SUPPORTS / SURFACES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une des dernières avant-gardes abstraites en France – si l'on considère que le temps des regroupements militants d'artistes, autour d'un corps de doctrine et d'une stratégie de conquête, est désormais révolu – s'est dotée d'un nom qui évoque plutôt, à l’oreille inaccoutumée, la rénovation dans le B.T.P. : Supports/Surfaces.

Le peintre Vincent Bioulès (né en 1938 à Montpellier) se trouve avoir été, un soir de 1970, l'inventeur de cette formule, dont la singularité n'était pas dépourvue de vertus publicitaires, et qui passa rapidement dans l’usage. Les deux mots étaient en principe au pluriel, et séparés par cette barre oblique que la revue Tel Quel et les écrits de Roland Barthes avaient acclimatée dans la rhétorique de l'époque. Mais la première exposition organisée sous ce label – elle a regroupé, du 23 septembre au 15 octobre 1970, à l'A.R.C.-musée d'Art moderne de la Ville de Paris, les œuvres de Vincent Bioulès, Marc Devade (Paris, 1943-1983), Daniel Dezeuze (né en 1942 à Alès), Patrick Saytour (né en 1935 à Nice), André Valensi (né en 1947 à Paris) et Claude Viallat (né en 1936 à Nîmes) – s’intitulait support-surface, au singulier, avec un trait d'union et sans majuscules. On ne s’étonnera donc pas de trouver, dans l’abondante littérature sur le sujet, diverses versions. Cela ne change pas grand-chose quant au fond, et l'intitulé, dans sa sécheresse, exprime assez bien le contexte qui l’a vu naître.

Inspiration américaine et cadre théorique

Dans les années 1960, la scène abstraite en France était encore dominée par une École de Paris vieillissante, académisée, incapable de répondre aux attentes d’une nouvelle génération d’artistes. Ils se tournèrent, assez naturellement, vers d’autres horizons : celui de la peinture américaine en particulier (Barnett Newman, Ad Reinhardt, Ellsworth Kelly), que le critique Marcelin Pleynet s’appliquait alors à faire mieux connaître en France. Les grands for [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris

Classification


Autres références

«  SUPPORTS / SURFACES  » est également traité dans :

ANTI-ART

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « L'anti-art et ses avatars »  : […] Le destin de l'anti-art ne traduit pas, depuis, cette violence extrême. Au fur et à mesure que l'art d' avant-garde a été accepté, classé, valorisé financièrement par les critiques, les musées et les marchands, l'anti-art est devenu l'épiphénomène de l'art. Si Breton n'y a jamais fait appel, s'il a même contribué à perpétuer à sa manière la vocation subversive de l'art proprement dit, son ami Mar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anti-art/#i_84820

DEVADE MARC (1943-1983)

  • Écrit par 
  • Ramón TÍO BELLIDO
  •  • 936 mots

Le peintre Marc Devade est mort alors qu'il allait avoir quarante ans, laissant une œuvre déjà riche et complexe. Marc Devade était peintre, mais aussi écrivain. Membre du comité de rédaction de la revue Tel Quel , cofondateur et rédacteur de Peinture, cahiers théoriques , il était l'un des principaux animateurs des débats sur les relations entre pratique et théorie dans le domaine des arts plast […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-devade/#i_84820

GRAND TONI (1935-2005)

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 788 mots

Visage taillé à la serpe, gestes décidés, parole économe, mais chaleureuse : pour tous les visiteurs du mas du Mouton, à Mouriès, où était son atelier, Toni Grand incarnait la figure du sculpteur. On avait beau se répéter que la morphopsychologie est une farce, on ne pouvait se défaire de l’impression que ce bûcheron-horloger avait comme naturellement sa place dans la famille des Brancusi, Giacome […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toni-grand/#i_84820

PAGÈS BERNARD (1940- )

  • Écrit par 
  • Servane ZANOTTI
  •  • 510 mots

Venu à Paris étudier la peinture, Bernard Pagès découvre en 1960 l'atelier Brancusi. Cette rencontre essentielle se concrétise quelques années plus tard lorsqu'il choisit de se consacrer uniquement à la sculpture, sensible au « plaisir du travail physique et [à] la notion du temps » qu'elle lui apporte. L'exposition des Nouveaux Réalistes qu'il voit à Nice en 1967 lui donne l'«  autorisation d'ab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-pages/#i_84820

VIALLAT CLAUDE (1936- )

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 815 mots

L'œuvre du peintre Claude Viallat appartient à une esthétique née au milieu des années 1960, pour laquelle la question du renouvellement total des formes n'est pas pertinente. Partir d'une forme première, la développer et la différencier, la faire évoluer dans le temps et l'espace sans abandonner la configuration d'origine, telle fut dès 1966, la problématique de Viallat. Dans un ouvrage publié en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-viallat/#i_84820

Voir aussi

Pour citer l’article

Didier SEMIN, « SUPPORTS / SURFACES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/supports-surfaces/