CHANDRASEKHAR SUBRAHMANYAN (1910-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Cambridge à Chicago

Né le 19 octobre 1910 à Lahore, importante ville de l'Empire britannique des Indes (aujourd'hui capitale du Pendjab pakistanais), Subrahmanyan Chandrasekhar est issu d'une famille nombreuse, aisée et cultivée (un de ses oncles, sir Chandrasekhara Venkata Raman, se verra attribuer le prix Nobel de physique en 1930 et jouera un rôle de premier plan dans l'établissement des institutions indiennes de recherche scientifique). Après des études secondaires et universitaires à Madras (1925-1930), le jeune Subrahmanyan – il a dix-neuf ans – obtient du gouvernement indien une bourse qui va lui permettre de parfaire ses connaissances au Trinity College de l'université de Cambridge, qu'il rejoint en 1930 et où il passera son doctorat en 1933, avant d'y occuper un poste pendant quatre ans ; il s'y lie d'amitié avec Arthur Stanley Eddington et Edward Arthur Milne. En 1937, il part pour l'université de Chicago, où il poursuivra durant plus de cinquante ans une carrière extraordinairement prolifique. Il obtient la nationalité américaine en 1953. Chandrasekhar meurt à Chicago le 21 août 1995. La reconnaissance, tardive, du comité Nobel couronnera une impressionnante somme de travaux théoriques, dont les plus accessibles concernent la structure et l'évolution des étoiles.

Le satellite d'astronomie X de la N.A.S.A. Chandra X-ray Observatory, placé sur orbite par la navette spatiale Columbia le 23 juillet 1999, a été nommé en son honneur.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  CHANDRASEKHAR SUBRAHMANYAN (1910-1995)  » est également traité dans :

GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Brandon CARTER
  •  • 8 941 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Gravitation et évolution stellaire »  : […] Bien que les étoiles de la classe la plus répandue dans notre Galaxie et ailleurs aient des rayons extrêmement variables, leurs masses diffèrent en général assez peu de celle du Soleil (environ d'un facteur dix). Cela correspond au fait que, quels que soient leur rayon et leur densité, toutes les variétés « normales » d'étoiles comportent le même nombre N de baryons (nombre total de protons et de […] Lire la suite

TROUS NOIRS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LUMINET
  •  • 12 631 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Qu’est-ce qu’un trou noir ?  »  : […] L'existence d’astres invisibles, appelés depuis 1968 « trous noirs », a été imaginée dès la fin du xviii e  siècle par le Britannique John Michell (1724-1793) et par le Français Pierre Simon de Laplace (1749-1827) dans le cadre de la théorie de la gravitation universelle d’Isaac Newton (1642-1727). Par quelques calculs simples fondés sur la vitesse de libération (vitesse minimale à partir de laqu […] Lire la suite

UNIVERS

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE, 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 635 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  Les étoiles »  : […] Les étoiles constituent une fraction importante de la masse de l'Univers. Notre Galaxie en contient une centaine de milliards. La description du Soleil est un bon moyen pour appréhender l'ensemble des étoiles. En effet, le Soleil est une étoile très ordinaire : plus de la moitié des étoiles observées dans le ciel lui ressemblent. Sa masse (2 × 10 30  kilogrammes), son rayon (700 000 kilomètres), s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « CHANDRASEKHAR SUBRAHMANYAN - (1910-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/subrahmanyan-chandrasekhar/