SYSTÈME, épistémologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le système comme forme de discours

La déductibilité

De façon générale, un discours de type théorique se présente comme une suite de propositions formulées dans un langage qui peut être entièrement artificiel (c'est-à-dire construit selon des règles précises, adoptées à l'avance) ou consister en une extension du langage naturel (obtenue en ajoutant à celui-ci des termes nouveaux, définis dans le contexte de la théorie. Quand on dit qu'un tel discours est un système, on veut indiquer que les propositions qui le constituent forment un tout articulé dans lequel chaque proposition a une relation déterminée avec chacune des autres, qu'elle en découle ou qu'elle soit présupposée par elle. La notion qui servira ici de clef à l'analyse est celle de la déductibilité. Il est possible d'exprimer au moyen de cette notion les diverses relations qui peuvent exister entre propositions (par exemple la compatibilité, la relation de présupposition). Cette notion est de nature purement formelle ; elle exprime une relation logique, caractérisable indépendamment du contenu de sens des propositions qu'elle relie. Dans la mesure où l'idée de système est susceptible d'être expliquée au moyen de la relation de déductibilité, elle est elle-même une idée formelle : elle se réfère à la forme que peuvent prendre certaines théories. C'est précisément cet aspect formel de la notion qui se trouve dégagé de la manière la plus rigoureuse dans le concept de système formel. Ce concept a été suggéré par des théories déductives pures, en particulier par la géométrie classique, qui avait été organisée depuis l'Antiquité sous une forme axiomatique. Mais, comme tel, il a une portée tout à fait générale ; c'est un concept de base de la logique moderne.

Pour préciser la notion de système formel, il sera commode de partir de l'idée tout à fait générale de théorie. Quand on veut formuler une théorie, il faut disposer d'un langage. On appellera ici langage un dispositif abstrait permettant [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université catholique de Louvain (Belgique)

Classification

Autres références

«  SYSTÈME, épistémologie  » est également traité dans :

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « L'absolu est système »  : […] Ainsi semble recouvrée la signification positive du concept. Si, en soi et en droit, le tout systématique est unique, un et exclusif, comme l'exige la signification négative, c'est qu'il est comme un discours saturé, achevé, sans auteur ni au-delà, où tout est dit, effectivement, réellement, bien qu'il soit dérobé à l'individu, à sa conscience où s'entretient l'illusion d'une souveraine liberté. […] Lire la suite

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 454 mots

Dans le chapitre « Une équivalence partielle »  : […] Dans son acception ancienne, venue des mathématiques, l'analogie était une identité de proportions, de rapports. Si a / b = c / d , on peut dire que a est à b ce que c est à d. Ainsi, deux objets dont certaines dimensions homologues sont dans le même rapport peuvent être dits, en vertu de cette définition, analogues. Le fait que les grandeurs à comparer doivent être homologues n'est pas sans impo […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les philosophies hellénistiques »  : […] La mort d'Aristote (322), qui suit d'un an celle d'Alexandre, marque une coupure, au moins relative, dans l'histoire de la philosophie grecque. Le platonisme classique et, à un moindre degré ou avec moins de succès, l'aristotélisme tendaient à l'unité de la théorie et de la pratique : la vision des essences est la condition de l'action droite et, en particulier, de la politique juste. À la fin du […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Dans le chapitre « L'architecture des philosophies, de Platon à Hegel »  : […] Le premier volet de notre enquête nous a révélé la fragilité de l'union des deux mots, archè et tektonikos , qui composent l'« architecture » en elle-même : vécue « de l'intérieur », dans la mémoire de la langue. Et donc posée comme susceptible de susciter sa propre philosophie. Mais qu'en pensent les philosophes ? L'investigation doit ici, semble-t-il, se dédoubler. D'une part, il existe des phi […] Lire la suite

AVENARIUS RICHARD (1843-1896)

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 854 mots

Philosophe allemand, né à Paris, Richard Avenarius enseigna à Zurich de 1877 à sa mort, et prit part à la création du Cercle académico-philosophique de Leipzig. Bien qu'il se soit inscrit dans l'histoire des idées comme l'un des fondateurs en 1877 du Vierteljahrschrift für Wissenschaftliche Philosophie ( Revue de philosophie scientifique ), auquel Ernst Mach s'est trouvé associé après sa mort, la […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le principe de causalité dans la physique classique »  : […] Schématiquement, c'est la forme de la trajectoire des astres (planètes, Soleil, étoiles) qui est le premier objet de la physique mathématique. Cette description du déplacement des planètes culmine dans l'œuvre de Ptolémée et, quatorze siècles plus tard, de Copernic. L'astronomie ne formule pas d'hypothèse sur la nature des astres ni sur les causes de leur mouvement : elle en étudie la forme et la […] Lire la suite

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

En ouvrant la conclusion totale du Système de politique positive , Auguste Comte distingue dans sa vie intellectuelle deux carrières. Dans la première, qui correspond à peu près à l'élaboration du Cours de philosophie positive , il s'est efforcé de transformer la science en philosophie. Dans la seconde, il a travaillé à transformer la philosophie en religion. Le lien serait fourni par le Cours d […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

Dans le chapitre « Atomes, forces, univers »  : […] Dans sa forme classique, la théorie mécanique comporte la définition de trois concepts : la description de l'état instantané d'un système de points matériels, la loi du mouvement (sous forme intégrale ou sous forme différentielle), et la nature des forces qui s'exercent sur le système. Pour déterminer l'état mécanique d'un système de points matériels à un instant donné, il faut en caractériser la […] Lire la suite

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 082 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'épistémologie « post-russellienne » »  : […] Bertrand Russell est probablement le philosophe contemporain qui a le plus vigoureusement mis en vedette de nouveaux thèmes épistémologiques et celui qui a donné le branle à des interrogations et à des critiques qui continuent d'en féconder le champ. L'idée dominante est ici celle d'un rationalisme du langage, par opposition au rationalisme de la perception qui était au cœur de l'épistémologie ka […] Lire la suite

ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 025 mots

La notion d'équilibre a une puissance heuristique exceptionnelle. Il n'est pas de régions d'objectivité où elle ne se retrouve. Si elle joue un rôle fondamental dans l'ensemble des sciences de la nature, elle est aussi centrale dans les sciences sociales. Bien plus, il se peut qu'elle constitue l'objet propre, tant des savoirs portant sur les normes (depuis la gymnastique jusqu'à la médecine ou à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean LADRIÈRE, « SYSTÈME, épistémologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-epistemologie/