SUSO (entre 1296 et 1302-1366)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chevalier de la « divine Sagesse »

Heinrich Seuse dit Suso est né au bord du lac de Constance, d'un père au cœur dur, peut-être drapier, et d'une mère plus tendre, à la dévotion exaltée. Âgé de treize ans, il entre au couvent dominicain de Constance ; après cinq années de noviciat, il se voue en chevalier spirituel à la « divine Sagesse » et s'astreint à des austérités. En 1320, ou un peu plus tard, il suit à Cologne l'enseignement spirituel d'Eckhart, qui le marque profondément. Mais, au lieu de viser le titre de docteur et d'aller étudier à Paris, il lit assidûment la vie des saints anachorètes et, dans le cadre de son cloître, tente d'imiter leur ascétique perfection. Encore que son premier ouvrage, le Livre de Vérité, écrit sans doute peu après la condamnation de son maître (1329), distingue avec précision la « fausse liberté » bégarde du véritable dépouillement eckhartien, il semble que, vers 1330, un chapitre de son ordre, tenu aux Pays-Bas (celui d'Utrecht ou celui de Maestricht), ait suspecté Seuse d'« hérésie ». Dans cette injustice le jeune religieux vit une grâce de la Sagesse, qui accable toujours ceux qu'elle a choisis comme ses vrais serviteurs. Son évolution spirituelle le détermine alors à jeter dans le Rhin ses instruments de mortification, à chercher une forme de mystique plus intérieure. Les temps sont durs (querelle entre l'empereur et le pape, grandes épidémies) ; partout s'organisent des groupes de pieux laïcs qui se nomment « amis de Dieu ». C'est dans ce milieu que, pour une part, les disciples d'Eckhart pratiquent la direction de conscience, mais aussi parmi les religieuses dominicaines. L'une d'elles, Elsbeth Stagel, du couvent suisse de Töss, s'est beaucoup attachée à Seuse ; c'est elle qui probablement rédigera sa Vie, non sans l'agrémenter de quelques pieuses légendes. De la Suisse à la basse vallée du Rhin, le prédicateur voyagera de cloître en cloître. Le nombre et l'enthousiasme de ses filles spirituelles alimentent, bien entendu, les calomnies, au point que ses supérieurs l'envoient finir ses jours au couvent de Ulm.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification

Les derniers événements

4-26 mai 1981 • Espagne • Terrorisme et agitation

Le 4, le général Andrés González Suso et un policier sont tués à Madrid, tandis que, le même jour, deux gardes civils sont assassinés à Barcelone. Le ministère de l'Intérieur attribue ces deux attentats aux groupes révolutionnaires antifascistes du 1er Octobre (G.R.A.P.O [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice de GANDILLAC, « SUSO (entre 1296 et 1302-1366) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/suso/