ÉLECTRONIQUE STRUCTURE

AGRÉGATS, physico-chimie

  • Écrit par 
  • Jean FARGES, 
  • Rémi JULLIEN
  •  • 1 608 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Structure électronique des agrégats métalliques »  : […] Dans un agrégat métallique suffisamment petit, les électrons de conduction ne peuvent plus sauter d'un état quantique à l'autre car la différence d'énergie entre deux états successifs (qui varie comme 1/N) devient plus grande que l'énergie thermique. Par conséquent, lorsque la valence du métal considéré est impaire, le dernier état occupé (niveau de Fermi) comprend un seul électron quand N est imp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agregats-physico-chimie/#i_37421

ALCÈNES ou OLÉFINES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 677 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Formule générale, structure et isomérie »  : […] De formule générale C n H 2 n , l'alcène contient deux hydrogènes de moins que l'alcane de même chaîne. Cela résulte de la présence, dans son enchaînement carboné, de deux atomes de carbone adjacents, hybrides sp 2 , tricoordinés et qui échangent entre eux deux liaisons. Aux isoméries de structure qu'ils ont en commun avec les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcenes-olefines/#i_37421

ALCOOLS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 5 863 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Structure électronique »  : […] Compte tenu de la grande électronégativité de l'oxygène, la molécule d'alcool connaît, au niveau du groupe fonctionnel, une importante polarisation des liaisons C − > − O et O − […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcools/#i_37421

ALCYNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 321 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure électronique de la liaison acétylénique »  : […] La liaison acétylénique résulte du recouvrement longitudinal des orbitales hybrides sp des deux atomes de carbone, formant une orbitale moléculaire liante de symétrie σ, et du recouvrement latéral des deux couples d'orbitales p y et p z formant deux orbitales moléculaires liantes de symétrie π y et π z . C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcynes/#i_37421

ALDÉHYDES ET CÉTONES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 7 354 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Structure et propriétés physiques »  : […] La structure électronique de la fonction carbonyle dans le modèle orbitalaire est définie par le partage par les atomes de carbone sp 2 et d'oxygène sp 2 , de deux doublets d'électrons décrits respectivement par deux orbitales moléculaires, l'une de symétrie σ, résultant du recouvrement (longitudinal) des orbitales hybrides sp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aldehydes-et-cetones/#i_37421

ANDERSON PHILIP WARREN (1923- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 462 mots

Physicien américain, co-lauréat du prix Nobel de physique en 1977 « pour ses recherches théoriques fondamentales sur la structure électronique des systèmes magnétiques et désordonnés ». Né le 13 décembre 1923 à Indianapolis (Indiana), Philip W. Anderson est le fils d'un professeur de biologie végétale de l'université de l'Illinois, à Urbana. Après avoir participé à l'effort de guerre américain en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philip-warren-anderson/#i_37421

ARGENT, métal

  • Écrit par 
  • Robert COLLONGUES
  •  • 5 186 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'atome et ses ions »  : […] La structure électronique de l'argent est : L' argent peut donc se rattacher, d'une part, à l'or et au cuivre, qui constituent avec lui le groupe I b de la classification périodique, d'autre part, au palladium, qui est son voisin dans la deuxième série des éléments de transition et au rubidium qui est son homologue du groupe I a . En fait, par ses prop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argent-metal/#i_37421

AROMATICITÉ

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 4 724 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés générales des molécules aromatiques »  : […] Il résulte de ce qui précède que l'aromaticité est essentiellement liée à la délocalisation des électrons sur toute la molécule. Cette délocalisation entraîne un certain nombre de conséquences. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aromaticite/#i_37421

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atome et classification périodique »  : […] Le Hamiltonien d'un atome à Z électrons peut être écrit sous une forme approximative telle que ses fonctions propres – les orbitales atomiques – soient déterminées par les quatre nombres quantiques de chaque électron A : Si un tel atome se trouve à l'état fondamental, tous ses électrons doivent être dans un état dont l'énergie est la plus basse possible. La spectroscopie mont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_37421

AZOTE

  • Écrit par 
  • Paul HAGENMULLER
  • , Universalis
  •  • 4 522 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le peroxyde (ou dioxyde) d'azote »  : […] Sa formule à l'état liquide est N 2 O 4 . Mais, dès le point d'ébullition (22  0 C), ce dimère est partiellement dissocié en molécules NO 2  ; cette dissociation, qui est d'autant plus importante que la température est plus élevée, est totale à 220  0 C sous la pression atmosphérique. Vers 500  0 C, une nouvelle dissociati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azote/#i_37421

BANDES D'ÉNERGIE THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 949 mots

Dans un atome isolé, les électrons se répartissent, en obéissant au principe de Pauli, entre des niveaux d'énergie bien déterminés, pratiquement sans largeur. Quand on rapproche par la pensée N atomes (avec N  ∼ 10 23 ) pour construire un solide et qu'on oublie l'interaction entre les atomes, on est en droit de dire que chaque n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-bandes-d-energie/#i_37421

BENZÉNOÏDES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 5 547 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] Le système électronique des composés benzénoïdes est caractérisé par la présence, autour d'un squelette formé de liaisons σ, d'un système d'électrons π, moins solidement liés énergétiquement : c'est ce système π qui interviendra dans les réactions chimiques. Les réactifs susceptibles d'attaquer ces composés sont donc essentiellement électrophiles (avides d'électrons). Ce sont soit des cations (ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benzenoides/#i_37421

CARBOXYLIQUES ACIDES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 5 532 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Structure et propriétés physiques »  : […] La structure électronique du groupe carboxylique est caractérisée par la conjugaison interne du système π, qui a pour conséquence une coplanéité des trois atomes du groupe CO 2 , tous trois hybrides sp 2 (fig. 1) . Dans l'ion carboxylate, —CO 2 , deux doublets de symétrie p ou π sont partagés entre les trois atomes : ils sont décrits par une pre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-carboxyliques/#i_37421

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 832 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Chimie quantique »  : […] Les formules de structure qu'écrivent les chimistes dérivent d'une aporie, la localisation des électrons, par paires, entre les atomes. Tout électron est au contraire délocalisé sur l'ensemble d'une molécule. La chimie quantique a comme objectif de déterminer cette distribution électronique, de définir la géométrie nucléaire qui minimise l'énergie électronique totale. Par exemple, le choix de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-la-chimie-aujourd-hui/#i_37421

CHIMIE THÉORIQUE

  • Écrit par 
  • Lionel SALEM, 
  • François VOLATRON
  •  • 4 284 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'aromaticité et la règle de Hückel »  : […] Les molécules telles que benzène, naphthalène ou anthracène font partie de la famille des molécules aromatiques (cf. benzoïdes ). Terme utilisé originellement pour caractériser l'odeur forte de ces molécules, l'« aromaticité » a depuis pris le sens d'une stabilité exceptionnelle de ces molécules hydrocarbonées cycliques ou polycycliques par rapport aux molécules analogue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-theorique/#i_37421

DEBYE PETER JOSEPH WILLEM (1884-1966)

  • Écrit par 
  • P. M. HEIMANN
  •  • 1 231 mots

Dans le chapitre « Dispersion des rayons X et configuration électronique »  : […] En se fondant sur la théorie de W. H. et W. L. Bragg sur la réflexion des rayons X par les cristaux, selon laquelle le processus dépend de la distance des plans réticulaires intracristallins et qui donne un moyen de calculer la disposition des atomes dans les cristaux, Debye et B. Scherrer, en 1916, étendirent la méthode à l'analyse des poudres et l'appliquèrent en 1918 à la détermination de la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-joseph-willem-debye/#i_37421

DIPOLAIRES MOMENTS

  • Écrit par 
  • Jean BARRIOL
  •  • 4 811 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Représentation par moments de liaison »  : […] La démarche habituelle en physico-chimie, qui consiste à tenter la représentation d'une grandeur moléculaire quelconque comme somme d'incréments de liaison, aboutit dans le cas du moment dipolaire à introduire des moments de liaison de caractère vectoriel. Leur direction est celle de la liaison et leur sens est donné par la différence d'électronégativité entre les atomes liés, ce qui conduit ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moments-dipolaires/#i_37421

EXCITON

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 599 mots

Quasi-particule utilisée en physique quantique pour décrire la propagation de l'énergie dans un diélectrique ou dans un semiconducteur par le mécanisme du transfert graduel (d'une molécule à la suivante). L'énergie transférée est une énergie d'excitation (« transfert d'excitation ») et les molécules restent en place, par opposition au transfert accompagné d'un transport de masse (diffusion) ou d'é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exciton/#i_37421

FRIEDEL JACQUES (1921-2014)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 701 mots

Né le 11 février 1921 à Paris et décédé le 27 août 2014, le physicien Jacques Friedel a été un des acteurs majeurs en France du développement de la physique théorique des solides. Il a notamment contribué avec succès à l’élucidation de la structure électronique des composés métalliques et à l'étude des défauts présents dans ces matériaux. Jacques Friedel est né dans une famille de scientifiques d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-friedel/#i_37421

LANTHANE ET LANTHANIDES

  • Écrit par 
  • Concepcion CASCALES, 
  • Patrick MAESTRO, 
  • Pierre-Charles PORCHER, 
  • Regino SAEZ PUCHE
  •  • 11 267 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Configurations électroniques »  : […] Les propriétés des terres rares sont intimement liées à leurs configurations électroniques (tabl. 6 ). Celles des atomes neutres sont [Xe]6s 2 4f N +1 , [Xe] représentant la configuration électronique à couches complètes du xénon. N , le nombre d'électrons 4f, varie de 0 à 14 avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lanthane-et-lanthanides/#i_37421

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 602 mots
  •  • 13 médias

La matière se présente principalement sous trois états simples : gazeux, liquide et solide . Ce qui distingue l'état solide des deux autres états est l'incapacité d'une masse solide à épouser la forme du récipient dans lequel on la place ; en revanche, un gaz s'empresse d'envahir tout le volume qu'on lui offre et un liquide prend la forme de la partie du récipient qui le contient. Ce qui caractér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-solide/#i_37421

MÉTAUX - Métaux de transition

  • Écrit par 
  • André CASALOT
  •  • 2 160 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés atomiques »  : […] Les éléments de transition se caractérisent par une participation des orbitales  d à la liaison chimique. Cette définition englobe donc tous les atomes et les ions qui possèdent une sous-couche  d incomplète : 3 d du scandium au cuivre, 4 d de l'yttrium à l'argent et 5 d du lanthane […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-de-transition/#i_37421

MOLÉCULE

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 4 309 mots

Dans le chapitre « L'édifice moléculaire fonction de l'état physique »  : […] Quant aux électrons, ils suivent des trajectoires très compliquées qu'il n'est pas possible de décrire analytiquement. Étant donné leur vitesse, tout se passe à notre échelle comme si l'espace autour des noyaux était rempli par une densité continue d'électricité négative. C'est précisément cette densité que permet de calculer la mécanique quantique. L'analyse de cette densit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/molecule/#i_37421

OXYGÈNE

  • Écrit par 
  • Robert CREUSE, 
  • René NOTO
  •  • 6 318 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Structure de la molécule d'oxygène »  : […] Si la configuration 1 s 2 s 2 p 4 est la plus stable qui soit pour les huit électrons de l'oxygène atomique, la structure électronique du dioxygène n'a été définie qu'en 1931 par Linus Pauling. En effet, la répartition des électrons doit tenir compte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxygene/#i_37421

PLOMB

  • Écrit par 
  • Claude FOUASSIER, 
  • Michel PÉREYRE, 
  • Michel RABINOVITCH, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 741 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Principaux composés »  : […] Le plomb possède à l'état fondamental la structure électronique 6  s 2 , 6  p 2 . Comme le germanium et l'étain, il peut donner naissance à des ions divalents par perte des seuls électrons p ou à des ions tétravalents par arrachement de la totalité des électrons périphériques. Le d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plomb/#i_37421

PLUTONIUM

  • Écrit par 
  • Daniel CALAIS, 
  • André CHESNÉ
  •  • 3 901 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Structure électronique »  : […] Situé dans la classification périodique des éléments entre le neptunium et l'américium, le plutonium appartient à la série des actinides. Sa structure électronique est complexe. Le nombre d'électrons de valence (ou électrons de conduction) varie avec la température et la pression. Pour l'atome libre, les couches K, L, M, N sont pleines. Dans la couche O, les niveaux  s , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plutonium/#i_37421

PRESSIONS PHYSIQUE & CHIMIE DES HAUTES

  • Écrit par 
  • Bernard LE NEINDRE, 
  • Boris OKSENGORN, 
  • Jacques ROMAND, 
  • Boris VODAR
  •  • 5 490 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Transitions isolant-conducteur »  : […] La compression d'une substance isolante ou semi-conductrice agit fortement sur l'évolution de sa structure électronique. En effet, les bandes d'énergie s'élargissent et se déplacent, quand la distance interatomique décroît, et, pour une pression donnée, il se produit un recouvrement de certaines de ces bandes, se traduisant par une délocalisation d'électrons, et donc par l'apparition de l'état co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-et-chimie-des-hautes-pressions/#i_37421

SEMI-CONDUCTEURS

  • Écrit par 
  • Julien BOK
  •  • 4 772 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Cristaux parfaits »  : […] La description actuelle de la structure de la matière repose sur l'hypothèse atomique [cf.  atome ]. Dans un cristal, les noyaux atomiques sont disposés aux nœuds d'un réseau géométrique régulier ; c'est le même motif élémentaire qui est répété de façon périodique dans l'espace (un peu à la manière d'un papier peint mural). Cela est bien vérifié expérimentalement par dif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semiconducteurs/#i_37421

SURFACE PHÉNOMÈNES DE

  • Écrit par 
  • Jean-François JOANNY, 
  • Jean SUZANNE
  •  • 6 285 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Propriétés électroniques »  : […] Tout comme la structure géométrique, la structure électronique de surface d'un solide est différente de celle du volume. En fait, les deux structures sont intimement liées, car l'énergie de surface dépend de l'agencement électronique. La distribution électronique en surface introduit un moment dipolaire qui modifie le travail de sortie des électrons. Pour la surface uniforme d'un conducteur, le tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenes-de-surface/#i_37421


Affichage 

Acétylène : structure électronique

dessin

Structure électronique de l'acétylène : orbitales atomiques et hybrides sp 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Structures tétraédriques

dessin

Similitude de l'anion perchlorique (a) et du centre actif acide dans les silicates d'alumine (b) (structures tétraédriques de même charge) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Acétylène : structure électronique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Structures tétraédriques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin