par le dessus et que la touffe de brins surgit entre les deux. Dans le nœud Senneh ou persan, le premier fil est entouré, le second enlacé, de sorte qu'après chaque fil de chaîne surgit une touffe de fibres qui forme le velours à l'endroit. Dans le nœud espagnol, le brin n'est noué que sur un fil de chaîne, mais alternativement sur les fils de chaîne pairs et sur les fils impairs. Cette technique spéciale est presque exclusivement le fait des ateliers espagnols, le nœud turc se trouve surtout dans les tapis d'Asie Mineure, le nœud persan dans les tapis égyptiens, persans et indiens. La concentration des nœuds varie entre 500 nœuds au décimètre carré dans les tapis de laine et plus de 10 000 dans les tapis de soie de la plus fine qualité.

Le matériau de prédilection fut toujours la laine de mouton, surtout pour le travail à points noués. Le coton est rarement utilisé pour le nouage, mais en revanche il entre souvent dans la chaîne ou toute la contexture. La matière la plus précieuse fut toujours la soie. Grâce à son brillant, lorsqu'elle sert à former le velours, la surface du tapis prend un aspect très spécial ; elle est également utilisée dans le fond, même si les nœuds sont en laine, lorsque l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Tapis dit de Lotto

Tapis dit de Lotto
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tapis de Kashan (Perse centrale)

Tapis de Kashan (Perse centrale)
Crédits : Bridgeman Images

photographie





Écrit par :

  • : directrice de la collection des textiles, Musées autrichiens d'art appliqué, Vienne

Classification


Autres références

«  TAPIS  » est également traité dans :

LE CIEL DANS UN TAPIS (exposition)

  • Écrit par 
  • Philippe-Alain MICHAUD
  •  • 976 mots

Après l'exposition Tapis, présent de l'Orient à l'Occident, à l'Institut du monde arabe (I.M.A.) à Paris en 1989, Le Ciel dans un tapis regroupait à l'I.M.A., du 7 décembre 2004 au 31 mars 2005, cinquante-sept pièces exceptionnelles, provenant notamment de la fondation Calouste Gulbenkian à Lisbonne, du musée des […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le secteur non agricole »  : […] Introduite dans les années 1930 pour transformer certaines productions agricoles (coton et betterave à sucre dans le Nord, fruits secs dans le Sud), puis diversifiée dans les années 1960-1970 (cuir, produits pharmaceutiques, plastiques – principalement à Kaboul), l'infrastructure industrielle a été ruinée par les décennies de guerre qui en ont désorganisé les circuits en amont et en aval. De timid […] Lire la suite

AUBUSSON MANUFACTURES D'

  • Écrit par 
  • Nicole de REYNIES
  •  • 543 mots

L'existence d'ateliers de lissiers dans la ville d'Aubusson n'est attestée qu'à partir de 1531, date nettement postérieure à celle de l'établissement d'ateliers à Felletin, mais antérieure à celle de Bellegarde ; la production de ces villes voisines a les mêmes caractéristiques. Au milieu du xvii e siècle, l'industrie aubussonnaise étant en régression, Louis XIV offre à l'ensemble des ateliers pr […] Lire la suite

BATAILLE NICOLAS (actif depuis 1373-1400)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 386 mots

Le rôle de Nicolas Bataille dans l'histoire de la tapisserie du dernier tiers du xiv e  siècle n'a pas été entièrement élucidé. Il apparaît de 1387 à 1400 comme fournisseur de la maison de France, à laquelle il a livré durant cette époque environ deux cent cinquante tapisseries ou tapis. Or des pièces de grande qualité voisinent avec des œuvres médiocres. En fait, il semble bien que Nicolas Batail […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'art des empires des XVIe-XVIIe siècles »  : […] Au début de l'« ère moderne » (mais cette notion n'a guère de sens dans le contexte islamique), trois empires dominent la scène islamique. Les Ottomans, depuis leurs capitales successives, exportent leur art – un art de cour – jusque dans les provinces les plus lointaines ; les Séfévides érigent un premier État national iranien dont l'art est largement tributaire de celui des Timourides et des Il […] Lire la suite

MOGHOLS

  • Écrit par 
  • Andrée BUSSON, 
  • André GUIMBRETIÈRE, 
  • Mark ZEBROWSKI
  •  • 7 121 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les arts mineurs »  : […] L'art moghol possède des œuvres d'art de grande beauté : soit des tapis qui représentent des motifs indigènes, scènes animales ou décors végétaux, chrysanthèmes et cyprès, par exemple, se détachant sur un fond de velours crème et comportant des broderies vert foncé, bleu clair, rouge et or ; soit des tentures pour la cour : l'une d'elles se compose de bandes alternées d'iris et de coquelicots aux […] Lire la suite

SAVONNERIE MANUFACTURE DE LA

  • Écrit par 
  • Bernard CHEVALLIER
  •  • 762 mots
  •  • 1 média

Au début du xvii e  siècle, Pierre Dupont (lequel prétendait avoir inventé la technique des tapis veloutés de haute laine — alors qu'elle existait bien avant lui), obtint d'Henri IV le privilège d'établir un atelier de tapis « façon du Levant et façon de Turquie » sous la Grande Galerie du Louvre. Il s'associa en 1626 avec un de ses anciens élèves, Simon Lourdet, qui s'était installé dans une anci […] Lire la suite

TAPIS MODERNES ET CONTEMPORAINS

  • Écrit par 
  • Valérie GLOMET, 
  • Michèle HENG
  •  • 4 844 mots

Au xix e  siècle, l'histoire du tapis fut radicalement bouleversée par l'introduction des procédés industriels de fabrication. L'Angleterre, bientôt suivie par les autres pays européens, mit au point la mécanisation du tissage qui permettait la reproduction à moindre coût des tapis de tous styles. Désormais la copie de tapis anciens ou de tapis d'Orient devient extrêmement courante. Dans les expos […] Lire la suite

TISSUS D'ART

  • Écrit par 
  • Anne KRAATZ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Marie RISSELIN-STEENEBRUGEN
  •  • 22 657 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Tissus musulmans »  : […] Après la victoire des Arabes sur les Perses en 642, l' Islam établit sa suprématie sur l'Iran ainsi que sur les territoires voisins, la Syrie et l'ancienne Mésopotamie. Sans doute la production reste-t-elle plus ou moins inchangée dans les centres qui existaient déjà avant l'invasion, sans que nous possédions beaucoup de renseignements précis sur cette première période. À partir du x e  siècle, ce […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dora HEINZ, « TAPIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapis/