SURMOI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'appareil psychique à la structure du sujet

Dans les débuts de sa découverte, Freud avait tenté d'établir une clinique psychanalytique selon un point de vue génétique ; il supposait un découpage temporel de la construction de l'appareil psychique correspondant à des traductions successives. Les affections psychiques se diversifiaient selon l'étape du développement où s'était produit un défaut de transcription ou de traduction.

Graphe de la Lettre 52

Graphe de la Lettre 52

Dessin

Graphe de la Lettre 52. Les abréviations se lisent ainsi : P = perception ; Ps = perception-signes ; Ics = inconscient ; Pcs = préconscient ; Cs = conscience. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dès l'époque de La Naissance de la psychanalyse, dans ses manuscrits et dans la lettre 52 de sa correspondance avec son ami Wilhem Fliess (comme dans le schéma de la figure), ainsi qu'au chapitre vii de son ouvrage majeur Die Traumdeutung, où l'on apprend à lire « la signifiance des rêves », Freud traçait des tableaux et des schémas. Très tôt, en effet, il se posait la question de la fermeture de l'appareil psychique, alors qu'il postulait que celui-ci s'élabore par des traductions et des transcriptions successives. Personne n'avait remarqué jusqu'ici de quelle manière Lacan proposa de répondre à cette question, dès l'époque même de la rédaction de sa leçon de séminaire dite « De la lettre volée » (1956). Il recourt pour cela à des transformations topologiques qu'il explicite définitivement dans l'introduction ajoutée à cet « Écrit » (publié en 1957). Cela conduit à donner leur fonction aux schémas R et L obtenus, à partir des schémas de Freud, par ces transformations topologiques régulières. Il est intéressant, quand on veut traiter du surmoi, de situer sur ces schémas l'Idéal du moi (I) et l'image narcissique (i) entre le dépliage historique que Freud propose et le pliage (deuxième transformation topologique ou quotient de graphes) de structure que nous devons à Lacan. Cela devient possible si l'on trace deux schémas qui serviront d'intermédiaires entre ceux de Freud et ceux de Lacan. Il s'agit, d'une part, du graphe des lignes (première transformation topologique ou dualité simple de graphes) que l'on obtient à partir du schéma de Freud (cette dualité simple consiste à noter les arêtes d'un graphe par des points sommets d'un autre graph [...]

Graphe des lignes du schéma de Freud

Graphe des lignes du schéma de Freud

Dessin

Graphe des lignes du schéma de Freud. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages



Médias de l’article

Graphe de la Lettre 52

Graphe de la Lettre 52
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Graphe des lignes du schéma de Freud

Graphe des lignes du schéma de Freud
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Quotient du graphe des lignes du schéma de Freud

Quotient du graphe des lignes du schéma de Freud
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Schéma F

Schéma F
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SURMOI  » est également traité dans :

AGRESSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 100 mots

Dans le chapitre « Pulsion de destruction et pulsion d'agression dans le langage naissant »  : […] Tel n'est pas, cependant, le dernier état de la pensée freudienne : reportons-nous aux Nouvelles conférences de 1932. Si ce texte associe à plusieurs reprises « pulsion de destruction » et « pulsion d'agression », en sorte qu'on serait tenté de les tenir pour équivalentes, il nous apporte aussi cette ultime précision qu'elles diffèrent « quant au but ». Par là, soulignons-le d'emblée, se trouvera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agressivite/#i_11456

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La genèse du sentiment de culpabilité »  : […] Dans la théorisation relativement tardive qu'il nomme sa métapsychologie, Freud explique le sentiment de culpabilité comme l'expression et le résultat d'une tension entre le moi et le surmoi. Cette dernière instance psychique dérive à la fois du narcissisme primitif et du complexe d'Œdipe à la suite d'une identification au parent rival, jaloux interdicteur (des caractères essentiels de la personn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culpabilite/#i_11456

HUMOUR

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 111 mots

Le concept d'humour, dont le champ d'application s'est considérablement élargi depuis son utilisation dans la littérature anglaise des xvii e et xviii e siècles, n'a pas pour autant subi de multiples variations sémantiques ni cessé de se rattacher implicitement à son étymologie latine : humor ( moisture ). Il s'agit, en effet, plutôt d'une évolution concernant l'extension du domaine de définiti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humour/#i_11456

IDÉAL DU MOI, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 715 mots

Expression utilisée en psychanalyse pour désigner une instance psychique. C'est en 1923 que Freud, dans l'article Le Moi et le Ça , présente une organisation de l'appareil psychique qui se divise en trois instances : le ça, le moi et le surmoi. Ce dernier comprend l'idéal du moi. Dans cet article, Freud n'établit pas de nette distinction entre l'idéal du moi et le surmoi. Toutefois, la fonction de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ideal-du-moi-psychanalyse/#i_11456

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interprétation psychanalytique »  : […] Parmi les théories les plus célèbres, il faut faire une place à part à la psychanalyse, qui a fait de l'interprétation des rites de l'initiation un de ses champs préférés d'étude. Les sévices que doit subir l'initié ne constituent pas, comme le prétendent les sociologues, une école d'endurance et de courage, mais ils expriment l'hostilité du père (ou de ses substituts) envers le fils ; la circonc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/initiation/#i_11456

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 557 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le moi au service de la pulsion de mort »  : […] Les questions que soulève d'un point de vue analytique l'analyse de Schreber se détermineront avec la seconde topique. Pour pouvoir développer les suggestions qu'elles apportent dans la construction du concept d'intérêt, il nous faut comprendre, en effet, comment s'opère la mutation des investissements sexuels en ces investissements entés sur la culture collective qui « représentent » – au sens f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_11456

INVESTISSEMENT, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 979 mots

La notion d'investissement, ainsi que celles qui lui sont liées (désinvestissement et contre-investissement), tient une place de première importance dans l'œuvre de Freud. Elle vient du mot allemand besetzen , qui peut désigner l'occupation militaire d'une place ou, dans le langage financier, le placement d'un capital dans une entreprise avec l'idée de profit. Si certains auteurs ont voulu voir da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement-psychanalyse/#i_11456

KLEIN MELANIE (1882-1960)

  • Écrit par 
  • Jean-Bertrand PONTALIS
  •  • 2 230 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « privilège » de l'analyse d'enfants »  : […] Melanie Klein, née à Vienne, reçut sa formation analytique – conjonction rare – de Sandor Ferenczi (Budapest) et de Karl Abraham (Berlin). Après la mort de ce dernier (1925), elle se rendit, sur l'invitation d'Ernest Jones, à Londres où elle resta jusqu'à sa mort. C'est au sein de la Société britannique de psychanalyse que ses idées et sa technique ont fait l'objet des débats les plus passionnés : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melanie-klein/#i_11456

LATENCE PHASE DE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 496 mots

Période du développement de l'enfant pendant laquelle les pulsions paraissent ne plus se manifester. On préfère à ce sujet utiliser la notion de phase ou de période plutôt que celle de stade, qui implique l'idée d'une nouvelle organisation pulsionnelle de la personnalité. Cette phase est définie par Freud comme un arrêt, ou une régression, dans l'évolution de la sexualité infantile, qui va du décl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phase-de-latence/#i_11456

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « Vers une typologie des variations individuelles »  : […] À mesure que s'étend le domaine de la libido paraît cependant se restreindre son contenu. Prenant pour thème initial l'expérience commune de l'appétit sexuel, nous avons en effet assisté à la construction de ce concept par vagues successives, chacun des temps de son élaboration traduisant un renforcement de la dépendance de la libido vis-à-vis de la pulsion. En un premier temps, sous la perspectiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libido/#i_11456

LITTÉRATURE & PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean BELLEMIN-NOEL
  •  • 7 689 mots

Dans le chapitre « Fantasme et fiction »  : […] Les œuvres nées de l'obscure tradition orale forment un point de référence commode. On y voit opérer en gros les mécanismes que la littérature dite grande présente dilués et déliés ; on peut leur appliquer tous les modes d'approche psychanalytique que l'on veut. Du fait même qu'ils ne sont surplombés par aucune instance auctoriale (qui donc, hormis un spécialiste, se soucie de déceler en Grimm un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-psychanalyse/#i_11456

LE MALAISE DANS LA CULTURE, Sigmund Freud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel PLON
  •  • 849 mots

Dans le chapitre « La place du surmoi »  : […] Comment la culture, la civilisation peuvent-elles contrôler cette agressivité ? Elles y sont aidées par cette instance clé du développement psychologique de l'homme, le surmoi , partie du moi , qui s'est mise en opposition avec ce qui, dans le moi, reste le siège de cette agressivité ; le surmoi est donc cette « conscience morale » qui renvoie au moi l'agressivité que celui-ci entend projeter sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-malaise-dans-la-culture/#i_11456

MÉTAPSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michèle BOMPARD-PORTE
  •  • 1 275 mots

Dans le chapitre « Explicitations »  : […] Le point de vue dynamique considère que les formations psychiques – des rêves au caractère, en passant par les symptômes ou les idéaux – sont des processus temporels dont la stabilité est relative. Elles résultent de conflits entre des forces psychiques sous-jacentes, d'origine pulsionnelle, qui se dépensent dans l'entretien desdites formations et peuvent varier, entraînant des changements ou la d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metapsychologie/#i_11456

MOTIVATION

  • Écrit par 
  • Gaston RICHARD, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 5 062 mots

Dans le chapitre « Approche psychanalytique et constitution historique des motivations »  : […] Telle est bien, en effet, une des difficultés essentielles à la psychanalyse : comprendre comment la destinée pulsionnelle forme un mode de défense contre la pulsion. Il faut donc saisir dans un premier temps les avatars de la sexualité, qui se constitue par étayage sur les pulsions du moi et traverse successivement des phases d'évolution déterminées dont chacune laissera une « trace » indélébile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motivation/#i_11456

PERVERSIONS

  • Écrit par 
  • Jean CLAVREUL
  •  • 2 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Perversion et psychanalyse »  : […] La psychanalyse s'est intéressée très tôt aux perversions, au moins pour avoir retrouvé sous la forme de « fantasmes » pervers un équivalent imaginaire des pratiques perverses chez tous les sujets, normaux et névrosés. Une hypothèse génétique conduit ainsi à considérer l'enfant comme un «  pervers polymorphe », c'est-à-dire capable de s'adonner à toutes les perversions, lesquelles existent donc so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perversions/#i_11456

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Phénoménologie et logique »  : […] Quel est donc le statut de cette vérité historique sur laquelle est entré le sujet dans les phases successives de son développement ? Relève-t-elle d'une logique ? À quel titre cette logique serait-elle appelée à régir la théorie de la pratique psychanalytique ? Quelles incidences enfin la critique de la raison psychanalytique peut-elle avoir dans le registre de la pratique ? Si Lacan a su aborde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_11456

PSYCHIATRIE COMPARÉE

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 5 771 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comparaisons nosographiques »  : […] Il est facile d'illustrer par de nombreux exemples la distinction que l'on vient de faire entre comportement et structure, entre trait symptomatique et organisation de la personnalité. On trouve dans les sociétés archaïques un grand nombre de conduites obsessionnelles (telles que les ritualisations phobiques destinées à écarter un danger), alors que les structures névrotiques obsessionnelles sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie-comparee/#i_11456

SADISME ET MASOCHISME

  • Écrit par 
  • Dominique JAMEUX
  •  • 3 940 mots

Dans le chapitre « Freud et la tradition psychanalytique »  : […] Dans ce qu'on est convenu de nommer la première topique freudienne, dont les expressions les plus élaborées sont l' Introduction à la psychanalyse et Pulsions et destin des pulsions (textes publiés l'un et l'autre en 1915), Freud ne traite pas spécialement du sadisme-masochisme. Son premier objectif, en fait, est d'abord de jeter bas la conception courante de la vie sexuelle normale, qui peut ain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sadisme-et-masochisme/#i_11456

SUJET

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 3 607 mots

Dans le chapitre « Le sujet psychanalytique »  : […] Ce passage à la limite opéré par Descartes n'avait pourtant cessé d'être contesté tout au long de l'histoire de la philosophie. «  Veritas filia temporis » , rappelait G. Vico : la vérité est fille du temps, non de l'évidence instantanée. Aussi bien l'idéal de la science moderne, n'admettant comme valeur que l'idée claire et distincte, se montrait-il totalement inapplicable dans le monde de la pra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sujet/#i_11456

TOPIQUE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 052 mots

Dans la théorie psychanalytique de Freud, on distingue couramment deux topiques successives ou conceptions des lieux psychiques. La première topique, élaborée à partir de 1900, distingue métaphoriquement dans l'appareil psychique : l'inconscient, le préconscient et le conscient ; la seconde, qui date de 1923, distingue le ça, le moi et le surmoi. Chacun de ces lieux ou chacune de ces instances psy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/topique-psychanalyse/#i_11456

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Michel VAPPEREAU, « SURMOI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/surmoi/