STATINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Statines et métabolisme du cholestérol

Leur principal effet pharmacologique consiste à réduire de façon dose-dépendante (— 30 p. 100 à — 60 p. 100) le cholestérol transporté par les lipoprotéines de basse densité (LDL-cholestérol) ; ces lipoprotéines étant capables de pénétrer dans la paroi des artères et d'y provoquer les dépôts de cholestérol qui participeront à la formation des plaques d'athérome. La première statine (compactine ou mévastatine) a été découverte par Endo en 1976 dans le milieu de culture de Penicillum citrinum, puis d'autres statines ont été identifiées dans différents milieux de culture de champignons (Aspergillus terreus : lovastatine ou mévilonine), et d'autres molécules enfin ont été obtenues par hémisynthèse ou synthèse chimique totale.

L'homme synthétise quotidiennement environ 800 mg de cholestérol, soit environ 70 p. 100 de la quantité totale de cholestérol mise à la disposition de l'organisme. Les statines réduisent cette synthèse de novo en inhibant l'activité de l'hydroxy-méthyl-glutaryl CoA réductase (HMG-CoA réductase). Il s'agit d'une enzyme clé dans la régulation de la synthèse du cholestérol endocellulaire (cf. figure). Chaque statine présente dans sa structure chimique une séquence dont la conformation spatiale reproduit celle de l'HMG-CoA leur permettant d'inhiber l'HMG-CoA-réductase de façon compétitive en empêchant ainsi la production de cholestérol endogène.

Fixation cellulaire et dégradation des LDL

Fixation cellulaire et dégradation des LDL

Dessin

Fixation cellulaire et dégradation des LDL (d'après Goldstein). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Chez les sujets hypercholestérolémiques, un excès de cholestérol dans les cellules du foie (hépatocyte) freine l'activité des récepteurs de leur membrane cytoplasmique aux LDL (r-LDL). Le rôle de ces récepteurs est de permettre l'entrée des LDL dans ces cellules afin d'y être dégradées, ce qui permet l'élimination du cholestérol de l'organisme par voie biliaire. En réalité, ce n'est pas tant l'excès de cholestérol intracellulaire qui réprime l'expression du r-LDL mais celui d'oxystérols.

Au contraire, lorsque les concentrations de cholestérol et d'oxystérols sont faibles dans l'hépatocyte, comme [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  STATINES  » est également traité dans :

ATHÉROSCLÉROSE

  • Écrit par 
  • Loïc CAPRON
  •  • 5 336 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Progression des plaques »  : […] Pour provoquer une ischémie, la plaque doit grandir jusqu'à obstruer l'artère. Deux processus combinés sont sans doute en jeu. Le premier procède des mêmes mécanismes que la formation de la plaque : accumulation lente et régulière de lipides et de tissu fibreux dans l'intima. Le second procède par à-coups intempestifs rythmés par les ruptures de plaque : si elle n'aboutit pas à l'occlusion de l'ar […] Lire la suite

MÉDICAMENTS

  • Écrit par 
  • Paul-Étienne BARRAL, 
  • Hélène MOYSE, 
  • Jean-Yves NAU, 
  • Michel PARIS, 
  • René Raymond PARIS
  • , Universalis
  •  • 9 748 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le médicament moderne »  : […] Pour faire face à la grande plasticité du monde bactérien, qui par mutations chromosomiques apprend à résister aux antibiotiques, l'industrie pharmaceutique a mis au point les céphalosporines de troisième génération (céftriaxone, céfotaxim e , céftazidime). Contre le sida, elle a développé des antiviraux (zidovudine ou AZT, didanosine ou DDI) et des antiprotéases (saquinavir, indinavir, ritonavir […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick DURIEZ, Jean-Charles FRUCHART, « STATINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/statines/