SURCHARGE SYNDROMES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le déficit ou le blocage des voies normales du métabolisme dans l'organisme humain aboutit à l'épargne et au dépôt de certains matériaux qui finissent par encombrer les tissus où ils sont accumulés.

Le foie, plaque tournante du métabolisme, est au premier chef concerné par cette forme de pathologie lorsqu'il se charge exagérément de corps gras (stéatose) ou encore de glycogène. Une surcharge en glycogène peut aussi affecter le tissu musculaire chez lequel ce polysaccharide constitue normalement une réserve nutritive. Mais, en cas de surcharge, le défaut d'utilisation du glycogène musculaire s'accompagne d'un état d'insuffisance fonctionnelle motrice. Ce syndrome d'accumulation résulte d'enzymopathies congénitales ou acquises qui rendent compte des diverses formes des glycogénoses.

En effet, les déficits enzymatiques qui caractérisent ces maladies bloquent en un point ou un autre le métabolisme du glycogène et provoquent ainsi l'engorgement glycogénique du muscle.

Le métabolisme des lipides peut, lui aussi, être affecté par des enzymopathies. Ce sont des déficits congénitaux dans la production de certaines des enzymes qui contrôlent ce métabolisme. Les atteintes au métabolisme des corps gras affectent soit la lipoprotéinémie (ne déterminant alors de surcharge que dans le cas où les HDL font défaut : maladie de Tangier), soit les lipides complexes du tissu nerveux (provoquant diverses « thésaurismoses » lysosomales en déterminant, au niveau des structures de digestion intracellulaire que sont les lysosomes, des accumulations graisseuses, typiques des neurolipidoses), soit enfin le devenir du cholestérol (xanthomatose).

La gravité des troubles qu'entraînent les phénomènes de surcharge dépend pour une large part de leur localisation et de l'effet qu'ils entraînent sur la validité fonctionnelle du tissu atteint. À cet égard, les neurolipidoses sont les syndromes de surcharge les plus sévères, du fait des conséquences neurologiques (encéphalopathies progressives) que déterminent ces maladies congénitales.

—  Didier LAVERGNE

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SURCHARGE SYNDROMES DE  » est également traité dans :

ANDERSEN MALADIE D'

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 191 mots

La maladie d'Andersen, également appelée glycogénose de type IV, est une maladie héréditaire du métabolisme très rare liée au déficit en amylo-1 :4,1 :6-transglucosidase, enzyme clé de la synthèse du glycogène. Ce déficit entraîne la production excessive d'une forme anormale de glycogène, l'amylopectine, qui s'accumule dans les tissus, en particulier le foie et le muscle cardiaque. Les enfants at […] Lire la suite

DERMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Robert DEGOS
  •  • 4 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dermatoses dysmétaboliques »  : […] La perturbation de divers métabolismes généraux ou locaux est à l'origine des « dermatoses de surcharge » (thésaurismoses), se traduisant par des papulo-nodules, par des infiltrations ou par des tumeurs. Ce trouble dysmétabolique peut porter sur la mucine (mucinoses papuleuses, scléromyxœdème, dermopathie basedowienne), sur l'amyloïde (lichen amyloïde, amyloïdose systématisée de Lubarsch-Pick), su […] Lire la suite

FABRY MALADIE DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 187 mots

Également appelée angiokératome diffus, la maladie de Fabry est une maladie héréditaire liée au chromosome X qui est due au déficit de l'enzyme alpha-galactosidase A. L'absence de l'enzyme provoque l'apparition de dépôts anormaux de glycosphingolipides (céramide trihexoside) dans les vaisseaux sanguins. Ces dépôts lipidiques sont responsables de lésions cardiaques et rénales caractéristiques de l […] Lire la suite

FER - Rôle biologique du fer

  • Écrit par 
  • Carole BEAUMONT
  •  • 4 717 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le fer : ni trop, ni trop peu »  : […] La quantité de fer présente à un moment donné dans un organisme doit être finement contrôlée, l'excès comme la carence pouvant avoir des conséquences néfastes. La carence en fer, dite carence martiale d'origine nutritionnelle, touche environ deux milliards d'individus dans le monde. Elle est à l'origine d'une anémie par insuffisance des apports en fer destinés à l'érythropoïèse, mais elle entraîn […] Lire la suite

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Maladies du foie d'origine nutritionnelle »  : […] La possibilité de produire, au seul moyen d'un régime, les lésions hépatiques les plus sérieuses, a été une véritable révolution de l'hépatologie. On savait cependant depuis le début du siècle qu'un régime alimentaire approprié pouvait modifier la gravité et l'évolution d'une intoxication chimique expérimentale. Mais dès 1930, on commence à obtenir des surcharges graisseuses du foie par un régim […] Lire la suite

FORBES MALADIE DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 147 mots

La maladie de Forbes, également appelée maladie de Cori ou glycogénose de type III, est une maladie héréditaire rare dans laquelle la dégradation du glycogène en résidus de glucose simples est incomplète, entraînant l'accumulation de composés intermédiaires dans les cellules du foie. L'enzyme déficiente est l'amylo-1,6-glucosidase, une des nombreuses enzymes impliquées dans la dégradation du glyc […] Lire la suite

GAUCHER MALADIE DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 288 mots

La maladie de Gaucher est une maladie héréditaire du métabolisme rare, caractérisée par une anémie, un retard mental et des anomalies neurologiques, une pigmentation jaunâtre de la peau et des lésions osseuses responsables de fractures pathologiques. La maladie de Gaucher est liée à un déficit enzymatique en glucocérébrosidase, qui entraîne l'accumulation de lipides, les glucocérébrosides, dans l […] Lire la suite

GIERKE MALADIE DE VON

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 179 mots

La maladie de von Gierke, ou glycogénose de type I, est la plus fréquente des maladies héréditaires du stockage du glycogène. C'est une maladie transmise sur le mode autosomique récessif, liée au blocage du métabolisme du glycogène par déficit d'une enzyme, la glucose-6-phosphatase, qui contrôle la libération d'unités de glucose simple, à partir du glycogène stocké dans le foie. Ce défaut entraîn […] Lire la suite

GLYCOGÉNOSES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 553 mots

Les glycogénoses, ou maladies du stockage du glycogène, sont un groupe de déficits enzymatiques qui résultent d'une altération du métabolisme du glycogène . On les classe en treize types sur la base du déficit enzymatique spécifique, désignés par un chiffre romain. Les manifestations cliniques se divisent en deux groupes : celles qui impliquent le foie et celles qui impliquent le muscle strié. Da […] Lire la suite

HÉMOCHROMATOSES

  • Écrit par 
  • Claude EUGÈNE
  •  • 2 559 mots

Il existe deux grands types de surcharge en fer de l'organisme, responsables d'états pathologiques appelés hémochromatoses : les unes sont dites primitives car d'origine génétique ; les autres, dites secondaires, compliquent une affection préexistante, comme une anémie (ayant parfois nécessité des transfusions) ou une maladie du foie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « SURCHARGE SYNDROMES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/syndromes-de-surcharge/