SUICIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Schopenhauer

Schopenhauer
Crédits : Hulton Getty

photographie

Alfred Adler

Alfred Adler
Crédits : Hulton Getty

photographie


Analyse philosophique

Impasse naturelle et pathos de la distance

Comment est-il possible de vaincre l'extraordinaire force des pulsions de vie ? et par quelle voie le moi vient-il à renoncer à sa propre affirmation ? Goethe a tenté de préciser le sens de ce mortel adieu de l'être à lui-même, en posant sous leur double dimension, naturelle et subjective, les conditions de ce qui devient, au niveau romanesque, le suicide du jeune Werther.

« Que je suis heureux d'être parti ! » Telle est la première ligne écrite par Werther à l'ami cher qu'il vient de quitter. Seul un allocutaire lointain semble en effet apte à recueillir l'expression de ce qui, apparu d'abord sous la forme d'un simple désir de fuite, se déterminera comme hantise de la rupture définitive, Werther n'ayant d'aucun départ obtenu le soulagement espéré. « La question, explique Werther à Albert, n'est pas de savoir si l'on est faible ou fort, mais si l'on peut soutenir le poids de sa souffrance, que celle-ci soit d'ailleurs morale ou physique. » Il faut donc tenir compte d'un facteur quantitatif : la mesure de ce que l'homme peut supporter. Aussi bien, le suicide apparaît à Goethe comme un « accident de la nature », au même titre qu'une maladie mortelle. Dans les deux cas, la mort apparaît comme la seule solution au conflit proposé par la nature. « La nature ne trouve pas d'issue au labyrinthe des forces confondues, contradictoires : alors il faut mourir. »

La pulsion de mort apparaît à ce niveau comme consacrant la destinée de la pulsion, en tant que celle-ci est débordement perpétué. Face à la solitude inactive de Werther, qu'est alors l'être aimé, sinon l'habitat même de cette pulsion de débordement, le foyer où cette exigence abstraite trouve sa forme, plus encore le lieu saint auquel s'opère la consécration du désir ? « Elle m'est sacrée, écrit Werther de Lotte. Tout désir s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SUICIDE  » est également traité dans :

SUICIDE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Philippe RIUTORT
  •  • 1 018 mots

Le suicide est devenu, depuis Émile Durkheim et son ouvrage paru en 1897, Le Suicide, un des objets sociologiques par excellence. Le fondateur de l'école française de sociologie l'a, en effet, érigé en cas exemplaire du fait social, énoncé dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide-sociologie/#i_94997

ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, 
  • Universalis
  •  • 2 657 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contraintes sociales »  : […] D'un point de vue biologique, l'adolescence devrait être la meilleure période de la vie. La plupart des fonctions physiques et mentales, telles que la vitesse, la force, la réactivité et la mémoire, sont à leur apogée pendant cette période. Le goût et l'appétit sont plus développés, le sommeil plus profond, et la sensibilité à la musique plus forte. Les conséquences de ces changements ne sont pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolescence/#i_94997

ANOMIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 989 mots

Dans le chapitre « Le suicide anomique »  : […] Dans Le Suicide , le concept d'anomie réapparaît. Mais il fait ici l'objet d'une sorte d'analyse chimique. L'anomie de la division du travail y est séparée en deux composantes que Durkheim appelle égoïsme et anomie. Un être égoïste est celui qui tire ses règles de conduite et de vie non d'une autorité morale extérieure, mais de lui-même. En ce sens, les protestants sont plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anomie/#i_94997

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les méthodes d'analyse causale »  : […] Or, il suffit d'observer le sociologue à l'œuvre pour constater que l'analyse sociologique consiste le plus souvent à déterminer la structure causale des relations qui caractérisent un ensemble de « variables ». Schématiquement, l'information dont dispose le sociologue, qu'elle ait été recueillie à partir de questionnaires, d'entretiens, de statistiques administratives ou de toute autre manière, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/#i_94997

CRIMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques LÉAUTÉ
  •  • 8 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le relâchement des freins moraux »  : […] Parmi les déclins néfastes, le recul de la pratique religieuse a été présenté au début du xx e  siècle par Tarde comme un facteur criminogène ( La Criminalité comparée , 1910). Cet auteur pensait que la déchristianisation s'accompagnait d'un recul de la moralité sans remplacement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/criminologie/#i_94997

DÉPRESSIFS ÉTATS ou DÉPRESSIONS NERVEUSES

  • Écrit par 
  • Jean GUYOTAT
  •  • 3 159 mots

Dans le chapitre « La dépression mélancolique »  : […] Dans la dépression mélancolique, la douleur morale est très vive, la dévalorisation et la culpabilité sont intenses. Ces sentiments sont parfois si pénibles qu'ils peuvent être à l'origine, d'une part, d'une déformation de la réalité et d'idées délirantes telles que l'auto-accusation (par exemple, on s'accuse d'un crime que l'on n'a pas commis), la négation (de sa propre existence, du monde envir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depressifs-depressions-nerveuses/#i_94997

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « « Le Suicide » »  : […] Dans Le Suicide , Durkheim illustre certaines des propositions essentielles qu'on voit apparaître tout au long de son œuvre. On y trouve tout d'abord une gageure : démontrer la spécificité du social à propos d'un phénomène relevant apparemment surtout de la psychologie individuelle. Mais Durkheim a beau jeu de démontrer d'une part que les thèses qui font dériver le suicide d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-durkheim/#i_94997

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Durkheim et l'école française de sociologie »  : […] En France, ils sont plusieurs à se faire concurrence au sein d'un espace scientifique en construction. Outre Le Play déjà cité, il faut d'abord compter avec René Worms, qui se signale moins par l'originalité de ses écrits que par son action en faveur de la reconnaissance de la discipline. Il crée ainsi la Revue internationale de sociologie et fonde un Institut international […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_94997

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mise à jour d'un ordre du symbolique »  : […] Le symbolique n'est pas seulement structuré, ce qui conduirait à chercher l'origine ou le fondement de sa structuration dans une démarche historique ou génétique, mais structurant, ce qui amène à questionner sa logique et à décrire les lieux de son efficace.  La reconnaissance d'un tel « ordre » oriente dans des directions variées la critique philosophique de la notion de représentation, qui infor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_94997

TYPOLOGIE, sociologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude COMBESSIE
  •  • 1 639 mots

Le mot « typologie » apparaît au xix e  siècle pour désigner les types ou les classifications des sciences de la nature, et différencier leur mode d'élaboration « scientifique » des classifications communes ou des types des philosophes et des exégètes bibliques. Il implique, comme en philosophie, une explicitation raisonnée des principes « essent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typologie-sociologie/#i_94997

Voir aussi

Pour citer l’article

René ARLABOSSE, Jean-Pierre BLANADET, Baldine SAINT GIRONS, « SUICIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide/