STYLE (arts)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Style et attributionnisme

Style dérive du latin stilus, qui désigne d'abord le poinçon servant à écrire sur des tablettes de cire, puis l'acte d'écrire lui-même et ses différents genres. Passé en français au cours du xive siècle, il en vient à signifier la manière de s'exprimer, la rhétorique qui fait la singularité d'un poète et que partage, consciemment ou inconsciemment, l'artiste. C'est cette notion du style qu'adopte l'attributionnisme (la filologia pour les Italiens) ; elle consiste à mettre en évidence les composantes du langage d'un artiste. D'une part, elle permet de formuler des attributions, c'est-à-dire de reconnaître une personnalité artistique dont on relève les modes rhétoriques : son inventio, ou « potentiel créatif » ; sa dispositio, ou « conception scénographique » ; son elocutio, ou « qualité technique ». D'autre part, elle contribue à distinguer une œuvre originale, qui conjugue avec cohérence les trois modes, d'une copie, d'un pastiche ou d'une falsification, dans lesquels seuls un ou deux modes opèrent.

L'attributionnisme naît de la nécessité d'établir la valeur économique d'une œuvre d'art. Il se développe donc parallèlement au marché de l'art, à partir des xive et xve siècles, et connaît une nouvelle impulsion aux xvie et xviie siècles, avec l'établissement d'une économie spéculative qui assigne une nouvelle dimension à la pratique de l'attribution et au rôle du connaisseur, assumés conjointement par le marchand, le collectionneur et le praticien. À titre d'exemple, les Considerazioni sulla pittura du collectionneur italien Giulio Mancini (1617-1621, publiées en 1956 à Rome) fournissent plusieurs conseils susceptibles de guider l'amateur dans ses choix. Un siècle plus tard, Bernard de Mandeville, médecin hollandais établi à Londres, énonce, dans un essai intitulé A Search into Nature and Society (1728), quatre critères permettant d'évaluer une œuvre d'art : le nom de son auteur, la période concernée dans la carrière de l'artiste, sa rareté sur le marché, sa provenance. Entre-temps, la « manière » d'une personnalité est progressivement devenue un « style », notamment sous la plume de l'écrivain d'art français Roger de Piles, dans les Cours de peinture par principes (1708).

Le succès du terme de « style », qui insiste étymologiquement sur l'écriture, et donc sur la spontanéité de la main, amorce un nouveau chapitre, focalisé sur les arts graphiques et correspondant au xviiie siècle et aux premières décennies du siècle suivant. En témoignent l'amateur français Pierre Jean Mariette, qui multiplie ses expertises à partir de 1750, et son principal émule, le graveur autrichien Adam von Bartsch, dont le monumental Peintre-Graveur (1803-1821), publié à Vienne en français, rassemble le catalogue de nombreuses personnalités, classées par « écoles » nationales. Tous deux, en inventoriant d'anciennes gravures souvent anonymes et marquées au mieux d'un mystérieux monogramme en guise de signature, posent les bases méthodologiques de l'attributionnisme qui, en dehors de l'attribution d'une œuvre à un nom connu, consiste à reconstituer une personnalité entière, nommée par commodité d'après l'œuvre la plus emblématique du groupe (par exemple le Maître du caducée, reconnu comme Jacopo de Barbari). Par ailleurs, ils contribuent à la professionnalisation progressive du connaisseur, qui, parallèle à l'émergence des musées, aboutit durant le deuxième tiers du xixe siècle. On assiste alors à la redécouverte de certains peintres du xviie siècle, tel Vermeer, et à l'expression d'un intérêt soutenu pour les fragments dispersés de l'œuvre de peintres antérieurs à Raphaël, les « primitifs », dont l'historien de l'art allemand Gustav Friedrich Waagen est alors le plus grand spécialiste.

Les primitifs demeurent un terrain d'investigation privilégié, entre la fin du xixe siècle et le début du xxe, au moment où l'attributionnisme se développe considérablement, grâce à la diffusion de la reproduction photographique, et où il se cherche des justifications scientifiques dictées par le positivisme ambiant. L'écrivain d'art Giovanni Morelli applique, à partir de 1880, les principes de la classification botaniqu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, maître assistant en histoire de l'art médiéval à l'université de Genève (Suisse)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric ELSIG, « STYLE (arts) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/style-arts/