STRATÉGIE SOCIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion de stratégie, enchaînement ordonné de « choix » conscients, guidés par le calcul rationnel ou par des motivations éthiques et affectives, est associée à la tradition intellectualiste et subjectiviste qui, de René Descartes à Jean-Paul Sartre, a dominé la philosophie occidentale. Dans La Distinction (1979), Pierre Bourdieu reconnaît à Sartre « le mérite d’avoir donné une formulation ultra-conséquente de la philosophie de l’action qu’acceptent, presque toujours implicitement, ceux qui décrivent les pratiques comme des stratégies explicitement orientées par référence à des fins explicitement posées par un libre projet ». Souvent associée à la notion d’acteur, elle connaît aujourd’hui un regain de faveur avec le retour du sujet consécutif aux procès sans sujet des années 1960 et à la vogue de la théorie de l’action rationnelle.

L’usage a priori paradoxal qu’en fait Bourdieu pour désigner les lignes d’action objectivement orientées que les agents sociaux construisent sans cesse dans la pratique et en pratiques correspond au double refus du subjectivisme sartrien et de l’objectivisme structuraliste : il s’agit d’échapper à l’alternative du structuralisme sans sujet et de la philosophie du sujet, du sujet sartrien et du support de structure althussérien, d’une vision finaliste de la pratique (où les acteurs agissent en connaissance de cause) et d’une conception mécaniste de la pratique (où les agents agissent sous la contrainte directe de causes) ou, plus prosaïquement, aux oppositions de sens commun entre liberté et déterminisme, individu et société, acteur et structure, micro et macro, etc.

Si le passage analytique de la règle à la stratégie marque une rupture avec le point de vue objectiviste et l’action sans sujet que suppose le structuralisme, cet effort pour sortir de l’objectivisme s’accompagne d’un effort symétrique pour éviter de tomber dans le subjectivisme. Ainsi peut-on comprendre l’usage que Bourdieu fait de la notion d’agent pour contourner celle d’acteur : ayant dû réintroduire les agents que Claude Lévi-Strauss et les structuralistes, comme Louis Althusser, tendaient à abolir en faisant d’eux de simples épiphénomènes de la structure, il lui fallait éviter de retomber dans le paradigme individualiste du calcul rationnel, de l’anthropologie cartésienne ou du finalisme sartrien.

Dans ce contexte et comme Bourdieu l’écrit dans Le Sens pratique (1980), la notion de stratégie désigne « toutes les actions qui sont raisonnables sans être le produit d’un dessein raisonné ou, à plus forte raison, d’un calcul rationnel ». Grammaire génératrice des pratiques, l’habitus est au principe de ces enchaînements de « coups » objectivement organisés comme des stratégies sans requérir une véritable intention stratégique. Les stratégies de l’habitus se situent à mi-chemin entre l’action rationnelle et la réaction mécanique. Elles sont « le produit du sens pratique comme sens du jeu, d’un jeu social particulier, historiquement défini, qui s’acquiert dès l’enfance en participant aux activités sociales » (Choses dites, 1987). Pour autant, Bourdieu n’exclut pas que les réponses de l’habitus puissent s’accompagner d’un calcul stratégique tendant à réaliser sur le mode quasi conscient l’opération que l’habitus réalise sur un autre mode, à savoir une estimation des chances supposant la transformation de l’effet passé en avenir escompté. S’il est vrai, comme il l’écrit dans Le Sens pratique, que, dans la plupart des cas, « la pratique n’implique pas la maîtrise de la logique qui s’y exprime », elle n’exclut pas nécessairement la maîtrise consciente de cette logique. Mais, loin de pouvoir être fixée a priori, la probabilité d’accéder à une action rationnelle et, a fortiori, réflexive dépend de conditions sociales justiciables d’une enquête empirique (Mauger, 2009). Au subjectivisme, effet propre à la téléologie inhérente au langage ordinaire, qui porte les agents à se percevoir « plus agissants qu’agis » (et d’autant plus qu’ils occupent des positions plus élevées dans l’espace social), s’oppose l’objectivisme de ceux qui se ( [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  STRATÉGIE SOCIALE  » est également traité dans :

CONFORMISME (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michel CHAMBON, 
  • Michaël DAMBRUN
  •  • 1 022 mots

Dans le chapitre « Les motivations à se conformer »  : […] La tendance à imiter autrui a d'abord été mise sur le compte d'une suggestibilité propre à certains humains voire d'un instinct fondamental partagé par tous. Toutefois, les psychologues sociaux ont très tôt abandonné l'idée d'un individu soumis passivement à l'influence de ses congénères au profit de la conception d'un individu actif développant sa vision du monde tout en intégrant le contexte soc […] Lire la suite

Les derniers événements

17-19 septembre 2021 Russie. Élections législatives.

Russie juste, la formation sociale-démocrate de Sergueï Mironov, obtient 7,5 % des voix et 27 sièges. Le parti libéral Nouvelles personnes d’Alexeï Netchaïev entre au Parlement avec 5,3 % des suffrages et 13 élus. Alexeï Navalny défendait la stratégie du « vote intelligent » qui consiste à voter pour le candidat le mieux placé face à celui de Russie unie. […] Lire la suite

28 août 2020 France. Déclaration du président Emmanuel Macron sur la sortie de crise.

Par ailleurs, le chef de l’État défend l’obligation du port du masque dans les entreprises et les établissements d’enseignement, déclarant que la « stratégie est de vivre avec le virus, c’est-à-dire de ne pas arrêter la vie éducative, économique, sociale ». Concernant la lutte contre la délinquance, Emmanuel Macron affirme que les violences sont le signe « d’un malaise de notre société, qui est un problème d’éducation, un problème d’intégration, un problème de modèle économique » et promet un renforcement des moyens accordés à la justice. […] Lire la suite

3-31 mai 2020 France. Début du déconfinement.

Ils appellent à « tourner la page du productivisme » et à promouvoir une transition écologique et sociale à la faveur de la sortie de la crise sanitaire. Le 15, Emmanuel Macron annonce le lancement d’un « Ségur de la santé » – du nom de l’avenue où se situe le ministère de la Santé –, admettant une « erreur » dans la stratégie de réforme du système mise en place depuis son arrivée au pouvoir. […] Lire la suite

20-21 novembre 1997 Union européenne. Sommet social à Luxembourg

Le Premier ministre français entend promouvoir une stratégie européenne en faveur de l'emploi afin de consolider le volet social de l'Union face à son volet monétaire. Le chômage touche 10,6 p. 100 de la population active dans l'Union, soit 17,9 millions de personnes. Le 20, près de quarante mille manifestants se rassemblent dans la capitale du grand-duché à l'appel de la Confédération européenne des syndicats pour défendre l'emploi et l'Europe sociale. […] Lire la suite

19-21 octobre 1981 France – Mexique. Visite du président François Mitterrand à Mexico

Les entretiens entre les présidents López Portillo et Mitterrand, qui se félicitent de l'identité de vues entre les deux pays, permettent « d'envisager une stratégie conjointe » pour le sommet de Cancún. Le 20, dans un discours prononcé au monument de la Révolution, à Mexico, François Mitterrand déclare : « Il n'y a pas de stabilité politique sans justice sociale et quand les inégalités, les injustices, les retards d'une société dépassent la mesure, il n'y a pas d'ordre établi, pour répressif qu'il soit, qui puisse résister au soulèvement de la vie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard MAUGER, « STRATÉGIE SOCIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/strategie-sociale/