SYMÉON LE NOUVEAU THÉOLOGIEN (949-1022)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Antinomie apophatique et déification du corps

Toute la vision théologique de l'Orient chrétien est rendue par Syméon en termes directs et brûlants, dans le verbe de celui qui « vit ce dont il parle ». Ses chants d'amour en particulier sont structurés par l'antinomie apophatique de l'abîme et de la croix. Il part d'une expérience du sans-limites ; il se sent « déposé au milieu d'un abîme infini d'eaux lumineuses ». Mais, du fond de l'abîme, l'Amour-en-Personne vient à lui : « Je suis le Dieu qui pour toi s'est fait homme. Et parce que tu m'as recherché de toute ton âme, voici que désormais tu seras mon frère, mon cohéritier et mon ami. » Ainsi le balancement ineffable : « Ô Essence cachée [...], comment as-tu souffert comme un malfaiteur ? Tel est ton amour pour les hommes, pour tous, fidèles, infidèles, païens, pécheurs et saints. » Alors, le cœur « se retourne » dans les larmes ; et l'homme, mesurant sa « dissemblance », traversant un véritable « jugement », s'unifie peu à peu dans ce cœur où « se lève le Soleil divin », où sens et facultés s'intègrent en une « sensation unique », de sorte que l'« audition devient vision et la vision audition ». Christifié, pneumatisé, l'homme est introduit dans le Royaume qui n'est autre que l'amour trinitaire : il devient « le pauvre qui aime ses frères ».

Syméon insiste sur la déification du corps, par participation au Corps christique, eucharistique, « tout fulgurant du feu de la divinité ». L'homme est christifié jusque dans son sexe, il ne voit que le Christ dans la nudité des corps, il célèbre, dans son union avec son Seigneur, la grande nuptialité du Christ et de l'Église, de Dieu et de tout l'éros de la terre appelé à l'illumination. Il y a ici des accents qui font penser à ce qui pourrait être un tantrisme chrétien. D'autant que la perspective a une dimension cosmologique, le destin de l'univers se trouvant déterminé par les relations de l'homme et de Dieu.

L'expérience spirituelle, tendue vers la parousie, l'anticipe déjà en partie : « Je sais que je ne mourrai pas puisque je suis au-de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification


Autres références

«  SYMÉON LE NOUVEAU THÉOLOGIEN (949-1022)  » est également traité dans :

BYZANCE - La littérature

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 6 104 mots

Dans le chapitre «  Renaissance des lettres (843-1025) »  : […] Avec la dynastie macédonienne commencent pour les lettres byzantines des temps meilleurs, annoncés dès la fin de la période précédente par la réorganisation de l'Université sous Théophile, puis sous Bardas, ministre de Michel III. C'est alors seulement que, dans l'Empire en pleine expansion, Constantinople devient vraiment la capitale intellectuelle. Elle le doit surtout à deux personnages excepti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-la-litterature/#i_36886

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'antinomie apophatique et la distinction de l'essence et des énergies »  : […] La déification réelle se réalise dans une approche apophatique du mystère. L'apophase est d'abord une théologie négative qui nie toute limitation conceptuelle au sujet de Dieu. Dieu n'est pas la clé de voûte d'un système de valeurs ou de concepts, il n'est ni l'être suprême, un « étant » au sommet des « étants », ni l'essence intelligible, ni même « Dieu ». « Il n'existe pas à son égard, écrit Gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_36886

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « SYMÉON LE NOUVEAU THÉOLOGIEN (949-1022) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/symeon-le-nouveau-theologien/