SUR LA ROUTE, Jack KerouacFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre phare de la « beat generation »

Avec Sur la route, Kerouac abandonne le roman traditionnel pour forger un récit « vigoureux, inconstant, spontané, toqué, idiot et saint ». Il ne médite pas sur les significations du récit, il est bel et bien à l'intérieur : en se peignant sous les traits de Sal Paradise et en individualisant sa propre perspective, il lui devient plus facile d'évoquer des protagonistes comme Dean Moriarty, qui incarne le mieux l'esprit du mouvement « beat ». Kerouac déclare « exprimer plus librement des impressions hautement personnelles [...] dans un roman individualiste moderne ». Et il ajoute : « Mon œuvre, comme celle de Proust, ne comprend qu'un livre unique aux vastes dimensions. »

Ce récit personnel, gribouillé en hâte et prétendument non corrigé, rejette l'appareil grammatical pour créer, en suivant l'association libre, comme dans une demi-transe, « une forme visuelle » d'une spontanéité analogue à celle de la vie. Mais il lui arrive aussi de tomber dans la complaisance et des déclarations littéraires qui suscitent l'ennui.

Tel qu'il est, ce roman a lancé le terme de « beat generation », que John Clellon Holmes avait défini cinq ans auparavant. Être « beat » c'est d'abord être battu, vaincu et usé par la société ; c'est ensuite être « pauvre en esprit », le dos au mur contre soi-même. Puis, en réaction à cette défaite existentielle, c'est rechercher la béatitude individualiste moderne – le plus souvent à travers la drogue, ou l'extase. Celle-ci revêt un caractère religieux – dharma indien ou satori japonais – qui se précisera dans Les Clochards célestes (1958) et Satori à Paris (1966).

Enfin, pour exprimer des sensations proprement personnelles, le « barde du be-bop » expérimente une forme qui rend au récit la « spontanéité » du jazz, par l'explosion de la phrase et la seule ponctuation du tiret, de manière à isoler les moments respiratoires « comme les musiciens reprennent leur souffle après de longues phrases ». Il faut souffler, comme on souffle dans une trompette, sans s'arrêter sur les mots : « Ne pas chercher le mot juste, mais un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SUR LA ROUTE, Jack Kerouac  » est également traité dans :

CASSADY CAROLYN (1923-2013)

  • Écrit par 
  • Karen SPARKS
  •  • 278 mots

Ex-femme de Neal Cassady, figure tutélaire de la beat generation , Carolyn Cassady relata son expérience du mouvement b eat des années 1950 et 1960 et son mariage (1948-1963) peu conventionnel avec l’inspirateur du groupe. Carolyn Elizabeth Robinson naît le 28 avril 1923, à Lansing (Michigan). Elle obtient en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolyn-cassady/#i_25222

KEROUAC JACK (1922-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 2 123 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la dérive à l'extase : « Sur la route » »  : […] Avec l'après-guerre, changement de décor. À l'automne 1946, venu en coup de vent du Colorado, Neal Cassady débarque à New York. C'est le fils d'un « Okie » – un migrant de l'Oklahoma des « raisins de la colère ». Enfant, il a accompagné son père – mi-clochard, mi-mécanicien – dans ses errances de trimardeur, de « hobo ». Il vient de sortir de prison. Il a vingt ans, il veut rattraper le temps per […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jack-kerouac/#i_25222

Pour citer l’article

Michel FABRE, « SUR LA ROUTE, Jack Kerouac - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sur-la-route/