AARDMAN STUDIO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Créer des personnages

Remarquée dans une émission de la B.B.C. consacrée aux jeunes espoirs (les auteurs avaient alors douze et treize ans !), leur séquence de deux minutes est achetée par la chaîne pour une quinzaine de livres. Dès lors, parallèlement à leurs études – au lycée puis à l’université – les deux amis se spécialisent dans l’animation en pâte à modeler. En 1972, au moment de créer leur propre studio, ils le baptisent Aardman. De déménagement en déménagement, le petit studio ne cessera de grandir. Publicités, clips, courts-métrages, brèves séries pour la B.B.C. et Channel Four vont rapidement lui établir une solide réputation.

L’année 1985 est marquée par l’arrivée d’un garçon timide, Nick Park, vingt-six ans, qui cherche à terminer un film d’école en pâte à modeler sur lequel il peine depuis deux années. C’est A Grand Day Out (1989, Une grande excursion), qu’il va achever en solitaire sous le label Aardman et dans lequel apparaissent pour la première fois deux personnages qui vont faire le tour du monde : Wallace, l’inventeur naïf au look de retraité, et Gromit, son chien flegmatique, muet mais surdoué dès qu’il s’agit de sortir son maître du pétrin.

Une grande excursion frôle de peu l’oscar du meilleur court-métrage d’animation en 1990, confirmant les dons exceptionnels de Nick Park pour la pâte à modeler animée, un genre qu’il contribue à relancer. Quatre oscars vont suivre (trois pour des courts-métrages, un pour un long-métrage). Le premier, en 1991, pour Creature Comfort (L’Avis des animaux), délirante enquête dans un zoo où tous les pensionnaires se plaignent de leurs conditions de vie. La bande sonore, hilarante et remarquablement synchrone avec l’image, est pour beaucoup dans le succès comique du film. Suivront The Wrong Trousers (1993, Un mauvais pantalon ; oscar 1994) et A Close Shave (1995, Rasé de près ; oscar 1996) qui impose dans le monde entier les deux personnages fétiches de Nick Park, Wallace et Gromit. Autour de leur couple burlesque, l’auteur crée un petit monde douillet, régulièrement perturbé par les éléments venus de l'extérieur. Da [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  AARDMAN STUDIO  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 484 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une floraison de genres »  : […] Sans être aussi marquée que dans le cinéma américain, la division du cinéma britannique en genres précis s'est vite imposée. Si les Anglais sont connus pour leur sens de l'humour « à froid », la comédie britannique offre une belle variété de sous-genres. Les artistes burlesques venus de la scène, au temps du muet, firent carrière outre-Atlantique (Charles Chaplin, Stan Laurel), mais l'arrivée du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-cinema/#i_56614

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GÉNIN, « AARDMAN STUDIO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/studio-aardman/