SUBSTITUTION, économie

ACHAT POUVOIR D'

  • Écrit par 
  • Stéfan LOLLIVIER
  •  • 5 610 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie microéconomique prise en défaut »  : […] Dans les manuels de microéconomie, la théorie du consommateur fournit une définition de la notion d'indice du coût de la vie. Elle considère un consommateur à deux dates consécutives. Celui-ci choisit son panier de biens selon ses préférences, en fonction des prix et du revenu dont il dispose. À la première date, avec le système de prix en vigueur, et compte tenu de son revenu, il choisit un pani […] Lire la suite

BIEN ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 1 805 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les multiples catégorisations des biens économiques »  : […] Des considérations, au départ souvent d'origine juridique, tenant à la nature des biens, ont permis d'opérer nombre de distinctions dichotomiques entre biens fongibles (qui se consomment par l'usage et qui peuvent être remplacés par une chose analogue) et non fongibles, entre biens meubles (qui peuvent être déplacés) et immeubles, biens divisibles et indivisibles, homogènes et hétérogènes, biens d […] Lire la suite

CAPITALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick VERLEY
  •  • 6 275 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La construction d'un marché des produits, une construction sociale »  : […] Au xvii e   siècle encore les marchés de produits présentaient un caractère dualiste, reflet d'une structure sociale très discontinue. À la base, les marchés de céréales et de quelques produits industriels, achetés dans le cadre local, ne concernaient qu'une marge d'une production pour l'essentiel autoconsommée. Les variations d'offre en étaient amplifiées, les courbes de demande souvent affectée […] Lire la suite

L'ÉCONOMIE DE LA CONCURRENCE IMPARFAITE, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 012 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une critique de la théorie néo-classique de la concurrence »  : […] L'idée de base de la concurrence imparfaite décrite par Joan Robinson est que, loin d'être l'état normal de l'économie, la concurrence est une situation limite, en pratique inaccessible. En revanche, le monopole, considéré par les théoriciens néo-classiques comme un cas aberrant, correspond à la vie économique réelle. Les hypothèses du modèle de concurrence pure et parfaite sont la liberté des in […] Lire la suite

SERVICES ÉCONOMIE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN
  •  • 12 731 mots

Dans le chapitre « Substitutions et complémentarités : l'« économie de self-service » et ses limites »  : […] Au sein de la consommation finale, les services et les biens sont-ils concurrents  ? Ou sont-ils complémentaires  ? L'un et l'autre en fait. Et le fonctionnement du modèle simplifié présenté plus haut s'en trouve doublement affecté. La demande de services augmente avec la croissance du revenu (modèle de base). Mais la hausse du prix relatif des services exerce un effet de freinage : l'influence d […] Lire la suite

VALEUR ET CAPITAL, John Richard Hicks - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 362 mots

Dans le chapitre « Renaissance de la théorie de l'équilibre général »  : […] L'ouvrage comprend quatre parties et un appendice mathématique. La perspective d'équilibre général, dans laquelle il s'inscrit, se caractérise par la recherche de fondements microéconomiques précis et par une attention particulière aux interdépendances des marchés. Dans la première partie, « La Théorie de la valeur subjective », Hicks donne un exposé synthétique de la théorie du consommateur, qui […] Lire la suite