STOMOCORDÉS ou HÉMICORDÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Entéropneustes

Les Entéropneustes sont des vers marins généralement fouisseurs, de longueur variable (de quelques centimètres à 2 mètres), et dont le corps est divisé, par deux constrictions plus ou moins marquées, en trois parties. En avant, la trompe (ou gland) généralement conique ou globuleuse, fortement déformable grâce à une puissante musculature ; ensuite, le collier, anneau cylindrique court, à la face ventrale duquel s'ouvre la bouche, juste en arrière de la trompe ; en arrière encore, le tronc, formant la partie la plus importante, divisé en plusieurs régions : l'antérieure, perforée latéralement, est la région branchiale ; à l'extrémité postérieure s'ouvre l'anus, terminal.

Balanoglossus

Dessin : Balanoglossus

Coupe longitudinale schématique de la région antérieure d'un Entéropneuste : le Balanoglossus 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Tégument et système nerveux

L'épiderme est un épithélium simple fait de hautes cellules ciliées parmi lesquelles se trouvent quelques cellules muqueuses ainsi que des cellules sensorielles à fonction mal définie. Ces cellules reposent sur une membrane basale qui, par endroits, s'épaissit, donnant par exemple une courte « plaque squelettique » à l'union du collier et de la trompe.

Entre les cellules épidermiques et la membrane basale existe un réseau de neurones multipolaires ou bipolaires en relation avec les récepteurs sensoriels superficiels. Dans la trompe, la couche nerveuse s'épaissit en un cordon longitudinal ventral limité au tronc et en un cordon dorsal qui s'étend jusqu'à la base de la trompe. En dehors des récepteurs sensoriels dispersés dans l'épiderme, sans doute surtout tactile, il existe un organe cilié auquel on attribue une sensibilité chimique.

L'appareil digestif

L'appareil digestif est un long tube rectiligne qui, par les variations de sa structure histologique, peut être divisé en un certain nombre de parties successives spécialisées : cavité buccale, pharynx (dont la région dorsale est perforée latéralement de « fentes branchiales »), œsophage, région hépatique (simplement caractérisée par des inclusions vertes et brunes mal définies), intestin, rectum s'ouvrant par un anus terminal. Une partie au moins de l'épithélium de ce tube digestif est faite de cellules ciliées disposées en bandes longitudinales. L'épithélium dorsal de la cavité buccale envoie vers l'avant, jusqu'à la base de la trompe, un « diverticule buccal » (autrefois appelé « stomocorde ») que W. Bateson, en 1895, avait considéré comme une notocorde ; il avait rapproché, de ce fait, les Entéropneustes des Procordés. L'alimentation est à base de particules alimentaires qui sont entraînées vers la bouche par les battements ciliaires de l'épithélium de la trompe. À la base de celle-ci, un système mucociliaire capte les particules et les trie, en en dirigeant une partie vers la bouche tandis que les autres sont rejetées.

Le système respiratoire

Le système respiratoire est constitué par les fentes paires percées dans la partie dorsale du pharynx et repliées en U. Leur nombre n'est pas fixé et peut atteindre quatre-vingts paires, car il s'en forme chez l'adulte dans la partie postérieure de la région buccale. Il n'y a pas de lamelles branchiales, mais une importante irrigation, et une ciliature importante crée un courant d'eau du pharynx vers l'extérieur.

Divisions du cœlome

Chacune des parties du corps comporte une cavité cœlomique plus ou moins développée. Mais cette cavité est souvent réduite, envahie par du tissu conjonctif ou bien – le fait est exceptionnel chez les Cœlomates – par des muscles issus de l'épithélium limitant.

Le procœle – ou cœlome de la trompe – est une cavité médiane, cloisonnée dans sa partie postérieure, largement occupée par de puissants faisceaux musculaires ; il communique avec l'extérieur par un pore de la trompe.

Le mésocœle, au niveau du collier, est constitué en principe par une paire de sacs cœlomiques entourant la cavité buccale et s'ouvrant à l'extérieur par une paire de cœlomoductes. Le métacœle, situé dans le tronc, est formé de deux sacs latéraux séparés par les mésentères dorsal et ventral ; il n'a pas de communication avec la surface du corps.

La reproduction et la larve

Les sexes sont séparés et les gonades, nombreuses, sont des sacs pairs s'ouvrant au fond d'une gouttière dorso-latérale dans la région branchiale ou en arrière d'elle. Le plus souvent, l'œuf pauvre en vitellus donne naissance à une larve nageuse caractéristique, garnie de bandes ciliées préorales et postorales. La larve tornaria, ainsi appelée parce qu'elle nage en pivotant sur elle-même, rappelle celle de certains Échinodermes et particulièrement la larve bipinnaria des étoiles de mer.

Larve tornaria

Dessin : Larve tornaria

Larve tornaria (vue latérale) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Balanoglossus

Balanoglossus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Larve tornaria

Larve tornaria
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Rhabdopleura

Rhabdopleura
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  STOMOCORDÉS ou HÉMICORDÉS  » est également traité dans :

CORDÉS ou CHORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 978 mots

Dans le chapitre « L'origine des Cordés »  : […] La souche de ce groupe a été recherchée dans tous les grands phylums d'Invertébrés. Les Annélides et les Arthropodes ont été mis en cause en imaginant un retournement de l'animal, la face dorsale devenant ventrale, ce qui avait pour résultat d'amener le système nerveux au-dessus du tube digestif. Déjà, il y a cent ans, l'embryologiste hollandais Hubrecht suggérait que les Némertes, vers marins ass […] Lire la suite

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 611 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les deutérostomiens »  : […] Au sein des bilatéraux, les deutérostomiens comprennent les échinodermes, les hémichordés et les chordés. Les Échinodermes sont connus dès le Cambrien inférieur (fig. 6 ). Ils présentent de nombreux taxons paléozoïques éteints. Ils effectuent une radiation adaptative importante à l'Ordovicien (avec en particulier les blastoïdes, cystoïdes, crinoïdes, astéroïdes, holothuries, échinoïdes, ophiures), […] Lire la suite

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 676 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Synapomorphies et relations internes des trois grands clades de Bilateria »  : […] Outre la croissance par mue, le clade des ecdysozoaires est soutenu par un assez grand nombre de synapomorphies morpho-anatomiques (Schmidt-Rhaesa et al . , 1998). Il s'agit tout d'abord de caractères liés à la cuticule : la perte de la ciliature épidermique, la présence de chitine alpha dans la cuticule (au moins dans certaines régions du corps et à certains stades), l'organisation en trois couch […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, « STOMOCORDÉS ou HÉMICORDÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stomocordes-hemicordes/