STATOCYSTES

CRUSTACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 7 669 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Système nerveux et organes des sens »  : […] Le système nerveux comprend une masse ganglionnaire supraœsophagienne, ou cerveau, qui innerve les appendices préoraux. Une masse ganglionnaire sous-œsophagienne, reliée à la précédente par des connectifs, innerve les pièces buccales et se prolonge par une chaîne nerveuse ventrale qui a conservé une disposition métamérique, avec une paire de ganglions plus ou moins fusionnés correspondant à chaqu […] Lire la suite

CTÉNAIRES

  • Écrit par 
  • Odette TUZET
  •  • 1 869 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Morphologie »  : […] L'animal globuleux, transparent, irisé est de la grosseur d'une cerise ; il se déplace dans l'eau par un mouvement continu assez rapide. Au pôle antérieur s'ouvre la bouche fissiforme, à l'opposé se tient le statocyste. D'un pôle à l'autre s'étendent huit bandes longitudinales équidistantes, les côtes, formées chacune d'une série de palettes vibratiles faites de cils agglutinés . En deux points op […] Lire la suite

MÉDUSES

  • Écrit par 
  • Yves TURQUIER, 
  • Odette TUZET
  •  • 2 496 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Anatomie »  : […] Sous l'ombrelle qui forme le corps de la méduse , le disque oral, portant en son centre la bouche, s'est invaginé de manière à devenir concave. En même temps s'est développé un pédicule, le manubrium , saillant au centre de la cavité sous-ombrellaire et qui porte à son extrémité l'ouverture buccale. Des tentacules, creux ou pleins selon les espèces, en nombre variable, partent du bord de l'ombrel […] Lire la suite

SENSIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 8 919 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le problème de la désignation et de la classification des récepteurs »  : […] L'une des conditions préalables à la description correcte de ces univers était relative au langage. L'énumération traditionnelle des cinq sens : vue, ouïe, toucher, goût, odorat, est évidemment incomplète ; l'homme est encore sensible, par exemple, aux mouvements de ses membres, aux accélérations que subit son corps ou à la distension de sa vessie. Néanmoins, ces appellations sont d'usage courant […] Lire la suite