TONAL SYSTÈME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le retard

Le retard
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Modulations aux tons éloignés (1)

Modulations aux tons éloignés (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Modulations aux tons éloignés (2)

Modulations aux tons éloignés (2)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

La modulation aux tons voisins (1)

La modulation aux tons voisins (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Tous les médias


Survivance

Ainsi la désagrégation du système tonal était en germe dans son propre principe, et ce ne sont pas des éléments venus du dehors qui l'ont déterminée. C'est de l'intérieur même que l'opération s'est accomplie. Elle a été accélérée par un autre élément dont il n'a pas été encore question, élément engendré lui aussi par le système lui-même. On a vu que, sur les divers degrés de l'échelle diatonique, le système tonal installait des accords de plus en plus complexes qui pouvaient se ramener à des échafaudages de tierces. Au-delà de la neuvième, le choix entre tierces mineures et tierces majeures a conduit à diverses variétés d'accords de onzième, de treizième, etc., où figuraient des sons étrangers à la gamme diatonique du ton choisi par le musicien. L'accord ci-dessous a été pensé par Ravel au début de Daphnis et Chloé comme appartenant au ton de la majeur ; pourtant, le dièse qui figure à son sommet est étranger à cette tonalité :

Voici une agrégation typique du langage chromatique de Bartók :

Stravinski et beaucoup d'autres avec lui font souvent entendre simultanément un accord majeur et son homologue mineur.

Ces agrégations complexes, lorsqu'elles sont maniées par un grand musicien, peuvent être un véritable délice pour l'oreille, mais elles donnent droit de cité, au sein de la tonalité, à des degrés chromatiques qui ne peuvent pas ne pas affaiblir la netteté de sa définition. On en arrive à pouvoir discerner à l'intérieur d'un même accord deux agrégations différentes attribuables à deux tonalités distinctes et parfois très éloignées l'une de l'autre.

La modulation devient dès lors un procédé d'écriture, d'un caractère tout différent de celui qu'elle a eu jadis, aussi bien que l'architecture d'un ouvrage fondée sur l'unité tonale, périodiquement rappelée et réaffirmée. Certains musiciens associent même deux tonalités différentes simultanément, et non plus successivement. C'est la polytonalité, qui n'est d'ailleurs pas un abandon du système tonal puisqu'elle ne peut exister que par l'évidence tonale de chacun des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : compositeur de musique, ancien directeur de la musique et du programme national de la Radiodiffusion française

Classification


Autres références

«  TONAL SYSTÈME  » est également traité dans :

ATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 385 mots
  •  • 9 médias

C'est dans les premières années du xx e  siècle, et surtout à partir de 1912 (année de la première audition du Pierrot lunaire d'Arnold Schönberg), que l'on commença à parler de musique « atonale » et, par extension, de ce qui devait être considéré, à tort, comme une technique – ou un ensemble de techniques – de composition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atonalite/#i_4318

CHROMATISME, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 934 mots

En musique, le terme « chromatisme » recouvre deux acceptions. La plus simple indique l'altération d'un demi-ton – vers le grave ou vers l'aigu – d'un degré diatonique ; dans ce cas, le chromatisme implique l'adoption d'une échelle de référence, l'échelle heptatonique naturelle, dernier stade du diatonisme. C'est sur cette échelle de sept sons diatonique qu'est fondée la musique dite tonale ; c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chromatisme-musique/#i_4318

CONTINUITÉ, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 527 mots

En musique, la notion de continuité s'appuie sur deux visions du temps qui peuvent apparaître contradictoires : dynamique dans la musique dite occidentale, statique en ce qui concerne les musiques orientales. Mais ce paradoxe n'est qu'apparent puisque la continuité est avant tout recherche d' unité , thématique et formelle. Que celle-ci fasse appel au système tonal ou au sys […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/continuite-musique/#i_4318

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le retour du fragment »  : […] Ce qui attise la soif d'unité est – aussi bien, et par une sorte de fatalité – ce qui la dément. Car la musique, après tout , est faite pour être écoutée... Oui, mais si rien ne vaut que ce tout  ? Il a fallu quelque courage à Donald Tovey (1875-1940) ou à Theodor Adorno (1903-1969), tous deux princes de l'analyse musicale, pour démasquer, au fil des ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fragment-litterature-et-musique/#i_4318

HINDEMITH PAUL (1895-1963)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pédagogue et théoricien »  : […] Paul Hindemith a formé et inspiré des élèves du monde entier, à Berlin, Yale, Harvard et Zurich, leur faisant découvrir la rigueur et la souplesse de l'écriture contrapuntique, reprenant en cela la voie tracée par Johannes Brahms (1833-1897) et surtout par Max Reger (1873-1916). Sans ce dernier qui composa des sonates, fugues, suites et variations aux formes classiques, l'œuvre de Hindemith ne se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-hindemith/#i_4318

MÉTATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 188 mots

La métatonalité fut inventée par le compositeur français Claude Ballif, qui en fixa le concept en 1956 dans son livre intitulé Introduction à la métatonalité : vers une solution tonale et polymodale du problème atonal (Richard-Masse, Paris). Il s'agit d'une synthèse entre le système tonal et le système polymodal, à même de dépasser le cadre de la tonalité et celui de l'aton […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metatonalite/#i_4318

MUSICALES (TRADITIONS) - Le fonds musical européen

  • Écrit par 
  • Roberto LEYDI
  •  • 4 234 mots

Dans le chapitre « Les échelles et les modes de la musique populaire européenne »  : […] Les modèles d'échelle que nous trouvons dans la musique populaire européenne de tradition orale sont très nombreux. Les échelles de moins de cinq tons sont les plus fréquentes dans les comptines, alors que les échelles pentatoniques semblent, au contraire, caractériser le système musical de certaines zones ; on les retrouve dans la musique populaire magyare mais aussi dans la musique populaire a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musicales-traditions-le-fonds-musical-europeen/#i_4318

MUSIQUE CONTEMPORAINE - La musique sérielle et le dodécaphonisme

  • Écrit par 
  • Pierre BARBAUD, 
  • Rémi LENGAGNE
  •  • 3 022 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Arnold Schönberg et la musique sérielle »  : […] La musique sérielle, ou plutôt le principe sériel, est une extension et une généralisation de la méthode d'écriture dite dodécaphonique . Le système tonal établissait une dualité dans le discours sonore en se conformant en même temps à deux modèles : l'un, la gamme, contrôlait l'horizontalité ; l'autre, la résonance des fondamentales successives, contrôlait la verticalité. Arnold Schönberg s'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-contemporaine-la-musique-serielle-et-le-dodecaphonisme/#i_4318

NIELSEN CARL (1865-1931)

  • Écrit par 
  • Michel VINCENT
  •  • 1 628 mots

Dans le chapitre « La tonalité progressive »  : […] De septembre 1890 à juin 1891, Nielsen voyage en Allemagne, en France et en Italie. À Paris, il rencontre le sculpteur Anne-Marie Brodersen, qu'il épousera un mois plus tard. Ils ne se quitteront pas et elle lui survivra une dizaine d'années, qu'elle consacrera à ériger des monuments à la mémoire de son mari à Copenhague et en Fionie. En 1892, il lui dédie sa Première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-nielsen/#i_4318

RAMEAU JEAN-PHILIPPE

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 3 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le théoricien »  : […] Rameau est un de ces rares créateurs qui ont cherché à analyser leur propre démarche créatrice. On lui doit la première théorie cohérente de l' harmonie, fondée sur des principes physiques et les découvertes du mathématicien Joseph Sauveur (1653-1716). Pour lui, la musique est à la fois une science physico-mathématique (fondée sur le son, phénomène physique, et les rapports mathématiques des sons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-philippe-rameau/#i_4318

LE STYLE CLASSIQUE (C. Rosen)

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 1 584 mots

Le style classique, tel que l'envisage Charles Rosen, dans Le Style classique. Haydn, Mozart, Beethoven (Gallimard, 1978, initialement paru aux États-Unis en 1971, sous le titre The Classical Style ), « c'est d'abord un tournant dans l'évolution » de la musique ? cinquante ans de musique o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-style-classique/#i_4318

VIENNE ÉCOLE DE, musique

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 368 mots
  •  • 2 médias

Une des principales caractéristiques de la musique moderne est son affranchissement du système des tonalités majeures et mineures, qui a assuré la structure et la cohérence de la musique occidentale du xvi e au xix e  siècle. En effet, dès la fin du xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-vienne-musique/#i_4318

Pour citer l’article

Henry BARRAUD, « TONAL SYSTÈME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-tonal/