SUGER (1081-1151)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Médiateur et lien de paix »

Ces termes par lesquels le moine de Saint-Denis, qui fut son premier biographe, résume le caractère de Suger s'appliquent à ses multiples activités. Il a restauré l'ordre avec la justice dans les régions ravagées par les féodaux entre la vallée de Chevreuse et l'Orléanais, n'usant de la force qu'à l'extrême limite de la nécessité. Il opéra une retraite mesurée devant les attaques de saint Bernard, forçant bientôt l'admiration et attirant la collaboration de l'abbé de Clairvaux. Après qu'il eut ménagé la retraite d'Étienne de Garlande, le sénéchal de Louis VI, l'influence de saint Bernard put se faire sentir dans les conseils de la monarchie. L'amitié des deux abbés aboutira à la IIe Croisade (dont Suger condamna la direction stratégique et non le principe) et à la préparation d'une croisade de revanche. Suger est ambassadeur auprès du pape Calixte II dans les années où l'empereur Henri V va être obligé de régler les rapports entre le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel conformément aux vues de l'Église. En France, l'équilibre fut préservé dans ce domaine grâce à une harmonie entre la monarchie et l'épiscopat qui prévint l'explosion d'une nouvelle querelle des Investitures dans le royaume et fit des évêchés de Beauvais, Reims, Châlons-sur-Marne, Laon, Langres, Noyon, où le roi exerce son droit de nomination, les avant-postes d'une fédération française. Quand se dessina en 1124 le danger de coalition germano-anglaise contre le royaume, tous les évêques des sièges limitrophes du domaine royal et la noblesse de Bourgogne et de Champagne se rallièrent autour du roi à Saint-Denis. Louis VI, en recevant des mains de Suger l'oriflamme de Saint-Denis (qui allait rester le drapeau national jusqu'à Azincourt), devenait l'homme-lige du saint patron, protecteur de l'abbaye et du royaume de France. Cependant, Suger garda toute son estime pour Henri Ier Beauclerc ; le roi d'Angleterre, ainsi que Thibaut IV de Blo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur émérite, université de Montréal, Kress Fellow, Galerie nationale, Washington, membre de la Société royale du Canada

Classification


Autres références

«  SUGER (1081-1151)  » est également traité dans :

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 769 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La ressemblance et la dissemblance »  : […] Cette conclusion n'est-elle pas en soi un paradoxe ? Et d'abord n'y a-t-il pas non-sens à parler d'une figure du mystère théologique ? D'autant plus que notre cheminement commençait sur un fond de « haine théologique du visible » ? Mais la question est plus retorse qu'elle n'y paraît. Qu'entend-on exactement par figure  ? Une figure, c'est une configuration du monde visible, c'est l'aspect d'un o […] Lire la suite

CAPÉTIENS (987-1498)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 058 mots

Dans le chapitre « Un caractère sacré »  : […] C'est surtout dans le domaine religieux que les Capétiens connurent de grands succès de prestige. Déjà Hugues Capet avait dû beaucoup à l'Église : à l'évêque Adalbéron de Reims son intervention décisive à Compiègne, aux abbayes royales un soutien efficace. Les abbayes de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire), puis de Saint-Denis jouèrent un rôle décisif dans l'établissement d'une historiographie capétie […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'émergence d'un style : 1140-1190 »  : […] L'art nouveau apparaît en Île-de-France. Cette région, qui n'avait pas eu à l'époque précédente un rôle important, devient déterminante dans l'histoire de l'Europe. Plus précisément, c'est à l'abbatiale de Saint-Denis que s'affirme le nouveau style : il s'oppose à la production contemporaine par un choix esthétique clairement affirmé, par la volonté d'intégrer toutes les techniques, mais aussi pa […] Lire la suite

MÉCÉNAT

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH, 
  • Luigi SALERNO
  •  • 6 946 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Mécénat religieux et laïc »  : […] Avec le christianisme apparaît le premier grand phénomène d'iconoclastie, c'est-à-dire une profonde aversion à l'égard de l'art païen, considéré comme criminel, et qui devait aboutir, au cours des siècles, à une grave dégradation du patrimoine artistique de l'Antiquité. Le nouvel art chrétien, après une période dominée par le symbolisme, adoptera la visée didactique et narrative qui avait caracté […] Lire la suite

ORFÈVRERIE

  • Écrit par 
  • Gérard MABILLE
  •  • 5 567 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De l'Antiquité au Moyen Âge »  : […] L'existence de l'orfèvrerie est attestée dans le monde antique à la fois par le témoignage des textes et par les découvertes de l'archéologie. L'histoire de l'orfèvrerie semble débuter vers le milieu du III e  siècle avant J.-C., avec l'exploitation des gisements d'or et d' argent d'Anatolie. En Égypte, les sépultures ont livré un matériel suffisamment abondant pour nous permettre de juger de la […] Lire la suite

SAINT-DENIS BASILIQUE DE

  • Écrit par 
  • Philippe PLAGNIEUX
  •  • 1 199 mots
  •  • 3 médias

On considère saint Denis comme un évêque missionnaire venu évangéliser la cité des Parisiens. Il y trouva le martyre vers 250, vraisemblablement sur la colline de Montmartre, avant d’être inhumé à l’emplacement de l’actuelle basilique. La Vie de sainte Geneviève , rédigée vers 520, présente Denis comme le premier évêque de Paris, envoyé par le pape Clément I (fin du premier siècle). Les textes men […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe VERDIER, « SUGER (1081-1151) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/suger/