SUISSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielConfédération suisse (CH)
Chef de l'État et du gouvernementGuy Parmelin (du 1er janvier au 31 décembre 2021 ; le président est élu pour un an par le Conseil fédéral, le gouvernement)
Note :
CapitaleBerne 1
Note : Le Tribunal fédéral (cour suprême) est situé à Lausanne
Langues officiellesallemand, français, italien (le romanche est une langue officielle localement)
Unité monétairefranc suisse (CHF)
Population8 698 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)41 290

Situation économique

Sa position géographique, au cœur de l'Europe, et la taille réduite de son marché intérieur confèrent à la Suisse une situation économique caractérisée, d'une part, par son haut degré d'ouverture et sa capacité d'innovation technologique et, d'autre part, par l'importance de ses relations commerciales avec les pays de l'Union européenne (UE).

Ouverture et innovation : les moteurs économiques de la Suisse

Avec plus de 8 millions d'habitants, la Suisse se caractérise par une économie plus ouverte que celle d'autres grands pays industrialisés comme l'Allemagne, la France, les États-Unis ou le Japon. Plusieurs facteurs expliquent cet état de fait.

Tout d’abord, la taille réduite de son marché domestique rend la Suisse très dépendante des importations. Cependant, et malgré l'étroitesse de son marché, plusieurs des biens de grande consommation qu’elle produit atteignent un seuil de rentabilité. La balance commerciale connaît un solde positif d’une trentaine de milliards par an, en forte hausse depuis le début des années 2000. L’exportation de biens et services représente plus de la moitié du PIB depuis les années 1990, les importations représentant en moyenne 40 p. 100 du PIB. Seuls les matières premières, les produits de consommation et l’énergie sont davantage importés qu’exportés. En revanche, la balance commerciale de la Suisse est positive, voire très fortement positive pour les biens d’équipement. Ce résultat est d’autant plus significatif que la Suisse a dû faire face, à partir de 2010, à d’importantes fluctuations du taux de change de sa monnaie par rapport à l’euro (€) et au dollar. En effet, le franc suisse (CHF), valeur refuge pour les investisseurs confrontés à la crise internationale de 2008-2009, s’est fortement apprécié à partir de 2010, ce qui aurait pu pénaliser les exportations. L’été de 2011 a été rude pour la monnaie helvétique, dont le taux de change est passé de 1,23 CHF pour 1 € en juillet 2011 à 1,05 CHF le mois suivant, pour se situer autour de 1,20 CHF en septembre de la même année, taux plancher auquel la Banque nationale suisse (BNS) a fini par renoncer : en 2017-2018, le taux s’est stabilisé entre 1,10 et 1,20 CHF.

Signe de la bonne santé de l’économie suisse, l’impact sur les exportations de cette appréciation du franc suisse a donc été limité, même si les petites et moyennes entreprises ont davantage souffert de cette fluctuation que les grandes entreprises, qui ont pu réduire leurs marges sans modifier leurs volumes de production, situation difficilement tenable pour les PME. La balance courante est restée largement excédentaire, même en 2011, en grande partie grâce au redressement des marchés financiers internationaux des capitaux, lesquels ont largement profité aux revenus d’investissement des filiales des banques et des compagnies d’assurance suisses installées à l’étranger. Parallèlement, la relative détérioration des exportations suisses au cours de cette période a été compensée par la forte demande mondiale de biens et services suisses. Au final, les exportations de la Confédération restent fortes, les économies émergentes d’Asie de l’Est constituant pour celles-ci des débouchés particulièrement importants : de 2009 à 2013, plus d’un tiers de la croissance globale des exportations suisses leur est imputable. La Suisse est ainsi le pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui a le plus de liens commerciaux avec ces économies émergentes.

Autre caractéristique importante de l’économie suisse, celle-ci doit compenser ses fortes importations par des économies d'échelle, qu’elle réalise grâce à ses exportations. Le solde positif du montant des biens et marchandises exportés (36,9 milliards de francs suisses en 2016) montre à l’évidence qu’elle y parvient. Les pays européens représentent près de 60 p. 100 du marché extérieur de la Suisse, l’Allemagne à elle seule en représentant près de 20 p. 100. L'économie de la Suisse est donc ouverte et dépendante de l'économie mondiale, ce qui exige une adaptation rapide à tout changement intervenant dans cet environnement globalisé, que ce soit sur les plans législatif (compatibilité des lois suisses avec celles de l'Union européenne) ou technologique (capacité à maintenir un haut degré d'innovation en occupant des marchés de niche).

Cette ouverture sur le système économique international impose aussi de garantir une stabilité politique interne, en anticipant les conflits potentiels entre les différents acteurs du système politique (État, partis politiques, syndicats) et en cherchant systématiquement le consensus. Ce système est appelé en Suisse « corporatisme démocratique ». Ce dernier connaît cependant deux variantes, selon que l'adaptation s'effectue à un niveau global ou national, et selon la nature des acteurs, privés ou publics, impliqués dans le processus. Le corporatisme suisse peut être qualifié de libéral, dans la mesure où l'adaptation s'effectue à l'échelle de l'économie globale et principalement par les forces du marché, c'est-à-dire en impliquant les acteurs privés, au contraire du corporatisme social où l'adaptation au système économique international est le fait d'acteurs publics (en Norvège, par exemple).

La politique économique d'ouverture doit cependant tenir compte de la menace d'un référendum, qui pèse parfois sur des accords internationaux conclus entre la Suisse et son principal partenaire commercial, l'Union européenne. Depuis les accords économiques de 1972 (acceptés à 72,5 p. 100 par la population), le peuple et parfois les cantons se sont prononcés à cinq reprises sur des accords entre la Suisse et l'Union européenne, dont la portée était politiquement et économiquement fondamentale pour la Suisse. Les conséquences de ces votations populaires sont loin d'être négligeables, puisque celles-ci peuvent déterminer le cadre à l'intérieur duquel prennent place les échanges commerciaux de la Suisse avec ses partenaires européens.

L'ouverture économique de la Suisse est un atout précieux qu'on peut mesurer par son haut degré de compétitivité internationale, notamment dans le domaine du savoir. Une étude réalisée en 2008 par des chercheurs du Centre de recherches conjoncturelles de l'École polytechnique de Zurich montre, en comparant la Suisse à douze autres pays très développés, que l'économie du savoir ne pèse nulle part autant qu'en Suisse. Le secteur à fort coefficient de savoir – regroupant l'industrie de haute technologie (pharmacie, chimie-plastiques, construction de machines, électrotechnique, électronique, instruments scientifiques) et les services à fortes connaissances (banques, assurances, service aux entreprises) – représente en Suisse, selon cette étude, plus de 42 p. 100 de la valeur ajoutée, contre 40 p. 100 en Allemagne, 36 p. 100 aux États-Unis, 33 p. 100 au Japon, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 37 pages

Médias de l’article

Suisse : drapeau

Suisse : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Suisse : carte physique

Suisse : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Suisse, XIVe-XVe siècle

Suisse, XIVe-XVe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Genève (Suisse)
  • : docteur ès sciences politiques, chargé de cours, responsable de la Plate-forme Europe
  • : homme de lettres, éditeur
  • : professeur honoraire à l'université de Genève
  • : docteur en littérature française, chercheur auprès du Fonds national suisse de la recherche scientifique
  • : professeur honoraire à l'université de Genève et à l'Institut universitaire d'études européennes

Classification

Autres références

«  SUISSE  » est également traité dans :

SUISSE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ALPES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul OZENDA, 
  • Thomas SCHEURER
  •  • 13 213 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Alpes suisses »  : […] Outre les Alpes franco-italiennes, les Alpes occidentales comprennent également les Alpes suisses , avant de disparaître, par inflexion axiale, sous le charriage des Alpes orientales. Analogues dans l’ensemble, les Alpes suisses sont toutefois marquées par certains traits originaux qui autorisent parfois à les distinguer sous le nom d’« Alpes centrales ». Ce sont d’abord des modalités de détail. […] Lire la suite

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Alsace transfrontalière »  : […] En développant la coopération transfrontalière, l'Alsace s'inscrit dans un destin rhénan. Depuis 1975, la Conférence du Rhin supérieur associe l'Alsace à plusieurs Kreise (subdivisions administratives) des Länder de Rhénanie-Palatinat et de Bade-Wurtemberg ainsi qu'aux cantons de la Suisse du Nord-Ouest. Dans le nord de cet espace, dans l'orbite de Karlsruhe, la région Pamina (Palatinat-Mittlerer […] Lire la suite

ARMÉE - Typologie historique

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR, 
  • Universalis
  •  • 12 929 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Armées de milices »  : […] Le système des milices constitue une forme de service militaire national, dont la période active est réduite au minimum. Quand elles mobilisent de véritables citoyens, animés d'un patriotisme affirmé, instruits et entraînés au cours de périodes d'exercices fréquents, elles forment une organisation militaire rationnelle et éprouvée. Les armées des cités antiques sont des milices modèles ; à un moin […] Lire la suite

BÂLE

  • Écrit par 
  • Bernard DEGEN
  •  • 1 544 mots
  •  • 3 médias

Au contact avec la France et l'Allemagne, Bâle (en allemand Basel) est la porte d'entrée de la Suisse vers l'Europe du Nord . La ville, qui forme avec les communes de Riehen et Bettingen, le canton de Bâle-Ville, le plus petit de Suisse en termes de superficie (37 km 2 ), est également le cœur d’une agglomération trinationale. Située à l'extrémité sud du couloir qui sépare les Vosges de la Forêt […] Lire la suite

BÂLE MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 1 025 mots

À Bâle, ville rhénane à la forte tradition humaniste et économique, l'initiative privée s'est de tout temps alliée aux institutions publiques pour favoriser le développement culturel de la cité : la Collection publique des beaux-arts – c'est son nom officiel – en est le reflet. Elle doit son prestige à un noyau d'œuvres exceptionnelles du xvi e  siècle et à un ensemble du xx e  siècle de tout prem […] Lire la suite

BERNE

  • Écrit par 
  • Hans-Rudolf EGLI
  •  • 1 122 mots
  •  • 5 médias

Capitale de la Confédération suisse depuis 1848 et du canton du même nom , Berne est le siège des autorités exécutives du canton homonyme et de l’État fédéral, avec leurs parlements respectifs et une grande partie des administrations et des institutions culturelles cantonales et fédérales. Installée sur les rives de l'Aar, le deuxième plus long cours d’eau de Suisse, Berne se trouve à peu près à […] Lire la suite

BERNE DISPUTE DE (1528)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 737 mots

Assemblée qui, tenue dans l'église des Cordeliers, à Berne, du 6 au 27 janvier 1528, marque une étape importante dans l'histoire de l'établissement de la Réforme en Suisse. La dispute de Berne est convoquée par le Grand Conseil bernois, au sein duquel se retrouve, dès le printemps de 1527, une majorité favorable à la Réforme. C'est l'époque de l'affrontement entre Clément VII et François I er , d' […] Lire la suite

BÜHRLE FONDATION, Zurich

  • Écrit par 
  • Daniel HARTMANN
  •  • 868 mots

Sur les hauteurs de Zurich, dans les quartiers résidentiels de la « rive dorée » du lac, un hôtel particulier abrite près de 200 œuvres de la collection constituée par l'industriel d'origine allemande Emil Georg Bührle (1890-1956). Placées en 1960 par les héritiers du collectionneur, qui tenaient à lui rendre hommage, sous le statut juridique de « fondation de famille », elles sont désormais acce […] Lire la suite

BULLINGER HEINRICH (1504-1575)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 385 mots

Successeur de Zwingli, Bullinger a dirigé comme antistes l'Église du canton de Zurich de 1531 à sa mort. Fils d'un prêtre, il fait des études chez les Frères de la vie commune aux Pays-Bas et à Cologne, où il entre en contact avec l'humanisme et Érasme. Maître d'école à Kappel, il adhère à la Réforme à la lecture des ouvrages de Luther. Il devient l'ami et le conseiller de Zwingli, auquel il succ […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-31 août 2021 Suisse. Protestation contre la diminution de peine d'un violeur.

Le 31, quelques centaines de personnes manifestent à Berne, à l’appel de la Youth Task Force groupe d’action commun à Amnesty International et à Santé sexuelle Suisse, alors que la commission des Affaires juridiques du Conseil des États examine le projet de loi de réforme du droit pénal en matière d’infractions sexuelles. Les contestataires dénoncent le projet de création d’une nouvelle infraction d’« atteinte sexuelle », punie plus légèrement que le viol, et réclament la prise en compte de l’absence de consentement, et pas seulement de la contrainte, dans la définition juridique du viol. […] Lire la suite

26 août 2021 Suisse. Chiffrage de la baisse du PIB en 2020.

L’Office fédéral de la statistique chiffre à 2,4 % la baisse du PIB en 2020, du fait de la pandémie de Covid-19, contre 2,9 % estimé en février par le secrétariat d’État à l’Économie (SECO). […] Lire la suite

12-24 août 2021 Suisse – Afghanistan. Accueil des réfugiés afghans.

Le conseiller chargé des Affaires étrangères Ignazio Cassis déclare que la poursuite de l’engagement de la Suisse en faveur de l’Afghanistan passera désormais par une aide humanitaire. […] Lire la suite

19 août 2021 Suisse. Estimation du coût de la neutralité carbone.

L’Association suisse des banquiers (ASB) estime à 387,2 milliards de francs suisses (357,8 milliards d’euros) le coût des investissements nécessaires pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050, soit 12,9 milliards par an. L’ASB affirme que « la place financière peut apporter une contribution importante dans le cadre de cette transition », mais qu’il « appartient à l’État de créer les conditions-cadres optimales » à cette transition, notamment en limitant « les entraves et les restrictions réglementaires ou fiscales aux activités de financement ». […] Lire la suite

4 août 2021 Suisse. Reconnaissance des atteintes portées par l'ancien président de l'Église réformée contre une collaboratrice.

La commission d’enquête chargée d’étudier les accusations portées contre l’ancien président de l’Église évangélique réformée Gottfried Locher reconnaît que celui-ci a porté atteinte à l’intégrité sexuelle, spirituelle et psychologique d’une ancienne collaboratrice. Elle estime que la plaignante doit obtenir une juste reconnaissance sociale, financière et personnelle. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard DEBARBIEUX, Frédéric ESPOSITO, Bertil GALLAND, Paul GUICHONNET, Adrien PASQUALI, Dusan SIDJANSKI, « SUISSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/suisse/