STRATÉGIE ET TACTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le vocabulaire mathématique

L'histoire de l'analyse des jeux de société montre que, de Nicolas Bernoulli et Pierre Rémond de Montmort (début du xviiie s.) à Émile Borel (1921-1924), les mathématiciens qui ont réfléchi sur les jeux où intervient l'habileté des joueurs ont été persuadés que les mathématiques laissaient échapper un élément déterminant, la finesse du joueur, dont dépendait l'issue de la partie. En 1713, Montmort écrivait, à propos d'un jeu de duel : « Ces questions sont très simples, mais je les crois insolubles. Si cela est, c'est grand dommage car cette difficulté se rencontre en plusieurs choses de la vie civile. Quand deux personnes, par exemple, ayant affaire ensemble, chacune veut se régler sur la conduite de l'autre. » Deux siècles plus tard, Borel exprime le même point de vue : « Le joueur qui n'observe pas la psychologie de son partenaire et ne modifie pas en conséquence sa manière de jouer doit forcément perdre vis-à-vis d'un adversaire dont l'esprit est assez souple pour varier son jeu en tenant compte de celui de l'adversaire » (1924). Dans les deux cas, on trouve la même pensée : analyser mathématiquement les situations dans lesquelles l'action de chacun dépend des actions, imprévisibles, des autres serait d'un grand intérêt, mais de tels problèmes, simples en apparence, ne peuvent être soumis au calcul ; de plus, les mathématiques sont un instrument de connaissance moins pénétrant que l'intuition psychologique. De ce fait, on peut dire que, si l'idée de la mathématisation des problèmes stratégiques est claire dès le début du xviiie siècle, le concept mathématique de stratégie n'est apparu nettement que dans les notes de Borel (1923) et n'a été formulé exactement et dans sa généralité que par John von Neumann, dans un article paru en 1928.

« Imaginons, écrivent J. von Neumann et O. Morgenstern, que le joueur, au lieu de prendre chaque décision quand cela devient nécessaire, réfléchisse d'avance à toutes l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  STRATÉGIE ET TACTIQUE  » est également traité dans :

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 994 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Multiples et diverses ignorances »  : […] Une telle entreprise pourrait sembler contradictoire en soi et condamnée dès le départ : comment donc espérer savoir ce que l’on ne sait pas ? La contradiction reste superficielle cependant, car il s’agit rarement d’identifier au présent ce que nous ne savons pas. Il reste en effet possible de se prononcer sur ce que nous ne savions pas ou encore sur ce que nos prédécesseurs ignoraient, sur ce q […] Lire la suite

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 992 mots
  •  • 3 médias

La guerre est devenue au cours des siècles l'affrontement de groupes organisés dotés de moyens de défense et d'attaque de plus en plus perfectionnés. Le champ clos de jadis se transforme en champ de bataille, puis en théâtre d'opération terrestre, maritime, enfin aérien. À mesure que la lutte s'étend dans l'espace apparaît la dissociation entre la tactique (art de combiner les moyens militaires a […] Lire la suite

AUMANN ROBERT YIRAËL (1930- )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 218 mots

Économiste et mathématicien de nationalité américaine et israëlienne, Prix Nobel d'économie en 2005, conjointement à l'Américain Thomas Schelling, pour avoir « amélioré [notre] compréhension des conflits et de la coopération au moyen de la théorie des jeux ». Robert John Auman est né le 8 juin 1930 à Francfort-sur-le-Main (Allemagne). Ses parents ont fui le nazisme en 1938. Ils s'installent à New […] Lire la suite

BEAUFRE ANDRÉ (1902-1975)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARNAY
  •  • 1 050 mots

Saint-cyrien de la victoire, André Beaufre choisit l'armée d'Afrique et l'infanterie. Du Rif, où, blessé, il frôle la mort, à l'Indochine en passant par la Tunisie, l'Italie, l'Alsace et l'Allemagne, du grade de lieutenant (1924) à celui de colonel (1946), il se bat chez les tirailleurs. Mais aussi il étudie (à l'École de guerre, à l'Institut des sciences politiques), exerce des fonctions d'état-m […] Lire la suite

BERWICK JAMES STUART FITZJAMES duc de (1670-1734)

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 426 mots

Fils naturel de Jacques II et d'Arabella Churchill, sœur de Marlborough, James Stuart, duc de Berwick, se consacre au service de la France après avoir tenté d'aider son père à reconquérir la couronne anglaise passée sur la tête de Guillaume de Nassau en 1688. Avec Villars et Vendôme, il est l'un des trois généraux qui préservent la France de l'invasion pendant la guerre de la Succession d'Espagne. […] Lire la suite

BUCHAN ALASTAIR F. (1918-1976)

  • Écrit par 
  • Christoph BERTRAM
  •  • 1 276 mots

Alastair Francis Buchan fut le premier directeur de l'International Institute for Strategic Studies à Londres, poste qu'il occupa de 1958 à 1969. Rétrospectivement, ces années semblent être celles où son influence s'exerça de la façon la plus nette tant sur le contenu que sur la manière d'analyser le rôle de la puissance en politique internationale et d'en débattre. Bien que remplie par une grande […] Lire la suite

CLAUSEWITZ KARL VON (1780-1831)

  • Écrit par 
  • André GLUCKSMAN
  •  • 4 624 mots

Dans le chapitre « La théorie »  : […] Apparemment, toute guerre est chaos, désordre incompréhensible. Essentiellement, la guerre est ordre, calcul. La théorie de la guerre permet de retrouver, sous l'apparence du désordre, la vérité de l'ordre qui éclaire l'origine et le cours d'une guerre, ainsi que le désordre dans lequel elle se manifeste. Chaque guerre est originale ; pour gagner une guerre, il faut la penser dans le cadre de ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Dans le chapitre « Une théorie de l'action économique »  : […] La sociologie de l'économie place au premier plan de l'analyse les agents (ou acteurs) sociaux, qu'elle traite de groupes, d'organisations ou d'individus. Mais elle a recours pour décrire les ressorts de leurs actions à des notions autres que celles développées par la théorie du choix rationnel ou par l'individualisme méthodologique (comme la notion d'arbitrage ou celle de choix). Si l'on va des p […] Lire la suite

ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 6 736 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'équilibre de Nash »  : […] L'équilibre de Nash est un type de solution – proposé par John Forbes Nash en 1950 – couramment utilisé en théorie des jeux, dont la définition même souligne le caractère autoréalisateur. Un équilibre de Nash est, en effet, une combinaison de décisions individuelles, appelées « stratégies », où chacun anticipe correctement les choix des autres ; il y a autoréalisation, puisque l'issue réalisée es […] Lire la suite

FORTIFICATIONS

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 5 535 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Fortification et stratégie »  : […] La fortification n'est pas un but en soi, mais un moyen d'améliorer le terrain afin de favoriser la manœuvre de ses propres troupes et de contrarier celle de l'adversaire. Elle n'est qu'un moyen, parmi d'autres, mis à la disposition d'une stratégie, elle-même émanation d'une politique. […] Lire la suite

FRANCE CAMPAGNE DE (1940)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 1 587 mots
  •  • 8 médias

Le 10 mai 1940, la guerre éclair succède à la drôle de guerre qui dure alors depuis le 2 septembre 1939. La neutralité belge pose un problème délicat à l'état-major allié. Le plan d'origine de Gamelin préconise une bataille défensive sur une ligne fortifiée en France ; l'entrée des forces alliées en Belgique n'aurait lieu que pour répondre à un appel belge. Ce plan conjugue une défensive prudent […] Lire la suite

GIAP VÔ NGUYÊN (1911-2013)

  • Écrit par 
  • Christian LECHERVY
  •  • 2 082 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le combattant »  : […] La plupart de ses adversaires, les Français puis les Américains, confirmeront cette réputation sanguinaire en faisant valoir que Giap, sur le champ de bataille, dispose sans hésitation de la vie de ses hommes pour vaincre coûte que coûte. Toutefois, il est encore convaincu, comme ses conseillers chinois, qu'il faut avoir l'avantage du nombre pour anéantir l'adversaire. Avant l'affrontement de Diên […] Lire la suite

GO JEU DE

  • Écrit par 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 3 514 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Tactique et stratégie »  : […] Si aux échecs la stratégie est sous la dépendance étroite de la tactique, au go c'est l'inverse qui est vrai. Néanmoins, les considérations stratégiques étant incompréhensibles sans quelques aperçus tactiques, nous exposerons d'abord ceux-ci. On a vu que le but du jeu était d'acquérir le plus grand nombre possible de territoires ; mais ceux-ci n'ont pas été définis avec précision. Un rôle tout à f […] Lire la suite

GUÉRILLA

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 8 190 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Guérilla et guerre classique »  : […] La guerre classique, dominée par la notion de bataille décisive, cette « Marseillaise prussienne » chère à Clausewitz, ne se réduit pas à un choc frontal. Elle implique de manœuvrer l'ennemi, qu'on le surprenne, l'attaque de flanc, le fragmente, tel Horace contre les Curiaces, ou l'encercle, voire, comme disait Jomini, grand observateur des batailles napoléoniennes, « qu'on porte le gros de ses fo […] Lire la suite

GUERRE ÉCLAIR, all. BLITZKRIEG

  • Écrit par 
  • Pierre GOBERT
  •  • 315 mots
  •  • 1 média

Le vendredi 10 mai 1940 au lever du jour, quatre-vingts divisions allemandes déferlent sur la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg . Des parachutistes s'emparent des points stratégiques tandis que l'aviation pilonne les Pays-Bas qui capitulent le 13 mai. Léopold III de Belgique tente de rassembler ses troupes endormies dans la neutralité. Les généraux Gamelin et Georges font manœuvrer les troupes […] Lire la suite

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie des jeux »  : […] Jusqu'ici, le hasard est apparu comme étroitement lié aux aléas extérieurs, qu'on peut ranger, schématiquement, en deux classes : l'incertitude relative aux événements naturels ou non intentionnels et l'incertitude qui résulte de l'impossibilité de prévoir la conduite d'autrui . Les jeux fournissent une illustration très simple de ces deux cas : dans une loterie, le résultat dépend du mouvement […] Lire la suite

IRAK-IRAN (GUERRE)

  • Écrit par 
  • Philippe RONDOT
  •  • 3 777 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La crise »  : […] L'avènement à Téhéran d'une République islamique est d'abord salué avec satisfaction par l'Irak, en raison de l'hostilité qu'elle proclame à l'encontre du sionisme et de l'impérialisme. Cependant, les incidents de frontière, qui n'avaient, à vrai dire, jamais complètement cessé, se multiplient tandis que l'Iran manifeste un intérêt accru pour le Golfe. Le président Saddam Hussein estime qu'il con […] Lire la suite

JEUX THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 8 066 mots

Dans le chapitre « Présentation générale »  : […] Un jeu est, au sens de la théorie des jeux, un modèle, dont les principaux ingrédients sont des individus (« joueurs ») qui prennent des décisions simultanément , en choisissant un élément d'un ensemble dont les caractéristiques font partie des hypothèses du modèle, et des règles , qui précisent notamment l'issue résultant des diverses décisions (simultanées) possibles – une issue étant générale […] Lire la suite

JOMINI ANTOINE HENRI baron (1779-1869)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 364 mots

Certains critiques ou historiens, dont Sainte-Beuve qui lui consacra une étude approfondie en 1869, ont considéré Antoine Henri Jomini comme l'un des plus grands stratèges d'une époque qui fut pourtant celle de Napoléon et de Clausewitz. Le Vaudois Jomini, employé de banque à Bade devenu officier dans les troupes helvétiques, se fait remarquer en publiant un Traité de grande tactique (1803) rebap […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

27 mai 2010 • États-Unis • Nouvelle stratégie de sécurité nationale.

La Maison-Blanche publie un document-cadre relatif à la stratégie de sécurité nationale des États-Unis. Le texte indique que les « intérêts communs » à l'ensemble des États comprennent, hormis le maintien de la sécurité collective au sens traditionnel du terme, la garantie de « l'accession à une [...] Lire la suite

1er-27 septembre 2002 • Irak - O.N.U. • Acceptation par Bagdad du retour des inspecteurs en désarmement de l'O.N.U.

de l'O.N.U., dans lequel il déclare accepter le « retour des inspecteurs en désarmement de l'O.N.U. en Irak sans condition ». Washington dénonce un « geste tactique » de la part de l'Irak. Le 16 toujours, Donald Rumsfeld confirme que les missions de bombardement de l'aviation alliée en Irak, qui se [...] Lire la suite

13-26 juillet 1988 • Iran - Irak • Acceptation par l'Iran de la résolution 598 du Conseil de sécurité de l'O.N.U. sur un cessez-le-feu

Le 13, à la suite de nouveaux revers militaires subis par Téhéran, Hachemi Rafsandjani, président du Parlement iranien et commandant en chef par intérim des forces armées, annonce de « sérieux changements » dans la politique de défense iranienne, consistant en l'adoption d'une stratégie de repli [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Bertrand SAINT-SERNIN, « STRATÉGIE ET TACTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/strategie-et-tactique/