SUÈDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

SUÈDE : quelques données-clés.
Nom officielRoyaume de Suède (SE)
Chef de l'Étatle roi Carl XVI Gustaf (depuis le 15 septembre 1973)
Chef du gouvernementUlf Kristersson (depuis le 18 octobre 2022)
CapitaleStockholm
Langue officiellesuédois
Unité monétairecouronne suédoise (SEK)
Population10 565 000 (estim. 2023)
Superficie (km2)447 425

La littérature

En matière de littérature, l'originalité de la Suède, dans le concert des nations nordiques, vient de son éclectisme. Il n'est pas de domaine où elle ne se soit illustrée avec éclat. Et si les débuts furent difficiles, la période présente a quelque chose d'étincelant, même si une approche de type éthique semble marquer ces inspirations.

Sous le signe de la religion et de l'étranger

Les origines de la littérature suédoise sont obscures et modestes. Avant le xiie siècle, la Suède ne livre guère que des inscriptions runiques réparties sur tout le territoire et dont les plus anciennes pourraient remonter au ive siècle de notre ère. Le plus souvent commémoratives (d'un mort illustre ou de quelque bienfait) et brèves, elles seraient d'une navrante monotonie – n'étaient le sens magique de beaucoup d'entre elles et, parfois, le mètre poétique de certains textes, hautement élaboré malgré son archaïsme. Fait remarquable, non seulement ces inscriptions sont en nombre fort important – bien plus que dans les autres pays scandinaves continentaux – mais la diversité des sujets qu'elles abordent, par allusions rapides, si elle est correctement interprétée, peut donner une bonne idée de l'univers mental et de l'histoire des Vikings qui les ont consignées. Elles constituent à ce titre une source d'information capitale.

La Suède n'ayant été christianisée que vers 1100, c'est seulement à partir de cette date qu'elle apprend à écrire, sous la férule de l'Église. Sa littérature naît dans les monastères, en latin, à l'école des clercs et sous une influence française, puis allemande, enfin danoise, puisque le pays ne se libérera de la tutelle du Danemark qu'en 1523.

De cette époque on ne retient que certains textes de lois provinciales et coutumières (Vestrogothie et Gotland surtout), consignés au début du xiiie siècle au plus tôt, dont l'intérêt est avant tout de restituer une fort ancienne tradition orale, visible dans les formulations archaïques allitérées, au rythme poétique proche de celui des texte eddiques ; et des adaptations de textes chevaleresques français et allemands, dont Le Chevalier au lion de Chrétien de Troyes : Les Chansons d'Euphémie (début du xive siècle). la Chronique d'Éric, qui versifie l'histoire de Suède de 1220 à 1320, constituent de bons documents historiques.

S'imposent alors les œuvres de Petrus de Dacie et surtout de sainte Brigitte (1303-1373), fondatrice de l'ordre des Brigittins et mystique ardente qui consigna en suédois puis fit traduire en latin ses Révélations où les sombres visions apocalyptiques et les méditations d'une haute spiritualité alternent avec un souci du détail concret et un pittoresque d'une prenante fraîcheur. Dogmatique intransigeante, elle orchestre, dès le début, le thème du radicalisme suédois. Voici donc en place les assises fondamentales du génie suédois en matière de lettres : une tendance profonde et comme inaliénable au mysticisme, point trop éthéré, en vérité, mais ardent à trouver une communion avec l'Essence ; simultanément, et non sans paradoxe, une volonté de réalisme qui fait que jamais les implications concrètes de l'expérience ne sont oubliées ; enfin, ce sens de l'ordre, de la loi, qui sera qualifié un jour d'absolutisme.

Il faut en outre faire une place à part, ici comme dans les autres pays scandinaves, aux chants populaires ou folkvisor, d'âge et d'origine incertains, qui brodent sur tous les sujets possibles en vers (knittel) simples, souvent naïfs, ponctués par un refrain. Le style en est plus évolué qu'il n'y paraît, et les sources sont d'une infinie diversité. Il semble bien, toutefois, que l'influence principale exercée sur ces chants dansés vienne de la carole française et des milieux aristocratiques qui la pratiquaient.

Avec l'avènement de Gustave Vasa (1523) et le passage au luthéranisme (1527), l'influence allemande s'accentue. Surtout, la proscription du catholicisme livre un temps la Suède à elle-même, la contraignant de se créer une littérature en langue vernaculaire. Le rôle des traductions officielles de la Bible (Nouveau Testament en 1526, Bible intégrale, dite Bible de Gustave Vasa, en 1541) sera déterminant pour la fixation d'une langue qui allie déjà la netteté et la simplicité à un penchant pour une solennité un peu raide. Ces traductions sont dues avant tout à Olaus Petri (1493 ?-1552), esprit ouvert et libre, qui connut l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 53 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Suède : carte physique

Suède : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Suède : drapeau

Suède : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Forêt (Suède)

Forêt (Suède)
Crédits : Roine Magnusson/ Getty Images

photographie

Angermanland (Suède)

Angermanland (Suède)
Crédits : Hans Strand/ Corbis Documentary/ Getty Images

photographie

Afficher les 18 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : professeur de géographie humaine, économique et régionale à l'université de Metz, U.F.R. de lettres et sciences humaines, membre de l'Académie Gustave-Adolphe d'Uppsala (Suède)
  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm et de l'Institut national des langues et civilisations orientales, professeur d'histoire contemporaine à l'institut des hautes études européennes de l'université de Strasbourg
  • : directeur honoraire de l'Institut de géographie de l'université de Paris
  • : professeur de droit public à l'université de Paris-V-René-Descartes
  • : professeur émérite d'histoire contemporaine à l'université Robert-Schuman, Strasbourg
  • : maître de conférences à l'université de Caen
  • : professeur à l'université de Lille-III
  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  SUÈDE  » est également traité dans :

SUÈDE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 502 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne, champ de bataille de l'Europe »  : […] La révolte de Bohême de 1618 peut être considérée comme le début de la guerre de Trente Ans. Mais il ne s'agit encore que de querelles entre États et princes. Le 23 mai 1618, les représentants de l'Empereur sont défenestrés à Prague, et l'aristocratie protestante se révolte contre la domination catholique. Les révoltés constituent un Landtag et un Directoire. Les Bohémiens déposent Ferdinand et é […] Lire la suite

BERGSLAG

  • Écrit par 
  • Georges CHABOT
  •  • 314 mots
  •  • 1 média

Le terme de Bergslag désignait au Moyen Âge un groupement minier, avec ses forêts, ses villages, ses forges, auquel étaient accordés des privilèges spéciaux ; puis, à partir du xvi e siècle, on a appelé ainsi tout l'ensemble des bergslag. Cet ensemble, mal délimité, s'étend sur le Värmland, le Kopparberg (Dalécarlie), le Västmanland. Il y a là, à la retombée du plateau archéen sur la dépression c […] Lire la suite

BERNADOTTE FOLKE (1895-1948)

  • Écrit par 
  • Laurent BARCELO
  •  • 1 041 mots

Le 17 septembre 1948, deux hommes en uniforme israélien abattent à bout portant le comte Folke Bernadotte, médiateur de l'organisation des Nations unies, et son adjoint le colonel français Sérot, alors qu'ils traversent la localité de Katamon pour se rendre à Jérusalem. Soldat, humaniste et diplomate suédois né à Stockholm le 2 janvier 1895, Folke Bernadotte est le neveu du roi Gustave V de Suède. […] Lire la suite

BERNADOTTE JEAN-BAPTISTE (1763-1844), roi de Suède et de Norvège sous le nom de CHARLES XIV (1818-1844)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 546 mots
  •  • 1 média

Fils d'un magistrat de Pau, engagé à dix-sept ans, sergent-major en 1788 et connu alors sous le sobriquet de « Belle Jambe », Bernadotte prend ses grades dans les armées de la Révolution, devient le lieutenant de Jourdan à l'armée de Sambre-et-Meuse puis de Bonaparte à l'armée d'Italie. Ambassadeur à Vienne pendant deux mois en 1798, il y rencontre Beethoven et lui conseille de consacrer une symph […] Lire la suite

BIRGER jarl de BJÄLBO (1210 env.-1266)

  • Écrit par 
  • Jean Maurice BIZIÈRE
  •  • 224 mots

La figure de ce grand féodal, lié aux familles régnant alors en Scandinavie, incarne le moment où la Suède, au cours du xiii e  siècle, s'ouvre aux influences européennes et où les principaux éléments qui pèseront sur son histoire se mettent en place dans un contexte de prospérité économique dont témoigne la floraison de nombreux villages nouveaux. Birger est le maître du pays de 1248, date à laqu […] Lire la suite

BJÖRLING JUSSI (1911-1960)

  • Écrit par 
  • Piotr KAMINSKI
  •  • 626 mots
  •  • 1 média

Johan Jonaton (Jussi) Björling naît à Stora Tuna (Suède) le 5 février 1911 dans une famille très musicienne, et même très « vocale ». Son père, Karl David Björling, était ténor professionnel, et il enseigna le chant à ses trois fils, Karl Johan Olof (Olle), Karl Gustaf (Gösta) et Jussi, le cadet. Le Quatuor Björling, où Jussi chante de sa voix de soprano, fit une série de tournées à partir de 1916 […] Lire la suite

BONNETS & CHAPEAUX

  • Écrit par 
  • Jean Maurice BIZIÈRE
  •  • 400 mots

Nom de deux tendances politiques suédoises qui se disputèrent la majorité au Riksdag, devenu le détenteur du pouvoir politique durant l'« ère de la liberté » ( Frihetstid ). Au cours de cette période qui s'étend de la mort de Charles XII (1718) au coup d'État de Gustave III (1772), l'absolutisme est remplacé, particulièrement après le Riksdag de 1738, par un régime parlementaire comparable aussi b […] Lire la suite

BRANTING KARL HJALMAR (1860-1925)

  • Écrit par 
  • Karl KOEHLER
  •  • 758 mots
  •  • 1 média

Premier leader de la social-démocratie suédoise, Branting est issu de la bourgeoisie stockholmoise ; étudiant, il rompt avec son milieu, se lance dans le journalisme et sera bientôt le chef de file de la presse socialiste. En 1889, il contribue à la fondation du Parti social-démocrate, réunissant des clubs de gauche, des syndicats et des groupes marxiste et anarchiste. Ce faisant, Branting entend […] Lire la suite

CARL XVI GUSTAV (1946- ) roi de Suède (1973- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 201 mots

Roi de Suède depuis 1973. Né le 30 avril 1946 à Stockholm, Carl Gustav Folke Hubertus devient prince héritier lorsque son grand-père Gustav VI Adolf monte sur le trône en 1950, son père étant mort dans un accident d'avion en 1947. Après des études à l'école des cadets et à l'université d'Uppsala, il est nommé officier de marine en 1968. Il accède au trône le 19 septembre 1973 à la mort de Gustav V […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 octobre 2022 Suède. Élection d'Ulf Kristersson au poste de Premier ministre.

Après les élections législatives de septembre, son parti a formé une coalition de gouvernement avec les Chrétiens-démocrates et les Libéraux, qui bénéficie du soutien sans participation des Démocrates de Suède (extrême droite). Le programme de coalition accorde une large place aux thèmes défendus par cette dernière formation, notamment dans les domaines de l’immigration et de la sécurité. […] Lire la suite

11-26 septembre 2022 Suède. Élections législatives.

Le 26, les Démocrates de Suède obtiennent un des trois postes de vice-président du Parlement. Celui-ci échoit à Julia Kronlid, une députée favorable à une restriction du droit à l’avortement et qui déclare remettre en question « certaines parties de la théorie de l’évolution ». Les Démocrates de Suède obtiennent également la présidence de la moitié des commissions parlementaires. […] Lire la suite

14 juillet 2022 Suède – Iran. Condamnation à la prison à vie d'un ancien procureur adjoint iranien.

Il s’agit de la onzième affaire de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité traitée de cette façon par la Suède depuis 2010. […] Lire la suite

28-30 juin 2022 O.T.A.N. – Suède – Finlande. Validation de la demande d'adhésion de la Suède et de la Finlande.

La Suède et la Finlande lèvent également leur embargo sur la livraison de certaines armes à la Turquie, qu’elles observaient depuis l’incursion de l’armée turque dans le nord de la Syrie en octobre 2019. L’adhésion des deux pays à l’OTAN doit être ratifiée par les Parlements des trente pays membres. Le nouveau « concept stratégique » de l’OTAN présenté à cette occasion qualifie la Russie de « menace directe » et la Chine de « défi ». […] Lire la suite

18 mai 2022 O.T.A.N. – Suède – Finlande. Dépôt des candidatures de la Suède et la Finlande à l'OTAN.

La Suède et la Finlande déposent leurs demandes officielles d’adhésion à l’OTAN. La rupture par ces deux pays de leur traditionnel non-alignement militaire intervient trois mois après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Le 16, six des huit partis suédois avaient donné leur accord à cette initiative. Le 17, le Parlement finlandais l’approuvait par 188 voix sur 200. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BOYER, Michel CABOURET, Maurice CARREZ, Georges CHABOT, Jean-Claude MAITROT, Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, Lucien MUSSET, Claude NORDMANN, Jean PARENT, « SUÈDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/suede/