MADERNO STEFANO (1576 env.-1636)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sculpteur d'origine lombarde. Dès 1597, on trouve Stefano Maderno à Rome, occupé à faire des copies d'antiques. Une de ses premières œuvres de jeunesse, et l'une des plus importantes, est le « portrait » du corps de sainte Cécile, retrouvé intact sous la basilique de Santa Cecilia in Trastevere. Cette œuvre lui vaut une grande réputation, et il obtient par la suite nombre de commandes pour les églises de Rome : l'ange du tombeau de la chapelle Aldobrandini à Santa Maria sopra Minerva, la statue d'autel de la chapelle pauline à Sainte-Marie-Majeure, un bas-relief en bronze représentant Le Pape Libère traçant sur la neige le plan de l'église, et un bas-relief en marbre pour le tombeau de Paul V dans la même chapelle. Il taille aussi des statues de marbre : Saint Charles Borromée pour San Lorenzo in Damasó, des statues de La Paix et de La Justice pour l'autel de Santa Maria della Pace (1614). C'est à lui qu'on demande le Saint Pierre de la porte du Quirinal.

Le génie éclatant de Bernin éclipse bientôt l'art plus discret, plus délicat de Maderno. Le sculpteur renonce alors à vivre de son art en acceptant une situation de douanier. Une occasion lui est encore offerte, entre 1628 et 1630, de tailler deux anges en marbre pour une chapelle à Santa Maria di Loreto. Mais, malgré ses efforts pour s'adapter au style mis à la mode par son heureux concurrent, il ne donne que des œuvres d'un maniérisme tardif qui n'auront aucun retentissement.

—  Renée PLOUIN

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Pour citer l’article

Renée PLOUIN, « MADERNO STEFANO (1576 env.-1636) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stefano-maderno/