SYMÉON LE NOUVEAU THÉOLOGIEN (949-1022)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le baptême d'Esprit

Le message du Nouveau Théologien s'adresse à tous, y compris à « ceux qui vivent au milieu du monde ». Syméon ne s'attarde pas à nuancer les degrés de contemplation. Pour lui, tout homme qui « retourne son cœur » peut éprouver « soudain » l'expérience de la foi. L'Esprit repose sur l'Église comme corps sacramentel du Christ. Mais le baptême n'est rien s'il n'est actualisé par une naissance consciente dans l'Esprit ; l'eucharistie n'est rien si nous n'éprouvons pas que le Christ, en nous incorporant à son corps comme paille dans le feu du Buisson ardent, rencontre et accueille chacun dans un échange quasi nuptial. À l'intériorisation des « mystères » correspond celle des Écritures, car « l'homme qui est entré dans la familiarité de Celui qui a inspiré des Livres saints [...] devient lui-même pour les autres un livre inspiré qui porte, inscrits du doigt même de Dieu, les mystères anciens et nouveaux [...]. Dans le premier baptême [...], l'onction d'huile préfigure l'onction intérieure de l'Esprit ; mais le second baptême n'est plus la figure de la vérité, c'est la vérité même » : le témoignage des Apôtres se multiplie dans celui des « hommes apostoliques » qui prennent place dans la « chaîne d'or », dont les premiers maillons s'appellent Paul, Étienne, Jean à Patmos...


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification


Autres références

«  SYMÉON LE NOUVEAU THÉOLOGIEN (949-1022)  » est également traité dans :

BYZANCE - La littérature

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 6 104 mots

Dans le chapitre «  Renaissance des lettres (843-1025) »  : […] Avec la dynastie macédonienne commencent pour les lettres byzantines des temps meilleurs, annoncés dès la fin de la période précédente par la réorganisation de l'Université sous Théophile, puis sous Bardas, ministre de Michel III. C'est alors seulement que, dans l'Empire en pleine expansion, Constantinople devient vraiment la capitale intellectuelle. Elle le doit surtout à deux personnages excepti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-la-litterature/#i_36886

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'antinomie apophatique et la distinction de l'essence et des énergies »  : […] La déification réelle se réalise dans une approche apophatique du mystère. L'apophase est d'abord une théologie négative qui nie toute limitation conceptuelle au sujet de Dieu. Dieu n'est pas la clé de voûte d'un système de valeurs ou de concepts, il n'est ni l'être suprême, un « étant » au sommet des « étants », ni l'essence intelligible, ni même « Dieu ». « Il n'existe pas à son égard, écrit Gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_36886

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « SYMÉON LE NOUVEAU THÉOLOGIEN (949-1022) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/symeon-le-nouveau-theologien/