GUILLEM SYLVIE (1965- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artiste invitée au Royal Ballet de Londres

Londres sera sa ville d'accueil, sa terre d'exil, la direction du Royal Ballet satisfaisant à sa demande. Sylvie Guillem signe un contrat d'artiste invitée pour vingt-cinq représentations par an fixées à l'avance. Natalia Makarova, qui remonte La Bayadère d'après Marius Petipa, lui donne une chance d'éblouir le public britannique. Parallèlement, Maurice Béjart, à l'affût des talents rares, lui offre quelques présents comme Sissi, l'impératrice anarchiste (1993), pièce sur mesure où Sylvie Guillem fait la démonstration de ses qualités d'interprète. Qui se souvient encore que la jeune danseuse avait concouru à Varna, quelques années plus tôt, dans son solo La Luna, sans l'autorisation formelle du chorégraphe ? En 1990, Sylvie Guillem revient à Paris avec le prestigieux Kirov. Trois ans plus tard, à la tête de l'American Ballet Theatre, elle y incarne l'héroïne tourmentée de Fall River Legend d'Agnes De Mille. En novembre 1990, elle retrouve le Palais-Garnier où elle campe avec séduction et sensibilité l'héroïne de L'Histoire de Manon, un grand ballet d'action de Kenneth MacMillan. En 2000, elle danse Le jardin au lilas d'Antony Tudor et reprend le rôle que Margot Fonteyn a sublimement incarné en duo avec Rudolf Noureev dans Marguerite et Armand de Frederick Ashton.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GUILLEM SYLVIE (1965- )  » est également traité dans :

LE RICHE NICOLAS (1972- )

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 224 mots

Dans le chapitre « Un danseur classique très contemporain »  : […] À compter de ce moment, Nicolas Le Riche enrichit son répertoire, à la fois à travers les prises de rôle et les créations. Parmi celles-ci, on retiendra Camera obscura de Roland Petit (1994), Sylvia de John Neumeier (1997) où le chorégraphe américain met à mal l'imagerie mythologique, Casanova d'Angelin Preljocaj (1998), le subtil Doux Mensonges (1999) de Jiri Kylian, Appartement de Mats Ek où […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernadette BONIS, Jean-Claude DIÉNIS, Agnès IZRINE, « GUILLEM SYLVIE (1965- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sylvie-guillem/