SURVEILLANCE DES INSECTES VECTEURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une épidémiologie à plusieurs facettes

Le nombre d’individus exposés à ces différentes maladies vectorielles est ainsi en constante augmentation. Ces maladies peuvent être strictement à tropisme humain (par exemple, le paludisme) ou animal, mais beaucoup sont des zoonoses (maladies transmissibles de l’animal à l’homme et inversement), comme la borréliose de Lyme ou l’infection à virus West Nile.

L’épidémiologie des maladies à transmission vectorielle dépend ainsi des vecteurs, de leur répartition et de leur capacité à passer à un hôte donné ; des agents pathogènes, de leur pouvoir infectieux et de leur spécificité d’hôte ; des activités humaines, de l’environnement et des conditions qui déterminent la répartition et l’activité des vecteurs et influencent les interactions entre ceux-ci, les réservoirs animaux et les humains. 

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Piège à lumière

Piège à lumière
Crédits : Bernard Dupont/ Flickr ; CC-BY-SA

photographie

Piège à aspiration

Piège à aspiration
Crédits : CDC

photographie

Types de pièges à moustiques

Types de pièges à moustiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Télédétection de l’habitat favorable au vecteur du paludisme

Télédétection de l’habitat favorable au vecteur du paludisme
Crédits : Adde et al/ Archive ouverte HAL, hal-01382408 ; CC BY

carte

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Yannick SIMONIN, « SURVEILLANCE DES INSECTES VECTEURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/surveillance-des-insectes-vecteurs/