SUPERARCHITECTURE. LE FUTUR DE L'ARCHITECTURE, 1950-1970 (D. Rouillard)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « superarchitecture » dont Dominique Rouillard retrace la généalogie a fait l'objet de nombreuses expositions en France ces dix dernières années, du Centre Georges-Pompidou à Paris au Fonds régional d'art contemporain-Centre à Orléans, en passant par le Nouveau Musée de Villeurbanne ou le musée de Valence. Sous-titré « le futur de l'architecture, 1950-1970 » (soit le futur imaginé pour ces deux décennies, celui d'avant les années de crise), ce panorama architectural publié aux éditions de La Villette (Paris, 2005) dit une fois encore combien notre image du bonheur est colorée par le temps où nous vivons. D'abord oubliée, puis intensément réactivée, la mémoire de cette « superarchitecture » traverse désormais, entre fascination et répulsion, l'imaginaire des plus jeunes architectes contemporains, rappelant qu'il y a toujours eu des rendez-vous tacites entre les générations.

Trop souvent présentés par les institutions muséales comme des « pièces », les projets d'architecture concernés se voient, grâce au travail et à l'ambition théorique de l'auteur, architecte et historienne de l'art, replacés dans leur temps. Aussi, les termes d'une possible postérité sont enfin fixés, hors des habituelles spéculations idéologiques ou doctrinales. Sur plus de cinq cents pages remarquablement illustrées, les contre-utopies défilent, entre noirceur et absurde, humour et ironie. Il s'agit soit d'inonder Florence, soit d'assécher les canaux de Venise pour sauver les centres historiques des avatars du tourisme de masse ; de bétonner les vingt arrondissements de Paris, sauf la Seine et les ponts, jusqu'à hauteur de la tour Eiffel ; de raconter l'histoire de Douze Villes idéales gouvernées chacune par un système tyrannique dictant leur organisation ; de dessiner un Monument continu traversant des territoires variés pour relier les lacs des Alpes, enjamber les vallées et couper indifféremment en deux villes ou déserts...

On le voit, ces projets, s'ils n'ont pas cherché à occ [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : sociologue, chargé de recherche au laboratoire A.C.S., E.A. Paris-Malaquais, C.N.R.S., U.M.R. 7136 A.U.S.

Classification

Pour citer l’article

Jean-Louis VIOLEAU, « SUPERARCHITECTURE. LE FUTUR DE L'ARCHITECTURE, 1950-1970 (D. Rouillard) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/superarchitecture-le-futur-de-l-architecture-1950-1970/