SYLLEPSE, rhétorique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La rhétorique distingue deux sortes de syllepses : l'une grammaticale, l'autre oratoire. Il s'agit dans l'un et dans l'autre cas, selon l'étymologie, de « prendre ensemble » différentes catégories grammaticales ou sémantiques. La syllepse grammaticale procède à partir d'un défaut d'accord grammatical entre deux termes dont l'un s'accorde avec l'idée qui sous-tend la proposition : « Jamais je n'ai vu deux personnes être si contents l'un de l'autre », dit Molière dans Don Juan, sans se soucier du genre du mot « personnes ». Par les syllepses oratoires, on prend dans la même phrase un mot au sens propre et au sens figuré. Ce dernier peut l'être par métonymie, synecdoque ou métaphore (Fontanier). « Je percerai le cœur que je n'ai pu toucher » (Racine, Andromaque). Le mot cœur est ici à la fois l'organe vital et la métaphore du lieu de la sensibilité affective.

—  Véronique KLAUBER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SYLLEPSE, rhétorique  » est également traité dans :

MÉTAPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 6 356 mots

Dans le chapitre « La rhétorique moderne »  : […] À l'origine, l'établissement de cette nomenclature réside dans l'opposition entre « discours naturel » (un mode direct dans lequel la chose évoquée est transcrite purement et simplement par son nom) et « discours figuré » (un mode médiat où règne l'allusion qui, par une tournure plus ou moins proche et transparente, évoque la chose ou la notion). Dans le second cas, il s'agit donc de suppléer à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphore/#i_96049

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « SYLLEPSE, rhétorique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/syllepse-rhetorique/