KESSLER SYNDROME DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La genèse du syndrome de Kessler

Quelques publications antérieures faisaient déjà état de la présence de débris laissés en orbite lors des opérations spatiales (étages supérieurs de lanceurs, satellites usagés, sangles, capots de protection des optiques des satellites…). Dès 1963, six ans seulement après le lancement de Spoutnik 1, premier satellite artificiel, Ernest W. Peterkin, de l’US Naval Research Laboratory, constatait que la moitié des objets en orbite autour de la Terre (on parle de population orbitale) étaient en fait des débris spatiaux – c’est-à-dire des objets ou fragments d’objets artificiels non fonctionnels – pour la plupart générés par des explosions accidentelles.

Donald Kessler, qui a commencé sa carrière en 1962 à la NASA en tant qu’astrophysicien, a d’abord été chargé d’étudier les météorites constituant l’environnement spatial auquel étaient confrontées les premières missions spatiales. Il s’est ensuite intéressé aux débris orbitaux et à leur mode de production, identifiant rapidement deux sources principales : les explosions de satellites et d’étages de fusée ; les collisions d’objets spatiaux entre eux. De telles collisions génèrent un grand nombre de débris secondaires : on estime ainsi que l’impact d’un débris d’un gramme sur une simple plaque métallique génère plus de cent grammes de nouveaux débris. Ce constat a amené Kessler et son collègue Cour-Palais à imaginer une réaction en chaîne, chaque débris générant un grand nombre de nouveaux débris, qui à leur tour en produisent d’autres, et ainsi de suite… En 1991, Kessler publie un article complémentaire qui met en équation sa théorie des débris et montre que la première région de l’espace à subir ce phénomène sera la zone autour de la Terre comprise entre 700 et 1 100 kilomètres d’altitude, là où se trouvent la plupart des satellites d’observation. Dans cette région, il prédit que, même dans le cas d’une suspension totale des activités spatiales (arrêt des lancements de satellites) et dans le cas idéal d’une absence d’explosion, le nombre d’objets orbitaux continuerait de croître pendant [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : ingénieur expert senior à la direction des lanceurs du Centre national d'études spatiales (CNES), président de la commission débris spatiaux de l'Académie internationale d'astronautique

Classification


Autres références

«  KESSLER SYNDROME DE  » est également traité dans :

DÉBRIS SPATIAUX

  • Écrit par 
  • Christophe BONNAL
  •  • 5 323 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les collisions orbitales »  : […] Le second événement redouté concerne le risque de collision dans l’espace entre des débris et des satellites actifs. L’exemple le plus célèbre est la collision survenue le 10 février 2009 entre le satellite de télécommunication Iridium 33 et le vieux satellite militaire Cosmos-2251, qui a généré environ 3 500 nouveaux débris de plus de 10 centimètres. Les vols habités représentent un cas particul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debris-spatiaux/#i_56991

Voir aussi

Pour citer l’article

Christophe BONNAL, « KESSLER SYNDROME DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-de-kessler/