SYSTÈME D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (S.I.G.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plusieurs définitions ont été données de l'expression S.I.G. (système d'information géographique). En France, on peut retenir celle qui a été développée en 1990 par l'économiste Michel Didier : « Ensemble de données repérées dans l'espace, structuré de façon à pouvoir en extraire commodément des synthèses utiles à la décision ». À cet ensemble, il faut ajouter les outils informatiques, tant matériels que logiciels, nécessaires à l'exploitation des données. Un S.I.G. est donc constitué : d'une part, d'un ensemble de données géographiques numériques, accompagnées de leur description détaillée en termes de précision, d'exhaustivité (ce qui correspond à leur légende mais aussi à des métadonnées, c'est-à-dire des informations sur l'obtention des données) ; d'autre part, des moyens informatiques (dont le logiciel S.I.G.) permettant de traiter ces informations, de les gérer et d'en extraire – de la façon la plus efficace et la plus simple possible – des sous-ensembles utiles pour les présenter à l'usager. Les données sont dites « géographiques » lorsqu'elles possèdent des coordonnées permettant de les localiser spatialement. Seules les données de ce type peuvent être intégrées dans les S.I.G. Celles-ci sont très diverses : elles peuvent se rapporter à la géographie physique (cours d'eau, reliefs) ou porter sur des biens et des activités humaines (nombre de personnes habitant telle commune, trafic sur telle route). Pour tirer toute la synergie possible entre les différentes données géographiques, celles-ci sont organisées en couches successives, chaque couche représentant les objets (données) appartenant à un thème particulier (réseau hydrographique, réseau de transport, bâtiments, cultures).

Selon le cadre du travail, le terme S.I.G. ne signifie pas la même chose. Pour certains (éditeurs de S.I.G.), il désigne essentiellement la partie informatique et surtout logicielle, pour d'autres (géomètres, agences cartographiques nationales), l'acquisition des données et, pour d'autres encore (les usagers, spécialistes de leur thématique mais qui ne sont pas pour autant géographes), la démarche permettant d'obtenir une « carte à la carte » utile à leur domaine de spécialité.

En dépit de ces acceptions différentes, la démocratisation du S.I.G. progresse très rapidement. La plupart des collectivités locales sont équipées de cet outil, tant pour capitaliser de façon intelligente les levés topographiques effectués que pour permettre une consultation aisée de leur cadastre et faciliter la création de nouveaux zonages réglementaires (liés aux règles d'urbanisme). L'exigence de transparence, de plus en plus présente, conduit nombre d'entre elles à mettre un S.I.G. en ligne à la disposition du citoyen.

La conception aussi bien que l'emploi d'un S.I.G. peuvent nécessiter de nombreuses expertises :

– Expertise sur les données pour garantir leur qualité. Relevant du géomètre, du topographe, elle exige une bonne maîtrise des systèmes de référence et, donc, de la géodésie, des outils de topométrie, de photogrammétrie, de numérisation de documents anciens, etc. Elle nécessite également une bonne connaissance des différentes bases de données géographiques disponibles sur le marché, aux niveaux local, national, voire mondial. Les données, qui constituent la composante essentielle des S.I.G., représentent la partie la plus coûteuse.

– Expertise sur la gestion des données et sur l'extraction de sous-ensembles intéressant l'usager. La gestion et la mise à jour des informations s'effectuent grâce à un logiciel de type S.G.B.D. (système de gestion de base de données, très largement utilisé dans les systèmes d'information de toutes sortes). Cette expertise suit les capacités des ordinateurs et l'ergonomie des logiciels disponibles. C'est la partie qui évolue le plus vite : si, dans les années 1990, ces outils exigeaient un long apprentissage, ils sont désormais de plus en plus souvent mis directement à disposition de l'usager final.

– Expertise en matière de présentation des données utiles à l'usager. C'est la forme moderne de la cartographie et c'est parfois le parent pauvre de l'opération. La cartographie, que la présentation des données soit sur écran ou sous [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur de l'École nationale des sciences géographiques, I.G.N.

Classification

Autres références

«  SYSTÈME D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (S.I.G.)  » est également traité dans :

CARTOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Guy BONNEROT, 
  • Estelle DUCOM, 
  • Fernand JOLY
  •  • 8 490 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Cartographie moderne »  : […] La période moderne de la cartographie topographique commence avec les grandes réalisations du xix e  siècle. Elle est notamment illustrée en France par la carte de l'état-major, au 1 :80 000 en hachures, qui servit de prototype à plusieurs autres cartes européennes. Les travaux de cette carte, commencés en 1818, durèrent jusqu'en 1880 (et même 1882 pour la Corse). Construite sur le canevas de Bon […] Lire la suite

PÉDOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges AUBERT, 
  • Denis BAIZE, 
  • Mireille DOSSO, 
  • Marcel JAMAGNE
  •  • 9 868 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Transmission de l'information »  : […] Une carte traditionnelle jouait en pratique deux rôles complémentaires : un rôle de mémorisation de l'information et un rôle de transmission vers un lecteur potentiel. Mais il était difficile de vouloir à la fois tout conserver et tout transmettre. C'est pourquoi le message graphique que constituait la « carte papier » était classiquement complété dans les notices explicatives par de nombreuses au […] Lire la suite

SYSTÈMES INFORMATIQUES - Systèmes de gestion de bases de données

  • Écrit par 
  • Bernd AMANN, 
  • Michel SCHOLL
  •  • 6 201 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle vision des données »  : […] Jusqu'à la fin des années 1980, la représentation relationnelle étudiée au chapitre 3 satisfaisait la plupart des besoins. Les années 1990 et 2000 ont vu l'apparition du Web pour le partage d'informations et le développement de nouvelles applications, qui toutes échangent, interrogent et manipulent des documents de structure mal définie (cf. chapitre 4) et mélangent des textes et parfois des imag […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel KASSER, « SYSTÈME D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (S.I.G.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-d-information-geographique/