ALTMAN SYDNEY (1939- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biochimiste américain d'origine canadienne né à Montréal. Après des études de physique au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) à Cambridge, et une année à l'université Columbia à New York, Sydney Altman effectue, à l'université de Boulder (Colorado) des recherches sur le mécanisme de la mutagenèse induite par l'acridine et ses dérivés, thème qui va constituer le sujet de sa thèse de doctorat.

Après un stage postdoctoral à l'université Harvard (Cambridge, Massachusetts), il effectue un séjour de deux ans en Grande-Bretagne à Cambridge, dans le laboratoire de biologie moléculaire du Conseil de la recherche médicale (M.R.C.). En 1972, il obtient un poste de professeur adjoint dans le département de biologie de l'université Yale (Connecticut). Il va y effectuer toute sa carrière ; il y est nommé professeur en 1980 et est président du département de biologie de 1983 à 1985.

En même temps que Thomas Robert Cech, mais indépendamment, S. Altman est amené à proposer qu'un acide nucléique n'agit pas seulement en détenant et en transmettant l'information nécessaire à la formation des protéines, mais également en catalysant certaines réactions biologiques, c'est-à-dire en jouant un rôle que l'on considérait jusque-là comme spécifiquement dévolu aux enzymes. Altman a étudié la ribonucléase-P, une enzyme qui catalyse la dépolymérisation, ou découplage, de l'acide ribonucléique (ARN) qui conduit à la formation de l'acide ribonucléique de transfert (tARN). La ribonucléase-P est formée d'ARN et d'une protéine. Altman a pu montrer que seule la partie ARN de l'ensemble est nécessaire pour catalyser la formation du tARN, et que la partie protéine ne joue aucun rôle dans le processus. L'ARN, n'est donc pas seulement le porteur passif de l'information génétique, mais il peut aussi avoir une activité enzymatique, ce qui permet de reposer d'une manière inédite le problème de l'origine de la vie.

Sydney Altman a partagé avec Thomas Robert Cech le prix Nobel de chimie en 1989.

—  Georges BRAM

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud-XI-Orsay

Classification


Autres références

«  ALTMAN SYDNEY (1939- )  » est également traité dans :

RIBOZYMES

  • Écrit par 
  • Joël CHOPINEAU, 
  • Alain FRIBOULET, 
  • Sabine PILLE, 
  • Daniel THOMAS
  •  • 347 mots

À l'instar des protéines enzymatiques, certaines molécules d'ARN, les ribozymes, possèdent naturellement des propriétés catalytiques. Le prix Nobel de chimie décerné en 1989 conjointement à Sydney Altman et à Thomas Cech a ainsi mis l'accent sur une découverte inattendue qui a bouleversé bien des idées tant sur la nature des molécules capables de catalyser les réactions chimiques que sur l'origin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ribozymes/#i_70016

Pour citer l’article

Georges BRAM, « ALTMAN SYDNEY (1939- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sydney-altman/