SURRÉALISMEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le surréalisme dans son histoire

La conscience malheureuse (1919-1922)

Le surréalisme est né d'une guerre, la première à remettre non seulement en cause l'existence de frontières, de biens et d'organisations sociales, mais les fondements mêmes d'une civilisation dont vainqueurs et vaincus participaient à titre égal. L'absurdité d'une telle situation ne pouvait que frapper quelques esprits déjà sensibilisés aux mutations culturelles qui avaient précédé, comme son prodrome, le cataclysme où s'enfonça l'Europe en 1914. Acteurs d'une guerre qu'ils avaient faite contre leur gré, ils ont su mesurer l'ampleur d'une crise qu'aucune euphorie victorieuse, aucun rétablissement moral ne pouvaient à leurs yeux masquer. Hormis les figures tutélaires de Rimbaud et de Lautréamont, ils ne trouvaient guère dans le paysage littéraire français de l'époque beaucoup de ces « individus pour qui l'art avait cessé d'être une fin » (André Breton). À côté des symbolistes, de Saint-Pol-Roux et d'Apollinaire dont Breton avait médité le manifeste-programme intitulé L'Esprit nouveau (1917), de Pierre Reverdy dont la revue Nord-Sud accueillera ses textes, il n'y avait guère que Pierre-Albert Birot pour prendre position dès le premier numéro de Sic, en 1916, en faveur de l'art moderne, cubiste et futuriste. Rien dans tout cela qui fût en mesure d'exprimer la radicalité d'une révolte que Breton découvrira, en 1916, à l'hôpital de Nantes, incarnée à l'état pur dans la personnalité de Jacques Vaché. Mais c'est l'amitié de Breton avec Aragon et Philippe Soupault qui allait féconder cette révolte, avec la fondation en mars 1919 de la revue Littérature. Les Lettres de guerre de Jacques Vaché et les Poésies d'Isidore Ducasse, qui figurent au sommaire des premiers numéros à côté des signatures plus sages d'un Gide ou d'un Valéry, donnent d'emblée la mesure des ambitions de ses tro [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Institut (Académie des sciences morales et politiques)
  • : peintre, écrivain

Classification

Autres références

«  SURRÉALISME  » est également traité dans :

SURRÉALISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 3 234 mots

Il en va du surréalisme comme du classicisme, du romantisme, ou du baroque dans une moindre mesure : ce terme couvre au moins trois espaces de langue et de pensée, qui vont de l'histoire des formes ou des idées (un groupe actif dans la période 1924-1969) à la caractérisation transhistorique (une tendance présente depuis la « bête de Lascaux », pour reprendre le titre de l'ouvrage de Maurice Blanch […] Lire la suite

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Si l'on s'efforce d'écarter d'abord l'influence que le surréalisme (au sens strict du terme) a exercée sur l'art du xxe siècle « en général », son originalité dans le domaine artistique peut apparaître plus clairement. Dès le premier Manifeste, Breton avertissait que le surréalisme n'était pas tellement intéressé par ce qui pouvait […] Lire la suite

SURRÉALISME - Les revues surréalistes

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 222 mots

Quelque peu à l'étroit dans la langue et l'imaginaire institués, le surréalisme le fut aussi à l'intérieur des genres littéraires dominants et des apparences traditionnelles du livre. D'où l'ampleur de l'offensive conduite : naissance du livre-objet, qui en appelle à une étroite collaboration avec les peintres ; recours immédiat et permanent au tract, au « pap […] Lire la suite

SURRÉALISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 733 mots

1917 Le terme « surréaliste » est utilisé pour la première fois par Guillaume Apollinaire (1880-1918) dont la pièce de théâtre Les Mamelles de Tirésias est sous-titrée « Drame surréaliste en deux actes et un prologue ».Mars 1919 Premier numéro de la revue Litté […] Lire la suite

LA RÉVOLUTION SURRÉALISTE (exposition)

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 893 mots

En 2002, le surréalisme aura eu les honneurs des cimaises du monde entier : à Londres, à New York et à Paris, les expositions rétrospectives se sont succédé, la première, avec deux étapes, mettant en exergue le désir, la seconde, présentée au Centre Georges-Pompidou du 6 mars au 24 juin 2002, la révolution ; l'une embrassant l'histoire du mouvement jusqu'au début des années 1970, l'autre en présen […] Lire la suite

ALBERTI MERELLO RAFAEL (1902-1999)

  • Écrit par 
  • Robert MARRAST
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « Ses premières sources d'inspiration »  : […] Le besoin inné chez les Espagnols d'opposer l'une à l'autre deux personnalités avait dicté à un critique cette définition, immédiatement et trop longuement adoptée : Lorca, le Gitan (car il chantait l'Andalousie de Grenade, l'ivresse dionysiaque du monde grenadin) et Alberti l' Andalou (car son Andalousie était celle des rivages atlantiques, moins violente, moins passionnée, plus mesurée). Élégan […] Lire la suite

ALCOOLS (G. Apollinaire) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 964 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Alchimie poétique »  : […] S'il est une influence subtile, c'est bien celle que pouvait exercer une lyrique aussi singulière, métissée et intime à la fois. Alcools a marqué ses contemporains par l'audace de sa diversité et la richesse de sa liberté formelle, que les surréalistes contribuèrent à populariser. Mais certaines écritures poétiques, celle de Desnos et de Leiris dès le début, qui connurent Apollinaire grâce à Max […] Lire la suite

ALEIXANDRE VICENTE (1898-1984)

  • Écrit par 
  • Marie-Claire ZIMMERMANN
  •  • 1 778 mots

Dans le chapitre « Présence du surréalisme »  : […] Espace doit être considéré comme le germe de toute l'œuvre ultérieure. Le thème conducteur réside dans l'affirmation de l'identité entre l'homme et la nature, chaque poème tentant d'établir un contact entre le corps et l'univers. L'emploi quasi constant de la strophe et du vers courts donne à cette œuvre une allure classique. Le livre suivant marque une rupture formelle et coïncide avec l'avènem […] Lire la suite

ALEXANDRIAN SARANE (1927-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 342 mots

Écrivain, essayiste, critique d'art et critique littéraire. Né en 1927 à Bagdad (Irak), Sarane Lucien Alexandrian est le fils du stomatologue attitré du roi Fayçal I er . Arrivé en France à l'âge de six ans, il y découvre les écrits de Baudelaire, Bataille et Breton. En 1947, à l'occasion de la conférence de Tristan Tzara tenue à la Sorbonne sur le Surréalisme et l'après-guerre , il rencontre An […] Lire la suite

L'AMOUR FOU, André Breton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 979 mots

Dans le chapitre « Scandale de l'amour »  : […] L'amour fut la grande affaire de Breton et des surréalistes : « Amour, seul amour qui soit, amour charnel, je t'adore, je n'ai jamais cessé d'adorer ton ombre vénéneuse, ton ombre mortelle. » Affaire personnelle, vécue et rapportée dans ce récit en partie autobiographique (il y est question de la rencontre de l'auteur avec sa deuxième femme, Jacqueline Lamba) ; affaire théorique aussi, ou pour mie […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ferdinand ALQUIÉ, Pierre DUBRUNQUEZ, « SURRÉALISME - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/