TANJORE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le grand temple de Tanjore

À la différence des autres grands sanctuaires méridionaux, bâtis en des lieux où la légende situe les apparitions des dieux majeurs de l'hindouisme et célébrés dans les hymnes tamouls classiques, le temple Rājarājeśvara ou Bṛhadīśvara de Tanjore semble avoir été une création personnelle de Rājarāja destinée à commémorer un règne prospère jalonné de succès militaires tant sur la péninsule qu'à Sri Lanka. Dans sa conception, le complexe architectural obéit aux principes établis, sur une échelle encore modeste, à Kāñcīpuram au cours de la période Pallava (viiie s.). Entièrement réalisé en blocs de granit, le Rājarājeśvara se dresse dans une cour spacieuse, rectangulaire, que bordent des chapelles adossées au mur d'enceinte (prākāra) et à laquelle on accède après avoir franchi trois pavillons d'entrée (gopura). Une statue colossale, tardive, du taureau Nandin, la monture de Śiva, fait face au temple. Celui-ci s'étend sur une surface rectangulaire, interrompue à l'est par l'avancée d'un porche hypostyle précédant une salle (maṇḍapa) et sur les faces nord et sud par l'étranglement du passage (arhamaṇḍapa) conduisant au sanctuaire lui-même (garbhagṛha) qu'emplit presque entièrement un immense liṅga (cylindre de pierre, symbole phallique par lequel est évoquée l'énergie créatrice de Śiva). La cella et son déambulatoire (pradakṣinā-patha) obscur couvrent, à l'arrière du bâtiment, un peu plus de trois huitièmes de la superficie totale et constituent ce que l'on appelle le vimāna («  palais »). Le vimāna porte une superstructure en forme de pyramide tronquée, culminant à quelque soixante-dix mètres au-dessus du sol et composée de treize étages de pavillons de tailles décroissantes, chaque côté du sommet de la tour représentant le tiers d'un côté de sa base. Comparé au mont Kailāsa, la résidence de Śiva, et souvent désigné comme le « Meru du Sud », le vimāna du Rājarājeśvara témoigne de la science des proportions et de la hardiesse acquises par les architectes tamouls deux siècles et demi après leurs premières réalisations en pierres assemblées, ainsi que l'importance considérable des moyens mis en œuvre. Une coupole monolithe couronne cette superstructure ; elle ne pèse, dit-on, pas moins de quatre-vingts tonnes et aurait été mise en place à l'aide d'un plan incliné d'environ six kilomètres de longueur.

Ladécoration de cet orgueilleux édifice marque, par rapport au style Pallava tardif, un retour à la sobriété. Aux courbes et aux contre-courbes qui opposent brutalement la lumière à l'ombre et fragmentent les surfaces sur les temples construits à la période précédente, on a préféré ici le calme équilibre résultant de dominantes horizontales et verticales. Une moulure, doublée d'une frise formée d'avant-trains de lions « atlantes », court autour du bâtiment, séparant la haute plinthe du mur proprement dit. Une corniche surmontée de la frise aux lions divise à mi-hauteur le corps du vimāna et de l'ardhamaṇḍapa ; on la retrouve à chaque étage de la superstructure. Sur les zones ainsi délimitées alternent les niches abritant des divinités en haut relief et les pilastres. Des fantaisies de l'imagination tempèrent la rigueur de l'ordonnance ; elles se manifestent dans les motifs zoomorphes et végétaux combinés sur des « arbres de vie » et des arcatures, dans les très belles échiffres d'escaliers, où l'on voit des personnages terrassés par les éléphants richement caparaçonnés, et dans les figures des « gardiens de seuil » (dvārapāla) géants, à quatre bras et à l'expression menaçante. À l'intérieur, une série d'images dépeint les cent huit poses de la danse classique (Bhārata-nāṭya) exposées non par des danseuses comme sur les gopura du temple de Citambaram, mais par Śiva lui-même. Une multitude d'inscriptions ont été gravées, à différentes époques, sur le temple. Elles évoquent les fastes de l'inauguration qui eut lieu dans la vingt-cinquième année du règne de Rājarāja ; elles décrivent les bijoux et les objets précieux qui furent offerts au dieu, à cette occasion et par la suite ; elles énumèrent, en outre, les donations de terrains et de villages dont les revenus furent affectés à l'entretien du lieu saint et fournissent des listes des représentants des corps de métiers attachés à son service. C'est là une mine de renseignements sur l'administra [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification

Autres références

«  TANJORE  » est également traité dans :

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'apogée tamoul »  : […] À l'époque de Harṣa, l'ancienne dynastie des Pallava acquiert la prééminence dans l'Inde dravidienne. Cet apogée se prolonge durant le viii e  siècle. Les Pallava continuent de favoriser la propagation du brahmanisme et du sanskrit, dont leur capitale Kāñcīpuram devient le grand foyer méridional. Leur époque représente par ailleurs l'un des âges les plus brillants de la culture tamoule. C'est ell […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 163 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Les temples du Sud »  : […] Dès la période classique, le génie des artistes méridionaux s'était manifesté au sein de la tradition indienne. Relativement peu touchés par le contact matériel avec l'Islam, les arts du sud du Dekkan évoluèrent selon leurs modalités propres, sans s'écarter toutefois des voies que traçaient les traités techniques ou sectaires ( śāstra , āgama ) ; ils faisaient preuve ainsi d'une continuité et d'un […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Rita RÉGNIER, « TANJORE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tanjore/