SYNCRÉTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Christianisme et syncrétisme

À propos des « syncrétismes » hellénistiques romains, on a parfois remarqué la réalisation d'un dessein politique : ce serait le cas, par exemple, de l'institution du culte de Sérapis, qui aurait dû, dans l'esprit des Ptolémées, permettre d'unifier, en matière de religion, l'élément grec et l'élément égyptien ; ou du culte de Sol invictus fondé par Aurélien. Mais, plus profondément, l'attention des chercheurs s'est portée sur la propagande religieuse comme facteur principal de syncrétisme, propagande à sens unique, que les religions orientales mettent en œuvre par le truchement de leurs propres fidèles immigrés dans les communautés occidentales. Une fois intégrés politiquement, les porteurs de cultes orientaux, au lieu de se laisser assimiler également sur le plan religieux, auraient au contraire imposé leurs propres croyances, qui leur semblaient combler une attente spirituelle du monde romain. Tel est le schéma typique selon lequel ont été étudiés les mystères de Mithra, d'Isis, d'Attis, etc., dans leur formation et leur diffusion, ainsi que les œuvres de certains écrivains et penseurs comme Plutarque, Celse, Macrobe, etc. Ce modèle a servi également à expliquer la propagande juive et, enfin, la venue du christianisme. Au sujet de ce dernier, il convient de signaler, outre l'interprétation qu'on en a donnée avec la clé syncrétiste, la position de ceux qui, entendant par syncrétisme moins le résultat de la fusion de religions diverses que l'aptitude de l'une d'entre elles à se mettre en accord avec les autres (dans le sens de l'irénisme qui, comme on l'a remarqué plus haut, eut cours dans la controverse postérasmienne), ont caractérisé le christianisme comme un mouvement nettement antisyncrétiste et vu en cela un des principaux motifs de son succès sur les autres cultes orientaux de tendance syncrétiste.

Tous ces thèmes et schémas appartenant à une époque révolue de l'histoire des religions ont été développés, repris ou ré-élaborés à l'intérieur du champ d'études de la théologie : le « syncrétisme », concept né de la polémique théologique, retournait ainsi, après une parenthèse scientifique à ses originelles fonctions philosophiques. Il retrouva précisément un rôle auprès de nouvelles théologies germaniques (la Religionsgeschichtliche Schule et la Formgeschichtliche Methode), lesquelles – en cela réside leur nouveauté par rapport aux vieilles écoles – prétendent se situer dans le domaine de la critique historique. Pour de tels courants, le concept de syncrétisme devient essentiel, car ils tendent à redécouvrir un christianisme authentique (nécessaire) par-delà ses réalisations historiques (contingentes) dans lesquelles ils voient autant de syncrétismes issus de la fusion du message du Christ avec les traditions païennes. Particulièrement représentative de cette méthode est l'œuvre de Rudolf Bultmann, qui tient ces syncrétismes pour des « mythes » et qui, par suite, fait du processus d'épuration du christianisme une « démythisation ».

La contradiction interne de ces théologies nouvelles vient de ce qu'elles recourent à la critique historique non, certes, pour réduire le christianisme à un produit culturel, mais avec l'idée d'atteindre un christianisme méta-historique, qui ne peut donc être atteint par la pure recherche historique. Dès lors, du strict point de vue de l'histoire des religions, ces théologiens ne peuvent être rangés parmi les chercheurs attachés à l'étude scientifique du christianisme, encore qu'ils prétendent se définir comme tels : leurs buts et leurs travaux constituent eux-mêmes des manifestations objectives du christianisme et sont par là susceptibles d'être étudiés à leur tour. Leur situation se comprend ainsi très bien à partir des présupposés et modèles qu'ils trouvent dans les racines historiques du christianisme : par exemple, dans l'action des prophètes de l'Ancien Testament à l'époque où la résistance à des formes « syncrétistes » cananéennes était l'expression de la défense et de la promotion de l'unité culturelle d'Israël sub specie religionis ; ou dans le style relativement antisyncrétiste du christianisme, au moins face aux « syncrétismes » hellénistiques romains ; ou encore dans le rigorisme de la Réforme qui, en vo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SYNCRÉTISME  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 656 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les alchimistes alexandrins »  : […] Loin d'être l'origine de l'alchimie, comme l'a cru Berthelot, la Grèce égyptienne, entre le iii e  siècle et le viii e  siècle après J.-C., n'a connu que la fin de l'évolution des communautés alchimiques et métallurgiques de la haute Antiquité. Ruska souligne les traces sensibles de cette décadence déjà chez Zosime de Panopolis, l'auteur le plus fécond de la littérature alexandrine hermétiste, au […] Lire la suite

ALEXANDRIE

  • Écrit par 
  • André BERNAND, 
  • Jean-Yves EMPEREUR, 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 5 656 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un carrefour artistique de l'Antiquité »  : […] Sur les rivages de la Méditerranée, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de la branche la plus occidentale du Nil, Alexandre le Grand choisit d'installer en 331 avant notre ère une nouvelle cité grecque : fondation macédonienne, l'une des dix-sept cités appelées Alexandrie sur le parcours du conquérant dans sa grande marche vers l'Inde. Alexandrie d'Égypte n'est certes pas, à l'inverse de ce q […] Lire la suite

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Syncrétisme et exégèse »  : […] Pour mettre en perspective la littérature astrologique, il importe de se demander ce qu'elle a à cacher, ce qui se dissimule derrière des constructions bien polies : on appréciera dès lors le talent de l'exégète à évacuer les apories structurelles ou contextuelles. Une nouvelle conception de l'histoire des textes astrologiques se fait jour : l'étude et la comparaison des gloses construites autour […] Lire la suite

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Une connaissance approfondie de la ville »  : […] Depuis la découverte du Templo Mayor – inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1987 –, le centre historique de Mexico constitue le théâtre privilégié des recherches des archéologues mexicains. La richesse de ce site est en effet à l’origine du renouveau dans l’étude de la civilisation aztèque, et 2018 a marqué les quarante ans de ces recherches au cours desquelles les archéologues n’ont eu de […] Lire la suite

AZTÈQUES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 531 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Synthèse et assimilation religieuses »  : […] Les dieux apportés par les conquérants nahua sont, eux, des divinités célestes et astrales. À la différence des dieux des anciens agriculteurs du plateau central, les dieux nordiques n'étaient pas, à l'origine, représentés sous des formes anthropomorphisées, mais plutôt par des objets symboliques comme une pierre taillée, une fleur sacrée, une plume précieuse, etc. Durant l'époque de la migration, […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Le syncrétisme shintō-bouddhique »  : […] Lorsque le bouddhisme fut transmis au Japon, on ne vit d'abord dans les différents buddha que l'équivalent des divinités traditionnelles japonaises et on les appela d'ailleurs «  kami de Chine », plaçant ainsi les deux entités sur le même plan. Si ce fut la cause des premières confrontations, il est hors de doute que cette assimilation facilita aussi grandement l'implantation de la nouvelle relig […] Lire la suite

CAODAÏSME

  • Écrit par 
  • Paul LÉVY
  •  • 1 288 mots

Le caodaïsme – ou bouddhisme rénové – apparaît d'emblée comme un amalgame assez étonnant. Il emprunte beaucoup au bouddhisme, particulièrement la doctrine de la réincarnation, mais doit aussi au taoïsme, au confucianisme, au christianisme. Il s'apparente d'autre part au spiritisme et à la théosophie. La religion caodaïste fut fondée en 1919 par Ngô Van Chiêu, délégué administratif pour l'île de P […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 068 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La religion syncrétique moderne »  : […] L'époque à laquelle est apparue la religion syncrétique n'est pas connue avec précision. Il va de soi, du reste, qu'elle s'est formée progressivement, de façon insensible. Ses germes sont pour la plupart fort anciens, mais sa forme actuelle paraît s'être dessinée au temps de la dynastie mongole des Yuan, au xiii e  siècle. Nul doute en tout cas que, dès le xv e  siècle, sous les Ming, elle avait à […] Lire la suite

CULTE DE SÉRAPIS

  • Écrit par 
  • Renaud DE SPENS
  •  • 189 mots

Probablement instauré en Égypte par Ptolémée I er Sôter, le culte d'un nouveau dieu syncrétique, Sérapis, se greffe sur un terreau égyptien plus ancien : il existait déjà, à Memphis, un culte pour Osiris-Apis. Mais la nouvelle divinité prend le plus souvent une apparence grecque : un homme barbu portant un petit panier à grain ( kalathos ) comme couronne, parfois accompagné de Cerbère et d'Harpoc […] Lire la suite

DUALISME

  • Écrit par 
  • Simone PÉTREMENT
  •  • 6 146 mots

Dans le chapitre « Dualisme gnostique »  : […] Le nom de gnosticisme a été donné par les historiens modernes à un ensemble d' hérésies chrétiennes qui apparurent dès la fin du i er  siècle. Ces hérésies, nombreuses et diverses, s'accordaient en ce qu'elles rejetaient, au moins en partie, l'Ancien Testament, et en ce qu'elles modifiaient la doctrine biblique de la création. Pour les gnostiques, le monde n'est pas créé ni gouverné directement pa […] Lire la suite

Les derniers événements

5-7 novembre 1999 Vatican – Inde. Visite du pape Jean-Paul II en Inde

Le dialogue avec les autres religions y est prôné, en excluant toutefois toute forme de « syncrétisme ».  […] Lire la suite

14-19 septembre 1995 Vatican – Afrique. Visite du pape Jean-Paul II au Cameroun, en Afrique du Sud et au Kenya

Concernant l'inculturation des Églises nationales, thème central du synode africain, Jean-Paul II se montre favorable au respect des valeurs culturelles africaines, mais refuse toute forme de syncrétisme avec les traditions locales. Les 14 et 15, au Cameroun, le pape évoque la question des droits de l'homme ainsi que les assassinats inexpliqués de plusieurs membres du clergé catholique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dario SABBATUCCI, « SYNCRÉTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/syncretisme/