SUBSTANCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Substance et immanence

Giordano Bruno

À vrai dire, ce mouvement de renouveau et cette « renaissance » avaient commencé de s'effectuer avant que Descartes n'entreprît sa réflexion, mais la tradition philosophique passa ce fait sous silence jusqu'à une époque récente : c'est Giordano Bruno qui, le premier, édifie sans le savoir sur les ruines de la scolastique une ontologie audacieuse de la substance comme unité de la nature et de Dieu.

Rappelons tout d'abord que, pour Bruno comme pour Aristote et pour Plotin, la philosophie est essentiellement recherche sur le premier principe ; mais celle-ci cesse d'être méditation sur la transcendance de l'être (premier moteur immobile ou « un » indéterminé) et elle opère le passage à l'immanence du mouvement du temps et de la détermination. L'être n'est pas vide (comme le montre Hegel pour le concept traditionnel d'être) ; il est au contraire le suprême concret puisqu'il est le monde et la nature même. Il n'en est pas moins vrai que cet être qui fonde tous les êtres d'une façon immanente ne leur est pas identifiable ; il se nomme dès lors substance. Le monde est un, et c'est pourquoi il est substance ; mais il comporte deux aspects liés qui sont Dieu et l'univers. Dieu lui-même peut être considéré comme matière et comme forme : du point de vue du contenu, il est précisément matière (infinie et intelligible, certes) ; et du point de vue du sens ou de la forme, il est intellect, œil du monde, c'est-à-dire et âme et intelligence. Par cette description, l'orthodoxie du langage aristotélicien est certes sauvegardée, mais d'une manière purement verbale : en fait, la voie est ouverte pour une ontologie nouvelle qui pourra assumer l'identité de l'être et du monde conçus comme substance, c'est-à-dire comme objectivité infinie, permanente et diversifiée.

Spinoza

Ce fut, on le sait, le rôle de S [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SUBSTANCE  » est également traité dans :

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la tradition classique »  : […] Sans pouvoir entrer ici dans l'extrême complexité et la richesse immense de l'expérience grecque de l'affectivité et des passions – notamment dans la littérature tragique –, il est néanmoins possible de placer quelques repères significatifs chez les philosophes. « Le Grec, écrit E. R. Dodds, a toujours vu dans l'expérience d'une passion une chose mystérieuse et effrayante, l'expérience d'une forc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/#i_8517

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La métaphysique »  : […] Les éditeurs d'Aristote ont rassemblé dans une collection dite « les livres qui viennent après les livres physiques » les ouvrages d'Aristote qui traitent de sujets divers, qui sont tous objets de controverses. Ces livres constituent ce qu'on appelle depuis lors La Métaphysique d'Aristote. On ne saura jamais si et comment Aristote aurait introduit un ordre parmi ces livres, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme/#i_8517

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 074 mots

Dans le chapitre « Les catégories comme heuristique : Charles Sanders Peirce »  : […] La sous-détermination des catégories fait que leur fonction est, au premier chef, heuristique. Cela est manifeste dans l'œuvre de C. S. Peirce , où les catégories se révèlent être, selon les mots de Peirce lui-même, « des idées si vastes qu'elles doivent être entendues comme des états ( moods ) ou des tonalités ( tones ) de la pensée, plutôt que comme de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/categories/#i_8517

DAVID DE DINANT (fin XIe-déb. XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean RIBAILLIER
  •  • 1 172 mots

« Mystérieux auteur d'une œuvre non moins mystérieuse. » Cette formule rend assez bien compte de l'état de nos connaissances sur David de Dinant. On sait qu'il fut condamné ainsi qu'Amaury de Bène au synode de Paris (1210) : « Les Quaternuli de David devaient être apportés à l'évêque de Paris avant Noël afin d'être brûlés ; quiconque les conserverait après ce temps serait exc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-de-dinant/#i_8517

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 477 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des questions embarrassantes »  : […] En dehors de Dieu, substance incréée et infinie, il existe, selon Descartes, deux sortes de substances, des substances créées, immatérielles et pensantes : les âmes ; des substances créées, matérielles et étendues : les corps. Nous pouvons penser l'âme sans faire intervenir l'idée du corps, et réciproquement. Nous avons donc de l'âme et du corps deux idées « distinctes » et, la véracité divine ga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_8517

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 337 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories de l'explication »  : […] En théorie de l'explication, on pourrait opposer deux grands paradigmes, qu'on appellera respectivement substantialiste et relationnel. Anciens et médiévaux expliquent en termes de substances et de causes : ils admettent des atomes, des agents (causes efficaces et transitives), des supports d'actions causales (fluides propagateurs, vertus sympathiques, espèces sensibles émanées ou reçues, etc.), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-et-explication/#i_8517

DUALISME

  • Écrit par 
  • Simone PÉTREMENT
  •  • 6 146 mots

Dans le chapitre « Philosophie occidentale »  : […] Les pythagoriciens, qui sont peut-être les plus anciens philosophes d'Occident (car les Ioniens étaient des physiciens), sont aussi, semble-t-il, les premiers qui puissent être appelés dualistes. D'une part, ils enseignaient que toutes choses sont composées de contraires : un et multiple, limité et illimité, impair et pair, masculin et féminin, repos et mouvement, lumière et obscurité, bien et mal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dualisme/#i_8517

ÉTHIQUE, Baruch Spinoza - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 797 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dieu, substance active »  : […] C'est ainsi que le premier livre de l' Éthique s'intitule « De Dieu ». Source unique du monde ou ensemble des réalités qui le composent, le Dieu dont part Spinoza est l'unique substance, « cause d'elle-même », éternelle et infinie, qui n'admet aucune extériorité et n'est extérieure à rien. C'est en elle qu'il faut chercher les modes, eux-mêmes éternels et infinis, qui l'expr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethique-baruch-spinoza/#i_8517

ÊTRE, philosophie

  • Écrit par 
  • Giulio GIORELLO
  •  • 4 682 mots

Dans le chapitre « L'être dans la pensée grecque »  : […] « Il soupçonna que l'eau était le principe des choses, que le monde était animé et rempli de démons. On dit qu'il découvrit les saisons de l'année, et qu'il la divisa en trois cent soixante-cinq jours. Il ne suivit les leçons d'aucun maître, sauf en Égypte, où il fréquenta les prêtres du pays. À ce propos, Hiéronyme dit qu'il mesura les pyramides en calculant le rapport entre leur ombre et celle d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etre-philosophie/#i_8517

FORME

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 27 547 mots

Dans le chapitre « Logique transcendantale et mécanique rationnelle »  : […] Dans les Premiers Principes métaphysiques de la science de la nature , Kant explique fort bien pourquoi et comment l'idée d'une dynamique de l'intériorité substantielle de la matière doit être abandonnée. La mécanique doit décrire le mouvement comme manifestation spatio-temporelle de la matière. Comme nature et existence, la matière possède certes une intériorité substantiel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forme/#i_8517

GILBERT DE LA PORRÉE (1080?-1154)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 346 mots

Après 1126, Gilbert de La Porrée est chancelier de la cathédrale de Chartres ; en 1141, Jean de Salisbury assiste à ses cours à Paris ; il est évêque de Poitiers en 1142, et meurt en 1154. C'est avant tout un théologien, qui aura, de même qu'Abélard, des difficultés avec saint Bernard (synode de Reims, 1148) et laissera des disciples, l'école des « porrétains » (cf. M. A. Schmidt, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilbert-de-la-porree/#i_8517

IBN GABIROL SALOMON (1020 env.-1057)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 1 323 mots

Poète et philosophe juif espagnol en qui les Latins virent un penseur arabe du nom d'Avicebron, Shelōmōh ben Yehudāh ibn Gěbirol (Gabirol) est probablement né à Málaga, mais il fut amené encore enfant à Saragosse, où il reçut son éducation ; il était orphelin de père dès son jeune âge et perdit sa mère à vingt-cinq ans. Doté d'une frêle constitution et souvent sujet à des maladies, il mena une exi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salomon-ibn-gabirol/#i_8517

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 495 mots

Dans le chapitre « Malebranche »  : […] L'idéalisme est le fait de penseurs qui viennent après Descartes. Plus cartésiens que le maître, ils sont tout près de trouver en lui des vestiges de scolastique et d'infrarationnel. Malebranche et Berkeley, dont les doctrines comportent des analogies et des différences, sont des ecclésiastiques en réaction contre le thomisme et l'aristotélisme, qu'ils jugent trop laïques. Ils ne se doutent pas qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme/#i_8517

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Signification de l'identité »  : […] À quelle expérience, demande Hume, se réfère l'idée d'identité, étant entendu qu'à toute « idée » une « impression » empirique doit correspondre ? La singularité de chaque objet nous procure l'idée d'unité (au sens d'unicité), non celle d'identité. Et la pluralité des objets nous fournit celle de multiplicité, mais on ne pourra pas non plus en déduire l'identité, car, si grandes que soient les re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identite/#i_8517

LEIBNIZ GOTTFRIED WILHELM

  • Écrit par 
  • Martine DE GAUDEMAR
  •  • 5 064 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dynamique et métaphysique »  : […] En définissant dans sa jeunesse la substance comme « un être qui agit », Leibniz annonçait déjà la manière dont il allait enrichir la détermination logique de la substance par une détermination dynamique : la substance agissante, contenant ses actions futures sous forme de virtualités, ne pouvait être en effet suffisamment définie par un concept logique. Leibniz tend à incorporer la dimension log […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leibniz-g-w/#i_8517

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 650 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mise en question de l'« esprit » hégélien »  : […] C'est à ce point que survient la philosophie hégélienne. On a dit plus haut quel rôle y joue l'activité médiatrice de la raison, pour surmonter successivement l'opposition de la nature et de l'esprit, celle de l'esprit subjectif et de l'esprit objectif, dans le monde de la culture et de l'État. Mais, au niveau de l'histoire profonde auquel on se situe maintenant, ce qui doit être mis en question, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_8517

LOCKE JOHN (1632-1704)

  • Écrit par 
  • Geneviève BRYKMAN
  •  • 3 989 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le déclin du pur « cogito » »  : […] Ayant chassé de l'esprit les pseudo-principes de l'innéisme, Locke ne parlera plus qu'en termes d'idées, entendant par là « tout ce qui est objet de l'entendement quand l'homme pense ». Seront distinguées les idées de sensation, « impressions faites sur nos sens par les objets extérieurs », et les idées de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-locke/#i_8517

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hétérogène et l'homogène ou l'abstraction de la matière »  : […] Dans la proximité de toute expérience, la matière émeut le corps et nous fait épier les degrés de notre existence. Instrument de l'emprise, la main qui manipule est, comme l'on sait, le truchement et le signe de la raison. Ce n'est point hasard si ceux qui énoncèrent cette liaison conçurent des systèmes explicatifs de la matière dont notre culture demeure tout imprégnée. Assurément, les aventures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere/#i_8517

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 360 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'empirisme »  : […] Le discrédit de la métaphysique au xviii e  siècle a revêtu bien des aspects. Il prend parfois celui du scepticisme ou de l'agnosticisme : les problèmes posés par la métaphysique sont alors tenus pour insolubles et, en tout cas, comme étant au-dessus des pouvoirs de la raison humaine. Un certain esprit scientiste se développe d'autre part : on att […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphysique/#i_8517

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « Les doctrines de la chute »  : […] Si le courant des doctrines de la chute est dominé par la figure de Platon, son élaboration philosophique s'inaugure cependant avec les Upanishads et se prolonge, par-delà Origène, jusqu'à Descartes et Malebranche. L'axe qui joint des philosophies aussi différentes est le dualisme de l'âme et du corps. La vie humaine naît de leur rencontre et la mort est leur séparation. Mais, pour la pensée grec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_8517

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'arrière-monde »  : […] L'« être » de la métaphysique est ainsi, en priorité, caractérisé par l'idée de la transcendance. Il correspond à la position d'un « arrière-monde » ( Hinterwelt ) doté des attributs que la pensée réclame d'un absolu qu'elle veut préserver de la contamination sensible : l'« être » transcendant est la Réalité stable, identique à soi, permanente, éternelle, qui ignore donc le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-nietzsche/#i_8517

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aristote et la métaphysique »  : […] L'ontologie d'Aristote diffère de celle de Platon en ceci que ce qui est fondamentalement, ce ne sont pas les idées, mais les individus concrets : Callias, cet arbre, ce temple. Les idées sont ramenées à leur statut de genres, dont l'existence n'est que virtuelle, comme l'homme en Callias. L'Être, c'est à titre primordial la substance ( ousia , étance) sensible. Une ontologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_8517

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 630 mots

Dans le chapitre « Giordano Bruno »  : […] C'est cette solution néo-platonicienne au problème de la transcendance de l'être qui sera adoptée (et adaptée) par certaines philosophies médiévales, arabes, juives, ou chrétiennes. Elles constituent la charnière qui relie Plotin à la Renaissance par Giordano Bruno. On ne les évoque ici que pour mémoire, préférant laisser parler le représentant même du panthéisme moderne, Giordano Bruno. Celui-ci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pantheisme/#i_8517

RÉALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 966 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] Anciens et médiévaux sont réalistes. Les présocratiques commencent par un réalisme de la substance, qui pouvait être, dans les cosmogonies milésiennes, une qualité ou une phase de l'être. Avec Anaximandre apparaît la substance au sens développé plus tard par Aristote, de substrat ou de support de qualités ( hypokeiménon plutôt que ousia ). L'atomisme an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-philosophie/#i_8517

RÉALITÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 4 964 mots

Dans le chapitre « Existence phénoménale et chose en soi »  : […] Il nous semble donc que toutes les critiques adressées au sensible, tous les arguments établissant que la réalité dépend du jugement et que l'objet est relatif à l'esprit ne sauraient prévaloir contre ce que les phénoménologues appellent, au reste pour la critiquer, l'attitude naturelle. Cette attitude repose sur ce qu'il faut bien appeler l'évidence ontologique. Elle ne saurait être sincèrement a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realite/#i_8517

RELATION

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 7 662 mots

Dans le chapitre « La doctrine des catégories : Aristote et Kant »  : […] Une théorie des catégories fournit un lieu dans lequel peut s'inscrire le concept de relation et assigne à celui-ci une place déterminée dans ce lieu ; il le situe, si l'on peut dire, topologiquement. On retiendra ici deux conceptions des catégories, qui ont l'une et l'autre une signification exemplaire : celle d' Aristote et celle de Kant. Chez ces deux auteurs, les catégo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relation/#i_8517

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dieu, c'est-à-dire la Nature »  : […] On notera d'abord la conséquence principale de la finalité éthique du système : la théorie de l'Être ne vaut pas pour elle-même, mais seulement comme moyen indispensable à la constitution de cette éthique. C'est pourquoi il est important de noter que le commencement de la doctrine ne consiste pas à réfléchir sur un commencement chronologique du monde, c'est-à-dire sur un acte de création qui serai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_8517

TRINITÉ

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 3 116 mots

Dans le chapitre « La victoire de la christologie du Logos »  : […] La difficulté de concilier le modalisme avec les nombreux passages des Évangiles où Jésus dialogue avec le Père allait finalement donner la victoire à la christologie du Logos. À la « monarchie » des modalistes, qui confond le Père, le Fils et le Saint-Esprit, Tertullien (vers 160-vers 225) oppose la « règle de foi » traditionnelle, selon laquelle le Fils procède du Père et envoie à son tour l'Esp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trinite/#i_8517

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MISRAHI, « SUBSTANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/substance/