KEYNÉSIEN SYSTÈME ÉCONOMIQUE

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nature et mesure des anticipations »  : […] La distinction suggérée par Gunnar Myrdal (1933) entre l' ex ante (a priori) et l' ex post (a posteriori) est au cœur de la dynamique économique : il n'y a aucune raison pour que les prévisions coïncident exactement avec les variations effectives ; de l'écart constaté par les agents entre les deux types de grandeurs découlent des adaptations des comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticipations-economie/#i_5175

BANQUES CENTRALES

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 6 873 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Keynésiens contre monétaristes »  : […] Au début du xx e  siècle, la politique monétaire s'appuie sur la théorie quantitative de la monnaie, selon laquelle l'inflation a pour origine une émission trop importante de monnaie, en supposant que la vitesse de circulation de la monnaie soit constante et que la monnaie soit neutre, c'est-à-dire n'agisse pas sur le niveau de production. Dans ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banques-centrales/#i_5175

CAPITALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick VERLEY
  •  • 6 275 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'État est-il l'ennemi de l'économie de marché ? »  : […] Écrivant dans les années 1940, Polanyi pouvait avec raison avoir l'impression que les libres mécanismes du marché étaient irrémédiablement entravés par l'action de l'État non seulement dans les pays totalitaires, mais aussi dans les pays démocratiques où la crise avait révélé que l'économie de marché, loin de s'autoréguler, menait plutôt à l'anarchie économique et au désastre si les États n'interv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitalisme-histoire/#i_5175

CHÔMAGE (NOTION DE)

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 1 690 mots

Dans le chapitre « Des explications variées »  : […] Longtemps, on a opposé le chômage « classique » au chômage « keynésien ». Pour les « classiques » (ceux qui se réclament de l'école de pensée libérale issue d'Adam Smith) et leurs successeurs, le chômage résulterait d'une offre d'emploi bridée pour différentes raisons : taxation excessive, règles freinant ou empêchant la concurrence et la création d'entreprises, et, plus généralement, obstacles a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chomage-notion-de/#i_5175

CONJONCTURE

  • Écrit par 
  • Philippe NASSE
  •  • 4 565 mots

Dans le chapitre « La conjoncture et son environnement »  : […] Cet effort pour décrire, expliquer et prévoir la situation conjoncturelle n'a pas pour seul motif le désir de connaissance. En effet, les agents économiques dont les comportements sont l'objet de l'analyse conjoncturelle sont aussi intéressés par le résultat de cette étude. Acteurs d'un jeu dans lequel ils font des choix, ils sont aussi observateurs du jeu, attentifs à utiliser la liberté de décis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conjoncture/#i_5175

DÉPRESSION ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUCROS
  •  • 3 168 mots

Dans le chapitre « Position du problème »  : […] En statique comparative, on détermine à un instant donné les conditions de l'équilibre sur une courte période, pour rechercher les raisons qui font que les grandeurs économiques se fixent à un niveau inférieur à celui qui assurerait le plein-emploi, par comparaison avec les conditions de réalisation de l'équilibre correspondant à celui-ci. On ne cherche pas à expliquer l'instabilité conjoncturell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depression-economique/#i_5175

DETTE PUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 3 090 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les justifications de l'endettement public »  : […] Si l'État ne peut s'endetter à l'infini et s'il ne sait jusqu'où il peut aller, pourquoi mener une politique dont on ignore les limites ? La politique de dépenses publiques élevées et de leur financement par l'emprunt trouve sa justification dans l'approche keynésienne qui repose sur trois idées-forces : – La dépense publique est plus efficace pour augmenter la production que la dépense privée. Dè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dette-publique/#i_5175

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

John Maynard Keynes n'a jamais cessé de souligner que le libre jeu des marchés et de la concurrence ne conduit pas forcément à une situation économique satisfaisante (voir par exemple l'article « The End of Laissez-faire », publié en 1926). Les conceptions keynésiennes de la politique économique sont fondées sur ce principe premier. Elles se distinguent cependant des autres doctrines favorables à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/#i_5175

ÉCONOMIE MONDIALE - 1992 : vers un nouveau modèle de croissance?

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 238 mots

Dans le chapitre « Vers un retour à Keynes ? »  : […] Ces circonstances ont contribué à discréditer le modèle suivi jusqu'alors par les gouvernements, qui consistait à assurer, par la rigueur monétaire, les bases d'une reprise durable : la stabilité des prix devait consolider les actifs financiers des ménages et encourager l'épargne et les investissements en donnant un caractère plus prévisible à l'économie. Ce schéma n'attendait que le signal d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-1992-vers-un-nouveau-modele-de-croissance/#i_5175

ÉPARGNE

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 7 537 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'épargne selon Keynes »  : […] Selon Keynes, il existe « une loi psychologique normale, qui veut qu'en cas de variation du revenu réel de la communauté, la consommation varie dans le même sens mais dans une proportion moindre » (J. M. Keynes, Théorie généra le de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie , 1936). En termes relatifs, le partage entre la consommation et l'épargne se dépla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epargne/#i_5175

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Nacima BARON, 
  • Sabine LE BAYON
  •  • 8 405 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un éphémère plan de relance keynésienne »  : […] Signe que l’état d’esprit des Espagnols est marqué par l’incertitude sur l’avenir, le taux d’épargne des ménages bondit (18 p. 100 des revenus). Mais le gouvernement ne veut pas accentuer les comportements baissiers. Dans les médias, il s’interdit d’utiliser le terme crise, préférant des euphémismes tels que « décélération » ou « atterrissage ». Dans le courant de l'année 2009, à la suite d'autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-le-territoire-et-les-hommes-economie/#i_5175

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « De l'empirisme à l'intervention systématique »  : […] L'interventionnisme serait cependant resté un ensemble de procédés empiriques, s'il n'avait été érigé à la hauteur d'un système théorique par J. M. Keynes en 1936. L'auteur de la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie lui a donné tout à la fois une méthode : la macroanalyse (analyse par quantités globales) ; un but : la réalisation du plein-emploi ; un m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intervention-de-l-etat-economie/#i_5175

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS, 
  • Patrick VILLIEU
  •  • 6 356 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le principe d'accélérateur simple »  : […] La vision keynésienne de l'investissement est essentiellement fondée sur les débouchés des entreprises : les entreprises investissent si la demande qui leur est adressée augmente. D'après le principe d'accélérateur, le taux d'investissement est relié au taux de croissance de la demande : l'investissement augmente lorsque la variation de la demande est positive et il diminue lorsque la variation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/#i_5175

KALDOR NICHOLAS (1908-1986)

  • Écrit par 
  • Gérard GRELLET
  •  • 963 mots

Économiste britannique d'origine hongroise, Nicholas Kaldor, né à Budapest en 1908, est mort à Cambridge en 1986. Professeur à l'université de Cambridge (1952), conseiller des gouvernements travaillistes de l'après-guerre et de nombreux pays, membre de la Chambre des lords (1974), il contribue à l'évolution de la théorie économique dans des domaines aussi divers que la concurrence imparfaite, la t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicholas-kaldor/#i_5175

KEYNES JOHN MAYNARD (1883-1946)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 1 875 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie générale »  : […] L'intégration totale se réalise dans La Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (The General Theory of Employment, Interest and Money , 1936), fruit d'une collaboration intellectuelle de Keynes et d'un certain nombre de ses condisciples (Piero Sraffa, Richard Kahn, Joan Robinson, James Meade). La Théorie générale constitue une véritable révolution méthodo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-maynard-keynes/#i_5175

LIQUIDITÉ MONÉTAIRE

  • Écrit par 
  • André CHAÎNEAU
  •  • 3 563 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Préférence pour la liquidité monétaire selon John Maynard Keynes »  : […] La monnaie est demandée pour elle-même, en raison de la liberté qu'elle donne. Keynes distingue une demande d'encaisses de transaction M 1 et une demande d'encaisses oisives M 2 correspondant à des motifs de précaution et de spéculation. M 1 existe parce que la monnaie est un actif de paiement, M 2 parce qu'elle est un actif de placement, une réserve de valeur. J. R. Hicks fait remarquer que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liquidite-monetaire/#i_5175

MACROÉCONOMIE - Emploi

  • Écrit par 
  • Bernard GAZIER
  •  • 9 587 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Macroéconomie de l'emploi : prix ou quantités ? »  : […] La mise en évidence et en question des conséquences d'un tel raisonnement transposé à l'échelle d'un pays et la contestation par John Maynard Keynes de sa logique sous-jacente ont donné naissance à la macroéconomie. Les grands débats qu'a suscités la crise de 1929 ont opposé les partisans du retour à une supposée loi du marché dont on se serait peu à peu écarté, prescrivant alors des baisses de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-emploi/#i_5175

MEADE JAMES EDWARD (1907-1995)

  • Écrit par 
  • Gabriel POULALION
  •  • 926 mots

Né le 23 juin 1907 à Swanage, en Angleterre, James Edward Meade suit des études littéraires à Oxford, puis des études économiques à Cambridge (Grande-Bretagne), universités dont il est diplômé ( master of arts ) en 1928 et 1930, respectivement. Cette double formation universitaire lui vaut d'être élu fellow à Hertford College d'Oxford, où il enseigne de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-edward-meade/#i_5175

NOUVELLE ÉCOLE CLASSIQUE (N.E.C.), économie

  • Écrit par 
  • François LANGOT
  •  • 2 414 mots

Dans le chapitre « De la révolution keynésienne à la contre-révolution des nouveaux classiques »  : […] La révolution keynésienne est née de l'impuissance de la théorie classique à expliquer la dépression des années 1930. À l'époque de la grande dépression, John Maynard Keynes juge la théorie classique incapable d'expliquer l'ampleur des niveaux de chômage et inapte à formuler des recommandations simples de politique économique. Avec la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-ecole-classique-n-e-c-economie/#i_5175

REVENU NATIONAL

  • Écrit par 
  • Véronique PAREL, 
  • Francisco VERGARA
  •  • 5 800 mots

Dans le chapitre « L'importance prise par la comptabilité nationale dans l'après-guerre »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, plusieurs raisons impératives ont incité les États à développer leur comptabilité nationale. Parmi elles, il y a les besoins de la reconstruction, qui posent des problèmes similaires à ceux de la guerre ; la conviction presque universelle (en grande partie grâce à l'acceptation des idées de Keynes) que l' État doit et peut maintenir le plein emploi et réduire l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revenu-national/#i_5175

SALARIAT

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 8 712 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du salariat »  : […] À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la donne, une nouvelle fois, a changé. Les idées de Keynes tiennent le haut du pavé : le capitalisme a besoin, pour fonctionner, d'une demande forte et régulière, ce qui implique une intervention de l'État. En matière salariale, cela se traduit par une double mutation. D'abord, l'instauration de mécanismes de protection sociale qui aboutissent à la mise en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salariat/#i_5175

THÉORIE GÉNÉRALE DE L'EMPLOI, DE L'INTÉRÊT ET DE LA MONNAIE, John Maynard Keynes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marion GASPARD
  •  • 1 060 mots

La célébrité de John Maynard Keynes (1883-1946), économiste à Cambridge et haut fonctionnaire, connaît son point culminant avec la publication de General Theory of Employment, Interest and Money ( Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie ). Non parce que ce livre résume parfaitement la pensée de son auteur, qui dès 1937 révise certains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-generale-de-l-emploi-de-l-interet-et-de-la-monnaie/#i_5175

LA THÉORIE QUANTITATIVE DE LA MONNAIE, Milton Friedman - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 039 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une théorie de la demande de monnaie »  : […] L'objectif de Friedman est double. Il s'agit à la fois de prendre des distances avec la version traditionnelle de la théorie quantitative de la monnaie et de contrer les positions anti-quantitativistes des keynésiens orthodoxes. La tradition quantitativiste considère que la quantité de monnaie M nécessaire pour réaliser des transactions pendant une période donnée est dans une proportion fixe avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-theorie-quantitative-de-la-monnaie/#i_5175

UNE HISTOIRE MONÉTAIRE DES ÉTATS-UNIS, 1867-1960, Milton Friedman et Anna Schwartz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 998 mots

Dans le chapitre « La remise en cause des relances keynésiennes »  : […] Le livre combine approche théorique et travail statistique, pour démontrer l'inefficacité des politiques de relance keynésiennes. Celles-ci reposent sur l'idée qu'en période de sous-emploi les prix sont rigides et que toute augmentation de la demande, qui se traduit par une augmentation de la capacité de dépense et donc de la masse monétaire, induit une augmentation de la production. Pour Friedma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/une-histoire-monetaire-des-etats-unis-1867-1960/#i_5175