SUPERPRODUCTION, cinéma

APOCALYPSE NOW, film de Francis Ford Coppola

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 932 mots
  •  • 1 média

Apocalypse Now est autant une réflexion sur la guerre, l'absurdité de l'engagement américain au Vietnam que sur la condition humaine. Après différents films tournés dans les années 1960, Francis Ford Coppola achève en 1972 le premier volet du Parrain ( The Godfather ) qu'Hollywood consacre en lui attribuant l'oscar du meilleur fil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apocalypse-now/#i_9206

AUTANT EN EMPORTE LE VENT, film de Victor Fleming

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 951 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des personnages forts »  : […] Le film présente des personnages énergiques dans des situations dures, avec une héroïne féminine comme en avaient joué Bette Davis et Joan Crawford. Super-production, Autant en emporte le vent est paradoxalement l'un des films les moins lénifiants du cinéma américain classique : les gentils (Melanie, Ashley) sont au second plan, tandis qu'une garce et un trafiquant qui fréqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autant-en-emporte-le-vent/#i_9206

CHAHINE YOUSSEF (1926-2008)

  • Écrit par 
  • Charles TESSON
  •  • 2 290 mots

Dans le chapitre « Le rêve d'un « grand réalisme » »  : […] Lorsque, cédant aux exigences de Nasser, Chahine revient en Égypte en 1967 il reste toujours le réalisateur de Saladin . Aussi lui confie-t-on Ces Gens du Nil , la première et très officielle coproduction égypto-soviétique, tournée en 70 mm, superproduction pharaonique qui retrace la construction du barrage d'Assouan et loue les bienfaits du progrès. Ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/youssef-chahine/#i_9206

CINÉMA (Aspects généraux) - L'industrie du cinéma

  • Écrit par 
  • Pierre-Jean BENGHOZI, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 17 607 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les coûts et la dispersion des budgets »  : […] Chaque film est un produit unique, différencié. Il y a donc autant de budgets de films que de réalisations, et ces budgets présentent une dispersion très élevée. Leur montant est subordonné aux ambitions esthétiques et commerciales des producteurs. Il dépend également de la conjoncture économique et des conditions nationales et internationales de concurrence. De nombreuses autres contraintes pèsen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-l-industrie-du-cinema/#i_9206

DE MILLE CECIL BLOUNT (1881-1959)

  • Écrit par 
  • Jacques LOURCELLES
  •  • 598 mots
  •  • 3 médias

Fils du dramaturge Henry De Mille qui avait demandé sur son lit de mort que ses descendants choisissent n'importe quelle activité sauf le théâtre, Cecil Blount est loin d'avoir suivi le conseil paternel. Acteur, auteur de quelques pièces avec son frère William, metteur en scène, Cecil découvrira tous les aspects de l'activité théâtrale, y compris la production et le financement. En 1912, il rencon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cecil-blount-de-mille/#i_9206

LES DIX COMMANDEMENTS, film de Cecil Blount De Mille

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 913 mots
  •  • 1 média

Officiellement, Les Dix Commandements ( The Ten Commandments ), la dernière oeuvre du réalisateur et son plus gros succès, est le remake d'un film muet de 1923 où Cecil B. De Mille (1881-1959), à la manière de Griffith dans Intolerance (1917), confrontait l'histoire biblique et un épisode contemporain sur le thème de la rivalité e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-dix-commandements/#i_9206

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 417 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Superproductions « sequels », « remakes » et « wonderboys » »  : […] Dans un tel système, l'idéal est le blockbuster , initialement film qui rapporte gros pour une mise de fonds minimale, à l'exemple d' Easy Rider (1969) , de Dennis Hopper, ou d' American Graffiti (1973), de George Lucas. À défaut, les Majors jouent la carte traditionnelle de la superproduction dès le milieu des années 1970, avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/#i_9206

LA GRANDE VADROUILLE, film de Gérard Oury

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 920 mots

Dans le chapitre « Odyssée-guignol »  : […] En 1942, en pleine Occupation, un chef d'orchestre (de Funès) et un peintre en bâtiment (Bourvil) s'affairent entre Paris et la ligne de démarcation pour essayer de faire passer en zone libre trois aviateurs anglais dont l'appareil a été abattu au-dessus de la capitale, alors qu'ils étaient de retour de mission en Allemagne. Ces derniers atterrissent respectivement au zoo de Vincennes, à l'Opéra d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-grande-vadrouille/#i_9206

GUAZZONI ENRICO (1876-1949)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 669 mots

Le cinéaste Enrico Guazzoni est né à Rome en 1876. Il étudie la peinture aux Beaux-Arts avant de commencer à travailler en 1907 comme conseiller artistique de la principale société de production romaine, la Cines. Dès cette année-là, il réalise son premier film, Une invitation à déjeuner . Après avoir essayé de créer sa propre maison de production et tenté de collaborer avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enrico-guazzoni/#i_9206

HOLLYWOOD

  • Écrit par 
  • Joël AUGROS, 
  • Francis BORDAT
  •  • 7 744 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le déclin du « studio system » »  : […] Le studio system dépendait du contrôle de l'exploitation qui, seul, pouvait assurer l'écoulement régulier d'une production de masse, planifiée à long terme selon les genres, les budgets et les stars. En contraignant les studios, au nom de la loi antitrust, à vendre leur parc de salles, la Cour suprême signe en 1948 l'arrêt de mort de ce « système », au moment où l'avènement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hollywood/#i_9206

IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L'OUEST, film de Sergio Leone

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 169 mots

Depuis Pour une poignée de dollars ( Per un pugno di dollari , 1964), signé du pseudonyme Bob Robertson, le réalisateur italien était déjà célèbre dans le monde entier pour ses westerns dits « spaghettis » violents, cyniques et stylisés, dont le héros, taciturne et marmoréen, était toujours Clint Eastwood. Il était une fois dans l'Ouest […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/il-etait-une-fois-dans-l-ouest/#i_9206

LAWRENCE D'ARABIE, film de David Lean

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 119 mots

Dans le chapitre « Une œuvre sévère aux proportions gigantesques »  : […] Lawrence d'Arabie ( Lawrence of Arabia ) est avec Le Docteur Jivago ( Doctor Zhivago , 1965), la plus grande réussite visuelle de David Lean. Il faut bien sûr accepter la convention d'un Anthony Quinn en chef arabe et d'un Alec Guinness en roi Faysal I er . Le film adopte aussi le cl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lawrence-d-arabie/#i_9206

LEAN DAVID (1908-1991)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  • , Universalis
  •  • 859 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le vent de l'Histoire »  : […] En 1957, Le Pont de la rivière Kwaï , d'après le roman de Pierce Boulle, avec Alec Guinness, conféra une renommée internationale à David Lean. Avec ce film, qui raconte la lutte pour la survie de prisonniers de guerre britanniques dans un camp japonais, le cinéaste inaugurait la seconde partie de sa carrière exclusivement constituée de superproductions spectaculaires tournée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-lean/#i_9206

LE MÉCANO DE LA "GENERAL", film de Clyde Bruckman et Buster Keaton

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 892 mots

Dans le chapitre « S'adapter pour gagner »  : […] Comme dans tous les longs-métrages de Keaton, le maître-mot est l'adaptation. Johnnie appartient à cette lignée de personnages keatoniens qui font preuve d'une ahurissante faculté d'apprentissage aussitôt qu'ils se sont assigné un but – en général la maîtrise d'une profession ou le consentement d'une belle, les deux étant comme ici très souvent associés. Tout ce que tente Johnnie échoue la premièr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mecano-de-la-general-clyde-bruckman-et-buster-keaton/#i_9206

NAISSANCE D'UNE NATION, film de David Wark Griffith

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 953 mots
  •  • 1 média

Entre 1908 et 1914, Griffith (1875-1948) tourne près de 450 courts-métrages de tous genres, mêlant la comédie et le western, adaptant aussi un grand nombre de récits littéraires de Jack London à Guy de Maupassant. Issu du Sud, il apporte son savoir-faire à la nouvelle industrie américaine du cinéma qui, dès 1911, a construit le premier studio de Hollywood, préférant la lumière de Los Angeles aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-d-une-nation/#i_9206

PASTRONE GIOVANNI (1882-1959)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 682 mots
  •  • 1 média

Giovanni Pastrone est né à Montechiaro d'Asti en 1882. Il découvre le cinéma à l'âge de vingt-cinq ans en entrant comme comptable à la société Carlo Rossi & Cie qui vient d'être fondée à Turin en 1907. Une trentaine de films sont produits et distribués en Italie et à l'étranger. Des difficultés financières conduisent à la liquidation de l'entreprise et à son rachat par l'ingénieur Carlo Sciamengo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-pastrone/#i_9206

RAY NICHOLAS (1911-1979)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 1 747 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie et les films »  : […] Né le 7 août 1911 à Galesville dans le Wisconsin, Nicholas Raymond Kienzle commence par faire des études d'architecture (notamment avec Frank Lloyd Wright) et d'art dramatique. En 1932, il s'installe à New York où il conduit des activités théâtrales diverses (acteur, animateur ou directeur d'atelier, responsable administratif) au sein de différentes troupes, institutions ou universités. Au cours d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicholas-ray/#i_9206

SPIEGEL SAM (1903-1985)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 698 mots

L'industrie du cinéma américain regrette parfois, après avoir longtemps condamné leur dictature, les grands producteurs des années 1940 et 1950. Sam Spiegel fut l'un de ces ultimes « nababs » décrits sans complaisance par Scott Fitzgerald dans son roman posthume. Curieux déterminisme de l'histoire : The Last Tycoon fut le dernier film produit par Sam Spiegel en 1976. S'il fu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sam-spiegel/#i_9206

STEINER MAX (1888-1971)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 242 mots

Le compositeur américain d'origine autrichienne Max Steiner fut, dans les années 1930 et 1940, un des principaux compositeurs de musique de film d'Hollywood, aux côtés d'autres Européens émigrés – l'Autrichien Erich Wolfgang Korngold, le Hongrois Miklós Rózsa, l'Allemand Franz Waxman, l'Ukrainien Dimitri Tiomkin –, contraints à l'exil par la montée des régimes totalitaires sur l'ancien continent. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-steiner/#i_9206

TITANIC, film de James Cameron

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 882 mots

Dans le chapitre « Un film à grand spectacle »  : […] Pour le réalisateur, « Titanic ne se résume pas au récit édifiant d'une fable mythique. C'est une métaphore des souffrances de l'humanité, de la foi, du courage et du sacrifice... » L'Atlantique a sans doute englouti une société souvent orgueilleuse et insouciante. Ce film confirme l'opiniâtreté d'un réalisateur ambitieux tenté par un pari technologique, celui de réussir un « désastre ». Son budg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/titanic-james-cameron/#i_9206

TITANIC (J. Cameron)

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 1 428 mots

Devenu objet d'étude sous la plume non plus des critiques spécialisés mais des éditorialistes et des maîtres penseurs, Titanic , de James Cameron (1997), a été un des phénomènes de société de l'année 1998 dont le traitement sociologique et idéologique a bien sûr été précédé par des constats purement comptables. Car Titanic est le film type pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/titanic-j-cameron/#i_9206


Affichage 

Autant en emporte le vent, V. Fleming

photographie

Vivien Leigh (1913-1967) et Clark Gable (1901-1960), Scarlett O'Hara et Rhett Butler dans Autant en emporte le vent, une superproduction du cinéma hollywoodien, réalisée par Victor Fleming en 1939 

Crédits : MoviePix/ Silver Screen Collection/ Getty Images

Afficher

Les Dix Commandements

photographie

Interprété par Charlton Heston, Moïse descend du Sinaï, portant les Tables de la Loi, dans Les Dix Commandements, un péplum de Cecil B DeMille (1956) 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Autant en emporte le vent, V. Fleming
Crédits : MoviePix/ Silver Screen Collection/ Getty Images

photographie

Les Dix Commandements
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie