STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le vainqueur de Stalingrad, l'homme fort de Yalta

La mémoire de ce crime de masse, gardé secret, fut totalement éclipsée – à l'intérieur comme à l'extérieur du pays – par le rôle majeur joué par l'Union soviétique dans l'écrasement du nazisme. La victoire de Stalingrad (2 février 1943) effaça à la fois la « Grande Terreur », mais aussi le pacte germano-soviétique du 23 août 1939, qui avait permis aux deux dictateurs, Hitler et Staline, de se partager une partie de l'Europe orientale, et à l'U.R.S.S. de retrouver grosso modo les frontières occidentales de l'Empire russe.

Churchill et Staline à la conférence de Yalta, 1945

Photographie : Churchill et Staline à la conférence de Yalta, 1945

Le Premier ministre britannique Winston Churchill (1874-1965), à droite, et le numéro un soviétique Staline (1879-1953), lors de la conférence de Yalta (Crimée), en février 1945. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

À partir de la fin des années 1930, Staline encourage et instrumentalise le nationalisme grand-russe, en habillant de l'expression « patriotisme soviétique » un chauvinisme ethnique russe – une politique pour le moins inattendue de la part d'un homme issu d'une minorité nationale, mais qui lui permet de s'assurer l'appui du peuple le plus important de l'Union, afin de combattre les ferments de désagrégation que représentent les nationalités du nouvel empire soviétique en expansion. S'il permet – temporairement – à Staline d'annexer des territoires peuplés de vingt-trois millions d'habitants, le pacte germano-soviétique ne sauve pas l'U.R.S.S. de l'agression nazie, qui intervient le 21 juin 1941. Le dictateur porte une responsabilité écrasante dans les désastres militaires soviétiques de 1941-1942. Cette responsabilité se situe à trois niveaux : une erreur globale d'appréciation de la menace nazie ; une politique d'équipement de l'armée trop tardive et incomplète, malgré d'indéniables progrès réalisés au cours des années 1930 ; une profonde désorganisation du commandement de l'Armée rouge à la suite des purges de 1937-1938. Ces erreurs coûtèrent à la société soviétique des millions de morts. En réalité, les Soviétiques gagnèrent la guerre non pas grâce à Staline, mais plutôt en dépit des erreurs stratégiques et tactiques qu'il commit, et au prix de pertes incomparables (26 millions de morts) dues à la barbarie nazie, mais aussi au peu de valeur qu'accordait le régime stalinien à la vie humaine.

Exacerbé par les atrocités nazies, le sentiment patriotique renforça le consensus social, qui fut l'arme principale de la survie de l'U.R.S.S. Très habilement, grâce à son remarquable sens politique, Staline parvint à identifier sa personne à la cause sacrée, celle de la patrie. Les soldats vont au combat en chantant : « V boï za rodinu, v boï za Stalina ! » (Combattons pour la patrie ! Combattons pour Staline ! »). Le culte de Staline, identifié à la patrie souffrante, combattante et enfin victorieuse, se propage, par l'intermédiaire des combattants, jusque dans les campagnes où la haine du système kolkhozien était restée très vive. La guerre et la victoire modifient profondément la relation entre Staline et la société soviétique, mais aussi l'image de Staline sur la scène internationale. La conférence de Yalta (4-11 février 1945) marque l'apogée du rôle international du dictateur soviétique. Jouant habilement des divergences entre Britanniques et Américains, et de la confiance que lui accorde Roosevelt, Staline pousse son avantage et obtient satisfaction sur des points fondamentaux, qui entérinent la place prééminente de l'U.R.S.S. alliée des démocraties : trois sièges (Russie, Ukraine, Biélorussie) à la conférence constitutive de l'O.N.U. ; la confirmation des frontières occidentales et orientales de la Pologne selon les vœux de Moscou ; la légitimation du Comité de Lublin (prosoviétique) comme « noyau du futur gouvernement polonais » ; la satisfaction des demandes de réparations formulées par les Soviétiques vis-à-vis de l'Allemagne.

Conférence de Yalta, 1945

Photographie : Conférence de Yalta, 1945

Winston Churchill, Franklin Roosevelt et Staline durant la conférence de Yalta, en février 1945. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Conférence de Yalta, 1945

Vidéo : Conférence de Yalta, 1945

C'est au bord de la mer Noire, à Yalta, en Crimée, que se tient, entre le 4 et le 11 février 1945, la principale des conférences réunissant les futurs vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. Le principe de la capitulation sans condition de l'Allemagne nazie étant établi, le Britannique... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Staline fiché

Staline fiché
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Lénine et Staline

Lénine et Staline
Crédits : Laski Diffusion/ East News/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Churchill et Staline à la conférence de Yalta, 1945

Churchill et Staline à la conférence de Yalta, 1945
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Conférence de Yalta, 1945

Conférence de Yalta, 1945
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)  » est également traité dans :

LE JEUNE STALINE (S. Sebag Montefiore)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 1 090 mots

Après le succès mondial de Staline : la cour du Tsar rouge, le journaliste britannique, romancier et présentateur de télévision Simon Sebag Montefiore s'est attaqué à la jeunesse du futur dictateur dans Le Jeune Staline (Calmann-Lévy, Paris, 2008). Dès l'introduction, l'auteur annonce son parti pris de narrer par le menu la « vie intime et secrète » de […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Europe de l'Est »  : […] Après la guerre, pour la première fois de leur histoire en Europe de l'Est, des juifs accèdent au pouvoir politique. Dans ces régions détruites par la guerre et sous domination soviétique, avec une partie importante de ses nouveaux cadres dirigeants issue de la résistance juive, les conditions étaient réunies pour nourrir largement l'antisémitisme populaire. L'opposition anticommuniste, encore rep […] Lire la suite

ANTONOV-OVSEÏENKO VLADIMIR ALEXANDROVITCH (1884-1938)

  • Écrit par 
  • Claudie WEILL
  •  • 418 mots

Fils d'officier, Antonov-Ovseïenko entre à l'école des cadets de Voroneje. Il quitte l'armée, adhère dès 1901 au mouvement révolutionnaire et se rapproche des mencheviks en 1903. Lors de la révolution de 1905, il est l'un des experts militaires de la social-démocratie russe. Il essaye de soulever deux régiments d'infanterie en Pologne, mais échoue. Il acquiert ainsi une expérience certaine de l'ag […] Lire la suite

BERIA LAVRENTI PAVLOVITCH (1899-1953)

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 273 mots

Tout-puissant chef de la police soviétique, Lavrenti Pavlovitch Beria a été pendant de longues années le bras droit de Staline. Né en Géorgie dans une famille de paysans, Beria adhère au Parti communiste en 1917 à Bakou, où il obtient son diplôme d'architecte en 1919. En 1921, il entre dans la Tchéka qui devient Guépéou l'année suivante et travaille en Transbaïkalie et en Géorgie jusqu'en 1931 ; i […] Lire la suite

BLÜCHER VASSILI KONSTANTINOVITCH (1890-1938)

  • Écrit par 
  • Michel HOANG
  •  • 786 mots

Issu d'un milieu de paysans, Blücher, qui exerce de multiples petits métiers, est emprisonné de 1910 à 1913, vraisemblablement pour incitation à la grève. La Grande Guerre en fait un officier mobilisé dans l'armée du front sud-ouest. Hospitalisé entre 1915 et 1916, il reprend bientôt du service comme volontaire et commande un détachement de gardes rouges dans la région de l'Oural. Faisant preuve d […] Lire la suite

BOLCHEVISME

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 7 569 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le bolchevisme au pouvoir »  : […] La révolution de 1917 marqua le grand tournant de l'histoire du bolchevisme. Et d'abord, elle le fit connaître, aussi bien en Russie que dans le monde entier. Pour les masses populaires russes soulevées, le mot de bolchevisme « prend la valeur d'un drapeau, d'un emblème [...]. Au mot de « bolchevisme » on associe une notion de force, au mot de « menchevisme » une notion de faiblesse » (Berdiaev). […] Lire la suite

BOUKHARINE NICOLAS IVANOVITCH (1888-1938)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANK
  •  • 1 673 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À la droite du parti »  : […] Vers la fin de l'année 1920, face aux difficultés nées notamment du problème paysan, on assiste chez Boukharine au début d'une évolution. À cette époque aussi, il se prononce pour des méthodes de direction plus rigoureuses ; il appuie Trotski contre Lénine dans la discussion sur la question syndicale : il préconise entre autres une « mobilisation pour la production », par l'intermédiaire des synd […] Lire la suite

BOULGAKOV MIKHAÏL AFANASSIÉVITCH (1891-1940)

  • Écrit par 
  • Françoise FLAMANT
  •  • 2 770 mots

Dans le chapitre « Une œuvre surveillée, censurée, ensevelie »  : […] Né à Kiev, Boulgakov y mène jusqu'en 1916 une vie non exempte de chagrins (la mort de son père en 1907) et de soucis (des amours contrariées, un premier mariage alors qu'il est encore étudiant), mais rétrospectivement idéalisée. Le cadre familial, provincial et cultivé, de cette vie lui convient, ainsi que le régime tsariste dont s'accommode fort bien l'intelligentsia enseignante et médicale, d'or […] Lire la suite

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 155 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Mao Zedong à Moscou »  : […] Soviétiques et communistes chinois avaient un passé chargé à apurer. La lourdeur, et en même temps les volte-face et les maladresses, de Staline et des bolcheviks dans la conduite des affaires chinoises de 1920 à 1929 (après cette date, ils perdirent tout contrôle du Parti communiste chinois), les exigences diplomatiques de la « construction du socialisme dans un seul pays » par l'Union soviétique […] Lire la suite

CHOSTAKOVITCH DMITRI (1906-1975)

  • Écrit par 
  • André LISCHKE
  •  • 2 822 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Après Staline »  : […] L'année 1953 voit la disparition simultanée de Prokofiev et de Staline, morts tous deux le 5 mars. Elle est également marquée par une des symphonies les plus importantes de Chostakovitch, la Symphonie  n o   10 op. 93 ; son violent second mouvement Allegro serait une évocation de Staline, tandis que dans le suivant, Allegretto , apparaît un motif de quatre notes –  ré, mi bémol, do, si  – corre […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7 avril 2010 Russie – Pologne. Commémoration des victimes de Katyn

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine et son homologue polonais Donald Tusk participent, dans la forêt de Katyn, dans l'ouest de la Russie, à une cérémonie commune sans précédent organisée à l'occasion du soixante-dixième anniversaire de l'assassinat de vingt-deux mille officiers polonais par les Soviétiques, en ce même lieu, sur ordre de Staline. […] Lire la suite

16 juillet 2001 Russie – Chine. Signature d'un traité d'amitié et de coopération

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue chinois Jiang Zemin, en visite en Russie, signent, à Moscou, un traité d'amitié et de coopération pour vingt ans, le premier du genre depuis le texte signé par Staline et Mao en février 1950. Le traité illustre le « nouvel ordre international » que Moscou et Pékin appellent de leurs vœux; il prévoit la résolution des différends bilatéraux par des moyens exclusivement pacifiques, ainsi que le développement de la coopération « économique et militaro-technique ». […] Lire la suite

1er-29 février 2000 Russie. Chute de Grozny et poursuite des combats et des exactions

Le 23, jour anniversaire de la déportation des Tchétchènes par Staline, en 1944, Médecins du monde, seule organisation non gouvernementale présente en Tchétchénie, publie un rapport accablant pour les troupes russes sur la situation des droits de l'homme dans la République autonome. Le 28, Andreï Babitski, réapparu au Daghestan, est inculpé d'« usage de faux documents » et ramené à Moscou. […] Lire la suite

8-20 juillet 1994 Corée du Nord. Mort du président Kim Il-sung

Protégé de Staline dont les troupes occupent le nord de la Corée en 1945, Kim Il-sung, combattant de la résistance antijaponaise, devient Premier ministre en 1948 et accède à la présidence du Parti du travail en 1949. Après la guerre avec la Corée du Sud, il conforte son pouvoir un moment ébranlé par la vague de déstalinisation et élimine ses adversaires. […] Lire la suite

14-16 décembre 1992 Allemagne – Russie. Visite officielle du chancelier Helmut Kohl en Russie

En revanche, la question soulevée par Berlin de l'attribution d'un territoire autonome aux deux millions de Russes de souche allemande chassés des rives de la Volga par Staline n'est pas réglée.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas WERTH, « STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/staline/