GOULD STEPHEN JAY (1941-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du néodarwinisme à la théorie des équilibres ponctués

Né à Brooklyn en 1941, Gould fut l'élève du grand paléontologue américain George Gaylord Simpson, un des pionniers du néodarwinisme qui avait introduit les concepts de la nouvelle synthèse en paléontologie et mené une réflexion approfondie sur « le rythme et les modalités » de la macro-évolution (Tempo and Modes of Evolution, New York, 1944), et sous la direction duquel il soutint en 1967, à l'université Columbia (New York), une thèse sur l'évolution des escargots des Bermudes.

L'aspect novateur de l'apport de Gould consiste d'abord en ce qu'il propose de réintroduire la notion de forme et d'organisme dans la pensée évolutionniste, engageant ainsi un renouveau de la réflexion sur la macro-évolution à un moment – la fin des années 1960 – où les tenants de la théorie synthétique de l'évolution se concentraient surtout sur l'élucidation des mécanismes évolutifs au niveau « microscopique », plus particulièrement au niveau du gène. Gould rédige en 1972, en collaboration avec Niles Eldredge, un article qui fait date et qui pose les bases de la théorie des « équilibres ponctués ». Ce texte ne propose rien moins qu'une révision des concepts du darwinisme et une approche renouvelée de l'évolution du vivant : selon cette conception « ponctualiste » le devenir des espèces à l'échelle géologique doit être pensé non comme un processus graduel et continu, couronné par l'apparition des formes les plus complexes ou les mieux adaptées, et aboutissant au triomphe nécessaire de l'espèce humaine, mais comme un devenir hasardeux, au rythme discontinu, fait de longues stases et de soudaines explosions évolutives. Darwin avait interprété les lacunes observées sur le terrain comme étant dues à la mauvaise conservation des « archives fossiles ». Dans la conception « ponctualiste », ces discontinuités sont plutôt propres à l'histoire même du vivant : elles peuvent se lire, sur le fond d'une histoire continue de la vie, comme une succession d' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeure d'université, directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification


Autres références

«  GOULD STEPHEN JAY (1941-2002)  » est également traité dans :

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Signification de la « révolution darwinienne » »  : […] Une fois définies ces cinq thèses, qu'est-ce qu'être darwinien ? Le gradualisme de Darwin a souvent été contesté. Ainsi, Stephen Jay Gould (1941-2002), quoique antigradualiste, ne s'en déclare pas moins profondément darwinien. Peut-on s'accorder autour du couple variation et sélection ? Ou bien le darwinisme est-il non une théorie particulière (réfutable) mais une simple « conception du monde » ( […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Vers une vision hiérarchique généralisée  »  : […] On ne peut que souligner, à ce point, l'importance de l'influence intellectuelle exercée par Stephen Jay Gould (1946-2002), penseur puissant et original, bien que fort contesté. « Enfant terrible » de la synthèse, il a bien exprimé dans son œuvre à la fois son attachement à la théorie synthétique et sa volonté de la renouveler en la transcendant. Dès 1980, Gould a proposé une version élargie de l […] Lire la suite

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La contribution des données paléontologiques »  : […] Les fossiles susceptibles d'apporter des informations sur les relations entre les embranchements actuels et sur l’origine des plans d'organisation sont essentiellement ceux qui sont compris entre 600 et 500 millions d'années (Ma), ce qui correspond à la fin du Protérozoïque et au Cambrien. Leur exploitation est toutefois rendue délicate du fait de l'existence de lacunes et de la difficulté que po […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claudine COHEN, « GOULD STEPHEN JAY - (1941-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-jay-gould/