GUILLEM SYLVIE (1965- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une enfance de gymnaste

Née à Paris en 1965, Sylvie Guillem se destine à la gymnastique de compétition, emboîtant très tôt le pas de sa mère, qui enseigne cette discipline au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis). À l'âge de onze ans, elle est présélectionnée dans l'équipe de France, appelée à préparer les jeux Olympiques de Moscou. Dans le but de parfaire son entraînement, elle est envoyée en stage à l'école de danse de l'Opéra de Paris. Claude Bessy, directrice avisée, remarque tout de suite une impeccable silhouette, des dispositions innées et une souplesse musculaire hors du commun. Elle détourne la jeune gymnaste de la poutre et du cheval-d'arçons et en fait une élève prodige, directement admise en deuxième année d'études en 1976.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GUILLEM SYLVIE (1965- )  » est également traité dans :

LE RICHE NICOLAS (1972- )

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 224 mots

Dans le chapitre « Un danseur classique très contemporain »  : […] À compter de ce moment, Nicolas Le Riche enrichit son répertoire, à la fois à travers les prises de rôle et les créations. Parmi celles-ci, on retiendra Camera obscura de Roland Petit (1994), Sylvia de John Neumeier (1997) où le chorégraphe américain met à mal l'imagerie mythologique, Casanova d'Angelin Preljocaj (1998), le subtil Doux Mensonges (1999) de Jiri Kylian, Appartement de Mats Ek où […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernadette BONIS, Jean-Claude DIÉNIS, Agnès IZRINE, « GUILLEM SYLVIE (1965- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sylvie-guillem/