SYNDICALISME RÉVOLUTIONNAIRE

A.F.L.-C.I.O. (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations)

  • Écrit par 
  • Claude JULIEN, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 6 838 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'A.F.L. face au syndicalisme révolutionnaire »  : […] L'attitude de l'A.F.L. contrastait avec celle des Industrial Workers of the World ( I.W.W.). Ceux-ci avaient été fondés en 1905, à Chicago, par Eugene V. Debs, qui purgea plusieurs peines de prison en raison de ses activités politiques et syndicales et fut cinq fois candidat socialiste à la présidence des États-Unis, de 1900 à 1920. Alors que l'A.F.L. organisait les travailleurs par métiers, selon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/american-federation-of-labor-congress-of-industrial-organizations/#i_93511

AMIENS CHARTE D' (1906)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 860 mots

Motion votée au IX e  congrès confédéral de la C.G.T., tenu du 8 au 16 octobre 1906, la Charte d'Amiens est considérée comme le texte fondamental du syndicalisme révolutionnaire. La C.G.T. avait été créée au congrès de Limoges en 1895 par la Fédération des Bourses du travail (et à son initiative) et la Fédération des syndicats. Elle est alors une association formelle plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charte-d-amiens/#i_93511

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « De Capolago au syndicalisme révolutionnaire (1891-1912) »  : […] Malatesta et Merlino fondèrent de grands espoirs sur le congrès de Capolago. Au cours des années précédentes, l'anarchisme s'était d'abord développé en Italie centrale et même introduit en Sicile. Ses militants s'étaient montrés actifs chez les chômeurs de Rome, et, lors des agitations de Toscane en 1889, certains avaient dirigé des manifestations. Le congrès de Capolago (4-6 janv. 1891) rassembla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anarchisme/#i_93511

C.G.T. (Confédération générale du travail)

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 4 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les origines »  : […] Les origines de la C.G.T. remontent à la fin du xix e  siècle. Après la Commune de Paris et malgré la répression qui a suivi sa défaite, les organisations syndicales réapparaissent rapidement. En 1881, on dénombre déjà en France cinq cents chambres syndicales. Des congrès ouvriers se réunissent à Paris en 1876, à Lyon en 1878 et à Marseille en 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confederation-generale-du-travail/#i_93511

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 805 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La création des P.C. : le cas français »  : […] Les sections viennent à l'Internationale communiste selon des modes très différents. Certaines adhésions sont massives, au point d'être parfois refusées, comme dans le cas italien. Des sections surgissent pratiquement ex nihilo, comme dans les cas chinois et indochinois. D'autres se sont revitalisées à partir d'un greffon colonial, comme aux Pays-Bas à partir du P.C. indonésien. D'autres encore se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire/#i_93511

INTERNATIONALE SYNDICALE ROUGE

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 1 034 mots

La scission syndicale n'a jamais été un objectif stratégique de l'Internationale communiste. Et cependant, du 3 au 19 juillet 1921, se tient à Moscou le congrès constitutif de l'Internationale syndicale rouge. Le schisme était certes prévisible, mais les bolcheviks avaient souvent pensé, dans un premier temps, regrouper partis et syndicats dans une même internationale, comme cela s'était produit e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/internationale-syndicale-rouge/#i_93511

MUSSOLINI BENITO (1883-1945)

  • Écrit par 
  • Pierre MILZA
  •  • 3 761 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Entre le rouge et le noir (1883-1922) »  : […] Né le 29 juillet 1883 à Dovia di Predappio, près de Forlì, en Romagne, Benito Mussolini est issu par son père – forgeron et cafetier – d'un milieu de modestes propriétaires terriens prolétarisés, puis reconvertis dans l'artisanat et la boutique, et par sa mère de la moyenne bourgeoisie citadine (Rosa Maltoni est fille de vétérinaire et a fait des études secondaires avant d'obtenir son diplôme d'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benito-mussolini/#i_93511

PELLOUTIER FERNAND (1867-1901)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 332 mots

Fils d'un fonctionnaire des postes, Pelloutier est né à Paris. Il fait ses études au petit séminaire de Guérande puis au collège de Saint-Nazaire. Ayant échoué au baccalauréat, il se consacre au journalisme et collabore à un journal local, La Démocratie de l'Ouest , où il rencontre Aristide Briand. Devenu rédacteur en chef en 1892, il adhère au Parti ouvrier français de Guesd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-pelloutier/#i_93511

RÉFORMISME

  • Écrit par 
  • Jacques JULLIARD
  •  • 3 003 mots

Dans le chapitre « Constitution du clivage politique »  : […] Le développement du réformisme est étroitement lié au régime parlementaire et à l'espoir d'une transformation sociale par le suffrage universel. En ce sens, on pourrait dire que le réformiste est celui qui pense que la démocratie politique ouvre directement la voie à la démocratie sociale. N'est-il pas significatif que le mot « réforme » et l'adjectif « réformiste » aient été introduits dans le v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reformisme/#i_93511

SOREL GEORGES (1847-1922)

  • Écrit par 
  • Louis SOUBISE
  •  • 2 241 mots

Dans le chapitre « Le syndicalisme révolutionnaire »  : […] Sorel emprunte à Fernand Pelloutier la théorie du « syndicalisme révolutionnaire ». Ce bourgeois consacre son énergie à donner un esprit nouveau aux Bourses du travail, afin que cette organisation soit intégralement l'œuvre de la classe ouvrière et vouée à l'éducation de celle-ci ; le caractère corporatif des bourses du travail se veut paradoxalement d'esprit révolutionnaire, en ceci précisément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-sorel/#i_93511

SYNDICALISME

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE, 
  • Thomas LOWIT
  •  • 13 169 mots

Dans le chapitre « Les facteurs de diversité »  : […] L'extrême diversité des formes d'organisation et des modalités de fonctionnement des mouvements syndicaux rend toute généralisation impossible. On peut cependant établir trois grandes séries de distinctions sur la base de considérations politiques, économiques et juridiques. On reproche parfois aux syndicats leur politisation. Or, de ce point de vue la situation française diffère de celle qu'on pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndicalisme/#i_93511