TABOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les tabous et la Loi

Que les tabous s'organisent en systèmes et que ceux-ci renvoient à des classifications qui permettent de donner un sens à toutes choses, à tout événement, à toute pratique montre bien l'importance de l'action magique par rapport à l'action pratique. On a coutume de considérer la première comme subjective et la seconde comme objective. Pourtant, une des plus subtiles remarques de Lévi-Strauss jette beaucoup de clarté sur les conditions de la pensée magique ou sauvage. Il écrit : « Cela peut sembler vrai si l'on considère les choses du dehors, mais, du point de vue de l'agent, la relation s'inverse : il conçoit l'action pratique comme subjective dans son principe et centrifuge dans son orientation, puisqu'elle résulte de son immixtion dans le monde physique. Tandis que l'opération magique lui semble être une addition à l'ordre objectif de l'univers : pour celui qui l'accomplit, elle présente la même nécessité que l'enchaînement des causes naturelles où, sous forme de rites, l'agent croit seulement insérer des maillons supplémentaires. Il s'imagine donc qu'il observe du dehors, et comme si elle n'émanait pas de lui » (La Pensée sauvage). Mais, tout en pensant de la sorte, l'agent attribue une valeur éthique à cet ordre de l'univers tout entier fait d'injonctions et d'interdictions. Les classifications étendent à tout l'univers, et à tous les niveaux, leurs ramifications comme les prolongements d'un savoir qui a pour fondement le commandement de la Loi. Et cette Loi se manifeste avec d'autant plus de force qu'elle semble attribuer à l'homme une toute-puissance sur les phénomènes de la nature. On a vu que les classifications sautent de niveau en niveau, que les systèmes de tabous mêlent intimement le savoir de l'observation et la construction des significations en un symbolisme qui prétend à une universelle cohérence. Que l'homme ait jeté sur le chaos du monde cet immense filet logique et symbolique lui permettant de donner réponse à toute question implique qu'à vouloir tenter de s'y soustraire il court le risque de perdre le sens. L'ordre de l'univers et l'ordre social ne font qu'un. Nature et société obéissent à la même Loi. Magie et religion, toutes deux, font en sorte que les lois naturelles et celles qui commandent les actions humaines se confondent. « La notion de surnature n'existe que pour une humanité qui s'attribue à elle-même des pouvoirs surnaturels et qui prête en retour à la nature les pouvoirs de sa superhumanité » (ibid.). Les systèmes de tabous font donc partie d'un ordre universel, logique, en même temps qu'éthique. Le caractère arbitraire de bien des tabous, et qui a tant frappé les observateurs, s'explique par le fait que les classifications et les commandements éthiques forment un seul et même système d'interprétation et d'action. La Loi étend son emprise sur la société des hommes, mais elle permet aussi d'identifier tout phénomène naturel, toute chose ; la Loi est partout, sa cohérence est universelle.

Pourtant, la Loi structure la réalité à partir d'une expérience qui a pour but ultime l'acceptation des limites et des conditions de la vie humaine. C'est dire que tout système de tabous s'attaque « à la liberté de jouissance, de mouvement et de communication », écrit Freud dans son ouvrage Totem et Tabou (Totem und Tabu). Les tabous forment donc une sorte de législation qui restreint, au moyen de prohibitions, la libre jouissance. Celle-ci en effet n'est pas compatible avec les exigences de la vie, tant familiale que sociale. Pour mieux expliquer ce phénomène, Freud remonte aux premières années de l'enfance, au moment où pour chacun se forment les éléments constitutifs de la personne qui deviendra adulte. Il constate que « l'attouchement est le commencement de toute tentative de s'emparer d'un individu ou d'une chose, de l'assujettir, d'en tirer des services exclusifs et personnels ». Ainsi la « phobie de toucher est-elle un fait marquant de certaines névrose individuelles et découle d'une prohibition imposée par une autorité parentale ». Freud distingue quatre traits fondamentaux qui caractérisent les tabous : l'absence de motivation de la plupart des prohibitions, leur fixation en vue d'une nécessité interne, la propension aux déplacem [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Are'are de l'île de Malaita : six tabous du requin

Are'are de l'île de Malaita : six tabous du requin
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Are'are de l'île de Malaita : six interdits du requin

Are'are de l'île de Malaita : six interdits du requin
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  TABOU  » est également traité dans :

ABORIGÈNES AUSTRALIENS

  • Écrit par 
  • Barbara GLOWCZEWSKI
  •  • 7 132 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Société et parenté »  : […] Chez tous les Aborigènes, des interdits s'appliquent à la sexualité, à l'espace, à la parole, à la nourriture ou à l'utilisation de certains objets. Ces interdits concernent quatre domaines principaux : les relations de parenté et d'alliance, le deuil, les rites totémiques et les rites qui ponctuent le cycle de vie. Le tabou le plus important, commun à tous les Aborigènes, interdit à un garçon et […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Anthropologie de l'alimentation

  • Écrit par 
  • Dominique FOURNIER
  •  • 6 084 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Interdits alimentaires »  : […] Toutes les cultures n'imposent pas leurs interdits ou prescriptions alimentaires avec la même rigueur. S'il ne manque pas de pouvoirs idéologiques pour proposer un idéal commun, beaucoup concèdent la possibilité d'une adaptation circonstanciée ou, pour le moins, d'une distinction entre les ascètes ou les saints, d'un côté, et le commun des mortels, de l'autre. Les religions juive et musulmane ont […] Lire la suite

CANNIBALISME

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Bernard THIS
  •  • 4 178 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cannibalisme de la « horde primordiale » »  : […] L'humanité, selon Claude Lévi-Strauss, se diviserait en deux catégories : « Il y a des sociétés qui voient dans l'absorption de certains individus détenteurs de forces redoutables le seul moyen de neutraliser celles-ci et de les mettre à leur profit, et celles qui, comme la nôtre [...], ont choisi la solution inverse, consistant à expulser ces êtres redoutables du corps social, en les tenant temp […] Lire la suite

DEUIL

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 334 mots
  •  • 1 média

Dans le langage courant, le mot « deuil » renvoie à deux significations. Est appelé deuil l'état affectif douloureux provoqué par la mort d'un être aimé . Mais deuil signifie tout autant la période de douleurs et de chagrins qui suit cette disparition. Le deuil est donc constitutif d'une perte d'objet, au sens psychanalytique d'objet d'amour. Freud s'est intéressé dans son ouvrage Deuil et mélanc […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 092 mots

Dans le chapitre « La description des faits »  : […] Il s'agit ensuite de délimiter exactement les faits qui doivent retenir l'attention, et de distinguer rapidement les divers chapitres de toute ethnologie religieuse. Tout d'abord, l'étude des représentations élémentaires : notion de mana , image de l'âme (corporelle, extérieure au corps, souffle, ombre, nom personnel), esprits des morts et de la nature (habituellement appelés aujourd'hui « génies […] Lire la suite

FÊTE

  • Écrit par 
  • François-André ISAMBERT, 
  • Jean-Pierre MARTINON
  •  • 6 982 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fête idéale »  : […] La recherche d'un type idéal de la fête est caractéristique de ceux qui ont emprunté la voie phénoménologique, tels G. Van der Leeuw, G. Dumézil, M. Eliade, R. Caillois... On peut trouver chez des auteurs de la génération précédente les éléments de base de la théorie dont Caillois semble avoir donné la formule définitive. Durkheim, dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), fait du […] Lire la suite

INTERDIT

  • Écrit par 
  • Claude RABANT, 
  • Pierre SMITH
  •  • 6 124 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interdit comme institution »  : […] Ces interdits, dont on trouve partout des exemples, tendent, dans certaines aires culturelles où ils prolifèrent, à être identifiés, malgré la grande diversité des contenus qui y sont impliqués, par le moyen d'une même notion, et à se présenter ainsi comme les produits spécifiques d'une véritable institution. Une de leurs illustrations les plus classiques est le tabou polynésien. Des îles Hawaii […] Lire la suite

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 230 mots

Dans le chapitre « Religion et magie »  : […] Puisque, dans la perspective de Mauss, religion et magie dérivent également du mana , quelle différence alors les sépare ? La religion est-elle licite et la magie illicite ? Mais à côté de la magie noire et de la sorcellerie, considérées comme criminelles, il existe une magie blanche, au service du culte (exorciser les démons qui provoquent les maladies, assurer la protection des individus par de […] Lire la suite

RITES

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 3 732 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'impureté »  : […] Les phénomènes de la vie naturelle et sociale qui ne sont pas conformes à des règles et à des modèles constants ont pour le « primitif » quelque chose de déroutant et d'inquiétant. Ce sont des menaces à la sécurité dans laquelle il aimerait pouvoir s'enfermer ; et, en même temps, ce sont des symboles de ce qui est plus puissant que la règle. Il s'agit donc bien, pour lui, des manifestations direct […] Lire la suite

SACRÉ, religion

  • Écrit par 
  • Dominique CASAJUS, 
  • André DUMAS, 
  • Universalis
  •  • 10 204 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'organisation du sacré »  : […] Le mot « religion » peut avoir deux étymologies latines : soit religare , se lier aux dieux par des vœux, des serments et des bandelettes, soit relegere , se recueillir, se rassembler, cultiver et prendre soin. Quoi qu'il en soit, la religion instruit sur les rapports à entretenir avec le sacré. Avec son organisation, on voit mieux apparaître la dualité dont on a parlé au début entre le défendu et […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-7 février 2018 France. Visite du président Emmanuel Macron en Corse.

Le 2, l’Assemblée de Corse adopte une résolution appelant le chef de l’État à « ouvrir avec les représentants élus de la Corse […] un dialogue sans préalable et sans tabou ». Le 3, quelques milliers de personnes manifestent à Ajaccio à l’appel des dirigeants nationalistes élus en décembre 2017 à la tête de la nouvelle collectivité territoriale unique. […] Lire la suite

4-6 novembre 2010 Chine – France. Visite du président Hu Jintao en France

Nicolas Sarkozy affirme qu'il n'y a pas de « tabou » entre les deux pays, « notamment sur la question des droits de l'homme – Paris n'a toutefois pas salué l'attribution du prix Nobel de la paix au dissident chinois Liu Xiaobo en octobre.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel de COPPET, « TABOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tabou/