STYLISTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Enjeux

Les marques stylématiques

On ne saurait conclure ce panorama sans présenter un certain nombre de concepts clés pour la stylistique à venir, concepts au statut encore incertain, donc fructueux.

On peut poser l'existence de stylèmes. Un stylème ne peut être qu'une corrélation fonctionnelle, entre deux éléments langagiers au moins, variables ou invariants selon les cas, de quelque ordre que ce soit. C'est donc l'abstraction d'un caractérisème de littérarité. Une combinaison, sous forme d'algorithme, de stylèmes définit un style (comme ensemble d'instructions programmatiques) ; et la concaténation, également fixée, de stylèmes dans la matérialisation d'un tissu langagier donné définit un texte.

Ce concept de stylème permet d'approcher clairement la question de fond préalable à toute plongée dans la praxis stylistique : qu'est-ce qui légitime le chantier stylistique ? La recherche du caractère singulier d'une manière littéraire, ou la recherche du caractère propre de la littérarité ? Ce qui amène à distinguer la littérarité générale (un texte est ou n'est pas littéraire), la littérarité générique et la littérarité singulière – pour en isoler des stylèmes correspondants, à supposer, ce qui n'est pas évident du tout, ces trois littérarités asymptotiquement données. On en vient ainsi à poser l'opposition d'un marquage à un non-marquage du discours considéré. Par rapport à un « degré zéro » d'expression, des messages sont marqués ou non marqués. Mais degré zéro d'expression et marquage par rapport à quoi ? Certainement pas par rapport à une norme, à un usage, en référence auxquels se calculerait un écart. Car par quels critères définir la norme ou l'usage ? – et, si l'on y arrivait, rien ne dit que l'on détecterait un écart à valeur de littérarité. Il semble plus méthodique de poser, simultanément, deux ordres de marques possibles. L'un, dans le sillage des travaux de Michael Riffaterre, tient au ressentiment à réception, nécessaire pour établir le marquage : le récepteur (le lecteur) du texte littéraire constitue la mesure de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : agrégé de lettres, docteur de troisième cycle, docteur ès lettres, professeur des Universités, université de Paris-IV-Sorbonne, directeur de l'Institut de langue française

Classification

Autres références

«  STYLISTIQUE  » est également traité dans :

ACROSTICHE, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 320 mots

La règle de ce jeu littéraire est simple : il suffit d'écrire des vers dont les initiales, lues verticalement et dans l'ordre, forment un mot en rapport avec le poème. La typographie particulière peut faciliter le décryptage du message qui concerne le plus souvent le nom de l'auteur, celui du dédicataire ou le sujet de l'œuvre. Cicéron attribue l'invention de l'acrostiche à Ennius. Apollinaire ins […] Lire la suite

APHORISME, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 351 mots

L'aphorisme est un genre spéculaire par excellence : sa brièveté, la précision du geste vers laquelle tend l'auteur attirent son regard sur le mouvement de sa propre pensée, comme l'éclair s'insinue dans l'œil. Spéculaire, l'aphorisme l'est aussi par sa situation ambiguë qui fait « réfléchir » (au sens optique et au sens intellectuel du mot). Musil, lui-même aphoriste, cite Nietzsche : « De beaux […] Lire la suite

AUERBACH ERICH (1892-1957)

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 626 mots

Né à Berlin, ce professeur à l'université de Marburg, chassé par les nazis, réfugié à Istanbul puis aux États-Unis, est l'auteur de travaux sur Dante, le symbolisme chrétien, la littérature latine médiévale, la littérature française. Il est surtout universellement connu depuis la publication, en 1946, de Mimésis : la représentation de la réalité dans la littérature occidentale ( Dargestellte Wirk […] Lire la suite

BALLY CHARLES (1865-1947)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 491 mots

Linguiste suisse, Bally est l'élève de Ferdinand de Saussure, auquel il succède à la chaire de linguistique générale de l'université de Genève ; avec Albert Sechehaye et Albert Riedlinger, il assure la publication posthume du Cours de linguistique générale . La plus grande partie de son œuvre est consacrée à la stylistique. Celle-ci est, par tradition, à la fois l'étude des règles de la « belle éc […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Caractères typologiques »  : […] La langue chinoise comporte deux états assez différents l'un de l'autre. Il y a, d'une part, un chinois vulgaire, ou plutôt une multitude de dialectes vulgaires dont l'un, actuellement celui de Pékin, sert de langue vulgaire commune pour tout l'ensemble du pays, et, d'autre part, un chinois littéraire, qui est le même partout et qui n'a guère changé depuis quelque vingt siècles. Cette langue litté […] Lire la suite

CONNOTATION

  • Écrit par 
  • Philippe DUBOIS
  •  • 1 034 mots

Si c'est en 1933 seulement que Bloomfield introduisit le terme de connotation parmi les concepts de la linguistique scientifique, l'idée même que véhicule ce mot (emprunté à la logique et à la philosophie, non sans modification de sens) était en fait perçue depuis longtemps. Dans la Logique de Port-Royal, par exemple, il en était déjà question sous la forme d'« idées accessoires » : « Il arrive […] Lire la suite

CONTINI GIANFRANCO (1912-1990)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 408 mots

Né à Domodossola, dans la province de Novare, en 1912, Gianfranco Contini a été professeur de philologie romane à l'université de Fribourg, à l'université de Florence et à l'École normale supérieure de Pise. Son autorité intellectuelle dépasse largement le domaine où s'exerce sa triple activité de philologue, de critique et d'historien de la littérature. Le champ de ses recherches s'étend, chronol […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Stylistique et tropologie »  : […] Apparue au xix e  siècle, la stylistique s'est opposée à la rhétorique comme une discipline historique à une théorie générale. Stylistique de la parole plutôt que de la langue, elle a occupé le vide laissé par la rhétorique et la poétique. Parallèlement, la stylistique d'inspiration phénoménologique de Leo Spitzer remontait des faits de style à la compréhension d'une conscience. Très tôt, avant l […] Lire la suite

DESCRIPTION, notion de

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 987 mots

La description permet de donner à voir en imagination, grâce au langage. Elle constitue une pause, un contretemps dans le flux du récit. Sa finalité représentative semble ainsi l'opposer aux visées narratives de ce dernier. Toutefois, cette distinction théorique est plus complexe dans la pratique, où il s'avère parfois malaisé de distinguer récit et description. C'est pourquoi, selon Gérard Genet […] Lire la suite

FORMALISME RUSSE

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 3 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une révolution méthodologique »  : […] Avant tout le formalisme marqua en littérature une période de crise méthodologique aiguë. La littérature avait toujours été en Russie soumise au carcan d'une critique sociologisante à sous-entendus politiques et idéologiques. Depuis Vissarion Biélinski, et surtout à l'époque positiviste, le critique exigeait du créateur qu'il interprétât la « réalité ». Le lien causal entre la « vie » et la « lit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges MOLINIÉ, « STYLISTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stylistique/