TAO YUANMING [T'AO YUAN-MING] (365-427)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Engagement et personnalité

La première biographie de Tao Yuanming, due à Shen Yue (441-513) dans son Song shu en 493, ne nous renseigne guère que sur ses habitudes de buveur et sur sa façon de recevoir ses hôtes avec une simplicité peu accordée au ritualisme de l'époque. Presque tout ce qu'on sait de sûr à son sujet vient de ses propres œuvres. On n'est même pas d'accord sur son nom personnel : Qian ou Yuanming. Il est né dans une famille de gentilshommes militaires, c'est-à-dire de moindre rang que l'aristocratie de riches et anciens propriétaires fonciers. Son plus célèbre ancêtre, Tao Kan (259-334), était sûrement d'origine très humble et sans doute barbare, et l'un de ces faits suffirait à démentir la généalogie fabuleuse que Tao Yuanming s'était imaginée. Ses origines roturières ont dû peser sur toute sa vie. Pour percer dans la société d'alors, il aurait dû se détourner de la dynastie légitime, prisonnière de la vieille aristocratie, pour accueillir les usurpateurs Song qui renversèrent la dynastie des Jin alors qu'il avait cinquante-cinq ans. Il ne le fit pas et vécut dans le dénuement et l'obscurité, résidant presque constamment dans son village de Chaisang au pied du mont Lu, dans le Jiangxi actuel.

Sa vie politique se résume à quelques titres et à quelques dates : directeur de l'enseignement de sa préfecture en 393, il démissionna bientôt ; conseiller militaire en 399, il a peut-être assisté à la campagne contre le révolté Sun En ; il fut au service de Huan Xuan avant que celui-ci ne réussît son coup d'État contre les Jin ; après le rétablissement de la dynastie en 405, Tao Yuanming devint magistrat (ling) de la petite localité de Pengze. Ce sera son dernier poste : il le quittera en claquant la porte, affirmant ne point supporter d'avoir à plier la taille devant un « petit bonhomme » provincial pour les quelque cinq boisseaux de grain qu'il touchait comme salaire. Invité à prendre un poste vers 418, il refuse. Dans les cent trente poèmes et les quelques écrits en prose qui sont connus, il est si souvent question d'engagement et désengagement politique que ce problème a dû constituer un des aspects les plus importants de son œuvre et de sa vie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer l’article

Donald HOLZMAN, « TAO YUANMING [T'AO YUAN-MING] (365-427) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tao-yuanming-t-ao-yuan-ming/